Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 17:25
Citation d'Orhan Pamuk sur l'art d'écrire
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 18:04
Le lynx de Silvia Avallone (Liana Levi)

Le lynx de Silvia Avallone

(Liana Levi - Piccolo - 60 pages - inédit 2012)

Traduit de l'italien par Françoise Brun

Titre original : La Lince (2011 - Milan)

---------------------------------

 

J'avais été très impressionné par "D'Acier" de Silvia Avallone qui a été un de mes gros coups de coeur 2015. Et c'était l'occasion avec "Le Lynx" d'approfondir ma connaissance de la jeune oeuvre de Silvia Avallone (née en 1984).

Il s'agit ici d'une nouvelle de 60 pages. Il n'y a donc pas l'ampleur de son roman de plus de 400 pages. Mais on y retrouve l'essence de ses livres : décrire des personnages "perdus" dans une vie médiocre où il n'y a pas beaucoup de place à l'aventure. Des gens sans destin, enfermés dans leur tissu social et familial avec l'espoir toujours d'en sortir par tout moyen.

 

Piero s'est arrêté en pleine nuit sur une aire d'autoroute avec l'intention de braquer la caisse de la station-service. Mais en allant aux toilettes, il voit un jeune adolescent qui lui demande s'il peut lui prêter son téléphone portable. Quand Piero entend le jeune homme (Andrea) dire qu'il espère trouver une voiture pour rentrer chez lui, il se propose de le conduire à destination. Toutefois, il revient seul dans la station et dérobe la recette. Il dépose Andrea et rentre retrouver sa femmeet l'ambiance difficile de leur vie. Lui, a été plusieurs arrêté et envoyé en prison et elle survit comme elle peut car il n'a pas grand chose à lui proposer.

Piero décide de revoir Andrea et lui achète un téléphone portable. Mais l'adolescent ne le remercie même pas. Toutefois, comme omnubilé par lui, Piero revient le voir, l'emmène avec lui à la montagne. Toujours même ingratitude. Pourquoi s'acharner alors à se montrer complaisant avec Andréa alors que leur relation est également empreinte de violence !!

 

Une histoire simple racontée tout aussi simplement. On s'intéresse à la psychologie des personnages, au manque de leur vie et à leurs espoirs. On est vraiment, je le répète, dans l'esprit de "D'Acier". Décidément, Silvia Avallone est une très grande "sociologue" des paumés. Et on a hâte de lire ses prochains romans.

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

 

Le lynx de Silvia Avallone (Liana Levi)
Ce livre s'inscrit hors thématique pour juillet, dans le cadre du challenge italien d'Eimelle.

Ce livre s'inscrit hors thématique pour juillet, dans le cadre du challenge italien d'Eimelle.

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 10:48
Littérature nordique à l'honneur...

Comme j'ai plusieurs livres en attente de lecture du côté nordique, une région littéraire qui me passionne depuis de nombreuses années, ayant travaillé pendant une vingtaine d'anné avec des nordiques (finlandais et suédois).

 

Marjorie Liitérature a créé un challenge nordique et même si elle l'a noté pour 2016, "édition Scandinavie", dès lors où tous les pays dits "nordiques" y sont inclus, le challenge reste nordique pour 2016.

 

Voici sa présentation :

 

 

Le Challenge Nordique continue en 2016 pour une Edition Scandinave.

 

Les pays qui entrent dans le cadre du Challenge sont les pays scandinaves au sens large :

Danemark

Finlande

Norvège

Suède

Islande

Iles Féroé

 

Il s’agit de lire des livres écrits par des auteurs nés dans les pays précités, ou de livres dont l’action se passe dans l’un de ces pays.

J’accepte les romans, les BD, les livres jeunesse… Mais aussi tout ce qui concerne la culture de ces pays : nourriture, comptes rendus d’expositions, de visites de monuments, de week-ends passés là-bas, les bons plans, les lieux insolites, les jeux, l’Histoire, et la royauté des pays concernés.

Je n’impose pas de nombre de livres. Chacun en lit autant qu’il veut, l’essentiel est de s’amuser.

Il y aura aussi très certainement des marathons lectures, des lectures communes, et des pauses gourmandes selon des thématiques (pays, fêtes…).

Vous pouvez proposer des LC, par auteur ou par titre  :)

 

---------------------------------------------

 

Ainsi, n'hésitez pas à aller sur son blog pour vous inscrire et un groupe facebook a été également créé Challenge nordique.

 

Et puis, cerise sur le gateau, Cryssilda nous a concocté pour décembre, un "décembre nordique", avec les mêmes pays sauf les îles Feroe.

 

Là aussi allez sur le groupe pour vous y inscrire.

