Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 18:03
Lire la poésie : de A à Z... (21/50) K comme Koltz

Un poète : Anise Koltz (née en 1928) - Luxembourg

Un recueil : Le porteur d'ombre (2001)

Un poème :

 

    Le porteur d'ombre

 

Je suis un rapace

dont l'ombre sème la terreur

le geai m'annonce dans les bois

 

Je me crains moi-même

fragile et inflammable

ma chair ne me défend pas

 

Chaque fois que je dévore une proie

elle me dévore

 

Entre chien et loup

le sang de l'homme

se languit de sang

 

Né pour tuer

un goût amer

rôde dans sa bouche

le chien redevenu loup

flaire sa proie

 

Je ne sais pas où se termine en moi

l'être humain

où commence la bête

ni quelle part est la meilleure

 

Mon esprit auto-destructeur

ne se concilie

avec aucun entourage

 

                                                 --------------------------------------------

 

L'auteure, luxembourgeoise, écrit dans trois langues dont le français. Lapidaire, humaniste et teintée de philosophie, sa poésie s'exprime dans un ton très naturel et accessible. 

Anise Koltz est membre de l’Académie Mallarmé et de l’Institut Grand-Ducal des Arts et des Lettres. Elle a reçu le Prix 2008 de la Fondation Servais pour la littérature luxembourgeoise à l’occasion de la parution de L’ailleurs des mots.
Elle a été distinguée par le Prix de Littérature Francophone Jean Arp en novembre 2008.

Une auteure à découvrir... Et pour prolonger cette lecture, n'hésitez pas à télécharger le texte en pdf "Le silence dans la poésie d'Anise Koltz"

 

Bonne lecture,

Denis

Lire la poésie : de A à Z... (21/50) K comme Koltz

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 21:04
Etienne Drioton : l'Egypte, une passion par Michèle Juret

Etienne drioton : L'Égypte, une passion

Dans les pas de Auguste Mariette Pacha et Gaston Maspero

par Michèle Juret

(Gérard Louis Editeur - septembre 2013 - 225 pages)

----------------------------------------

Voici une biographie passionnante pour découvrir un égyptologue bien méconnu alors qu'il a succédé en Egypte à Mariette et Maspero, a eu pour élève Christiane Desrobes-Nobecourt notamment et a permis de développer par les fouilles et les travaux d'érudition les connaissances sur l'Egypte ancienne.

Le livre retrace les étapes de la vie d'Etienne Drioton, chanoine égyptologue :

 

1/ 1889-1939 : De Nancy au musée du Caire

Très jeune il se passionne pour l'Égypte tout en suivant ses études qui le conduisent à devenir prêtre. Après la grande guerre il peut reprendre ses études d'égyptologie à Paris. Il devient rapidement professeur à l'institut catholique de Paris et à l'Ecole du Louvre où il aura notamment comme élève Christiane Desroches-noblecourt.

Courant décembre 1924, il part pour son premier séjour en Égypte, visitant Alexandrie puis le Caire avant de partir pour 3 mois fouiller le temple de Medamoud et en relever toutes les inscriptions. Plusieurs hivers de suite il reviendra sur le site, découvrant notamment une statue de