 

 

 

Bon été et bonnes lectures, nordiques ou non,

 

Denis

 

 

 
 
 
 
 
 

 

18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 09:06
Citation de Marguerite Duras sur l'art d'écrire
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 10:19
Citation d'Albert Camus : Qu'est ce que le bonheur ?
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 17:42
Les oubliés de la Somme par Pierre Miquel (Texto)

Les oubliés de la Somme de Pierre Miquel

(Tallandier - collection Texto - 286 pages - 2013)

Première édition Tallandier : 2002

---------------------------------------------------

 

Voici le plan du texte en 1 introduction, 5 chapitres et 1 conclusion :

 

Un carnage enterré

Dès 1915, un projet d'offensive sur la Somme est envisagé mais il faut convaincre les anglais d'y participer ce qui est acté le 14 février 1916 à effet au 1er juillet, une semaine avant que l'armée allemande conduite par Falkenhayn n'attaque Verdun. Joffre sait que l'allemand tout comme lui prônent la guerre d'usure.

La dure bataille de Verdun oblige à repenser celle à venir de la Somme. Sir Douglas Haig est l'interlocuteur britannique pour la préparation de l'offensive. Il se montre plutôt conciliant dès lors où les demandes françaises sont raisonnables.

Comme il faut à tout prix soulager le front de Verdun, la "diversion" sur la Somme enverra des troupes allemandes ici.

 

1/ Le soleil rouge de juillet

Un front de 40 kms (au lieu des 70 prévus pour cause de bataille de Verdun) s'ouvre le 1er juillet avec en première ligne les britanniques et le résultat est plus que décevant dès le premier jour où l'on dénombre de nombreuses pertes dans les deux camps.

 

2/ L'attaque du général français

Emile Fayolle avait bien prévu ce qui s'est produit dans les premiers jours. Il privilégie l'artillerie qui doit d'abord tirer afin de sécuriser ensuite au maximum l'intervention de l'infanterie.

Au dix juillet 20 000 morts côté français et 120 000 côté anglais. Beaucoup trop mais la stratégie de Fayolle a plutôt réussi aux français.

Juillet se solde par un statu quo. Trop de morts pour rien avec une mauvaise météo qui plus est. L'artillerie allemande a été renforcée en fin de mois en provenance de Verdun. Seule victoire des alliés !

 

3/ Le grignotage d'août

Pas de grandes offensives en août. Uniquement des attaques régulières. Les armées ont besoin de se reformer. Hindenburg remplace Falkenhayn.

L'aviation déjà active pour les repérages prend de l'importance. Et une nouvelle arme fait son apparition grâce aux anglais : Le char.

Chacun des camps envisage la suite des opérations avec le moins de pertes humaines possibles. Une vraie gageure dans le contexte des débuts de la bataille !

 

4/ Les massacres de septembre

Le piétinement continue. L'aviation réussit à déstabiliser les allemands mais ils consolident leurs positions.

La grande offensive prévue pour le 15 septembre n'est engagée que par les anglais avec l'envoi des chars nouvelle arme qui déstabilise les allemands le temps qu'ils trouvent le moyen avec leur artillerie d'arrêter leur avancée et de les rendre inutilisables.

Le manque d'organisation et de complémentarité des armes (avions et batteries) entre autres ont été la cause de morts pour rien puisque l'avancée est quasiment nulle.

 

5/Les prolongations sur terrain lourd

Il faut poursuivre en octobre et novembre pour espérer une victoire devant l'opinion et le pouvoir. Mais Verdun reprend toute son importance car il faut reconquérir le fort de Douaumont entre autre.

Novembre et décembre voient essentiellement les anglais continuer les hostilités contre les allemands. Anglais et français s'entendent pour une nouvelle attaque d'envergure en février 1917.

 

Les raisons d'un oubli

Guerre d'usure pour impliquer les alliés anglais dans le conflit mondial et plus encore alléger le nombre d'Allemands sur le terrain de Verdun où l'état français veut montrer qu'il saura reconquérir les lieux abandonnés aux allemands.

 

 

Encore une belle boucherie pour rien pendant plus de 4 mois. Encore une fois, c'est l'occasion de réfléchir sur l'horreur de la guerre sous toutes ses formes. Avec cette "grande guerre", on n'est pas très loin du "crime contre l"humanité", mais le concept n'existait pas encore !

 

Ce livre est très technique, car il suit de près les événements. Toutefois, vous aurez pu voir avec le résumé que j'en ai fait que l'on apprend beaucoup sur cette bataille de la Somme.

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

 

Published by DENIS - dans HISTOIRE
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 09:29
Citation de Tahar Ben Jelloun sur l'amitié
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 18:27
La reine des pommes de Chester Himes (Folio - policier)

La reine des pommes de Chester Himes

(Folio Policier - 282 pages - mai 1999 pour la présente édition)

Traduit de l'anglais (USA) par Minnie Danzas (Gallimard 1958)

Titre original : The Five Cornered Square (1957)

-----------------------------------------------

Je poursuis ma série commencée en janvier dernier de lire un livre d'auteurs "mythiques" et devenus "classiques" de la littérature policière (au sens large du terme) au travers de personnages récurrents. Rouletabille, Arsène Lupin, Maigret, Walt Longmire ou Lew Archer...

Et aujourd'hui, c'est Chester Himes (1909-1984) et ses deux policiers noirs de Harlem : Ed Cercueil Johnson et John Fossoyeur, créés pour ce premier tome de leurs aventures "La reine de la pomme". Ce cycle de 9 romans sera appelé "cycle de Harlem" et s'étale de 1958 à 1983 avec Plan B resté inachevé.

Je l'avais signalé lors de la lecture de Raymond Chandler, Folio n'a pas revu les traductions de l'époque et les dialogues comme les titres sont accrocheurs dans l'esprit de la série noire de l'époque. Heureusement, une édition quarto que je ne connais pas, a retraduit l'ensemble du cycle pour son édition de 2007, intitulé "Le cycle de Harlem" et que l'on doit à C. Jase.

 

Le roman a obtenu le Grand Prix de la Littérature policière et Giono, Cocteau et Sartre, nous dit Folio, ont salué ce roman.

 

De drôles de gachettes que ces deux policiers, prêts à tirer à tout moment, sans hésiter à hurler : "Garde à vous". Il faut dire que le Harlem de l'époque est plutôt violent et il faut savoir "se montrer" et réagir très vite.

 

 

Jackson a contacté un faux monnayeur pour transformer ses billets de 10 dollars en billets de 100. Mais la police arrive et arrête Jackson, lequel voyant que l'inspecteur est noir comme lui arrive à lui proposer de l'argent pour être libéré. Mais il a dû voler de l'argent à son employeur pompe funèbre pour payer le flic.

Jackson explique à son frère Goldy ses difficultés, décidé à l'aider d'autant qu'il a compris que le flic était un complice de son amie et du faux-monnayeur pour lui voler tout son argent.

Goldy s'habille en fille et plus encore en bonne soeur pour faire la manche. Il vit avec deux hommes eux aussi habillés en femme, la Grande Kathy et Lady Gitane, dans le quartier d'Harlem. Mais très vite Goldy comprend qu'il peut se faire de l'argent en suivant la piste des agresseurs de son frère. Il drogue Jackson pour qu'il reste caché chez lui pendant ses investigations.

Ed Cercueil et Fossoyeur sont deux flics noirs bien connus à Harlem. Goldy leur donne quelques tuyaux sur ces escrocs qu'il recherche lui-même. Pour tendre un piège à Gus l'escroc principal, Jackson dit qu'il a une belle somme à investir dans ses mines d'or.

Tous arrivent chez Gus et les bons tireurs que sont les deux flics tuent l'escroc. Mais Imabelle s'enfuit avec Slim un complice, suivis par Goldy en taxi.

Un flic blanc a été tué dans l'échauffourée, Ed a reçu du vitriol risquant de le conduire à être aveugle. Ici, à Harlem les noirs savent qu'il va y avoir de sacrés soucis en perspective.

Jackson emprunte le corbillard de son patron, retrouve Imabelle et avec Goldy embarque la caisse d'or mais au moment de partir Imabelle s'est enfuie.

Deux autres complices reviennent et voient le corbillard... Alors, là tout va s'envenimer avec meurtres, courses poursuites entre escrocs et avec la police entre deux.

 

Une fin "rocambolesque", non dénuée d'humour, malgré le côté tragique de cette sombre histoire d'escroquerie où le très naïf Jackson va mettre, sans intentions particulières, le feu aux poudres.

 

Une lecture très agréable, qui aurait sans doute été encore meilleure dans la traduction de 2007.

 

Un grand auteur de littérature "noire" (dans les deux sens du terme) à ne surtout pas oublier, d'autant qu'il a écrit d'autres romans que cette série-ci.

 

A noter que ce livre a été repris en bande dessinée par Wolinski et porté au cinéma en 1991, par Bill Duke sous le titre "Rage in Harlem".

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

 

 

La reine des pommes de Chester Himes (Folio - policier)
La reine des pommes de Chester Himes (Folio - policier)
La reine des pommes de Chester Himes (Folio - policier)
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 17:58
En l'absence de Blanca d'Antonio Muñoz Molina (Le Seuil)

En l'absence de Blanca d'Antonio Muñoz Molina

(Le Seuil - 125 pages - janvier 2004)  ​

Traduit de l'espagnol par Philippe Bataillon

Titre original : En auscencia de Blanca (1999)

--------------------------------------

Un auteur espagnol que je découvre avec ce court roman. Né en 1956, Antonio Muñoz Molina a fait des études d'histoire de l'art, ce que l'on ressent bien dans ce roman où l'art est très présent.

On dit que ce livre est un hommage à Flaubert à travers Blanca, une Emma Bovary espagnole des temps modernes. A chacun selon sa propre interprétation. En tout cas le style est fluide avec de longues phrases à l'image de l'incipit :

"La femme qui n'était pas Blanca avança vers Mario depuis le fond du couloir, habillée du chemisier de soie verte, des jeans et des chaussures plates de Blanca, lui souriant et fermant à demi les yeux tandis qu'elle s'approchait, des yeus qui avaient la même couleur et la même forme que ceux de Blanca mais qui n'étaient pas les siens, lui souhaitant la bienvenue sur un ton de voix aussi semblable à celui de Blanca que si c'était véritablement elle qui lui parlait."

 
 

Mario López est chez lui en compagnie d'une usurpatrice d'identité !! Elle n'est pas Blanca qui l'a quitté mais elle porte les mêmes habits et bijoux. Etrange !

Dessinateur et fonctionnaire au Conseil Général de la province de Jaen, il termine sa journée peu avant 15 h et n'a qu'une hâte : rentrer retrouver Bianca qui travaille selon ses contrats de façon très irrégulière. Ils s'aiment comme au premier jour. Ils habitent à Jaén. Blanca voudrait aller à Madrid voir une exposition sur Frida Kahlo. Mario est prudent eu égard à leur finance. Il se rappelle qu'il vient d'un milieu modeste et elle d'un milieu bourgeois.

Mais ce qui l'inquiète c'est le fait qu'un artiste vient à Jaén que Blanca semble apprécier Lluis Onésimo et elle en parle souvent.

Elle avait connu  Naranjo un peintre excentrique et drogué qu'elle voulait contribuer à faire reconnaître à Madrid mais elle le perdit quand il alla s'installer dans la capitale.

Il se rappelle sa première rencontre avec Blanca dans une boîte. Il y était allé pour faire plaisir à des amis. Blanca lui avait été présentée mais il la retrouva au bar puis dehors en très mauvais état, vomissant, imbibée d'alcool et de drogue. Elle espérait y voir Naranjo. Il l'a ramenée chez elle dans un appartement d'une saleté repoussante.

A présent il se dit qu'il aurait dû épouser Juli qui aurait été moins exigeante dans ses besoins artistiques

Page 91 : "Mario (...) dont les espérances dans la vie correspondaient en réalité non pas à celles de Blanca, pour autant qu'ils eussent tous deux essayé de le croire, mais à celles d'une secrétaire d'agence, au genre de femmes qu'incarnait exactement Juli, une femme qui jamais n'aurait souffert de ne pas assister à la Biennale de Venise ou à la première de Madame Butterfly, à Covent Garden à Londres et, qui plus est, aurait tou ignoré de l'art moderne, de l'opéra, de Covent Garden, sans être pour autant une idiote, une fonctionnaire mentale, comme le disait si souvent Blanca, comme s'il y avait eu quelque chose de déshonorant dans le fait d'être fonctionnaire..."

 

Le roman débute comme il finit, avec cette question que se pose Mario :Blanca est-elle revenue ou est-elle partie vivre avec Onésimo ! Cette femme est-elle son double? Qui est-elle?

On le voit alors vivre avec Blanca, tous les deux si différents l'un de l'autre (à l'image des Bovary, pour se référer à Flaubert). Amoureux fou malgré tout.  Quand lui pense à sa vie rangée de fonctionnaire scrupuleux et sérieux au possible, Blanca se montre plutôt bohème, telle qu'il l'a connue cette fameuse nuit en boite de nuit, aimant l'art par dessus tout, rêvant d'aller dans tous les lieux où se joue l'art contemporain...

Les contraires peuvent-ils s'aimer sur le long terme? N'y a -t-il pas une distance qui se crée malgré l'amour qui devrait être au-dessus de tout !

 

Un livre de grande qualité littéraire, non dénué d'humour. Le lecteur n'arrive pas à prendre parti pour Mario ou Blanca. Distance est prise par l'auteur puisque c'est un narrateur extérieur qui raconte cette drôle d'histoire de couple. On remonte le temps pour essayer de comprendre ce que souhaite faire Blanca de sa vie.

 

Excellent livre que je recommande vivement.

Bonne lecture,

Denis

 

 

 

 

 

 

En l'absence de Blanca d'Antonio Muñoz Molina (Le Seuil)
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 16:54
Citation de Michel Déon sur l'art de la lecture
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré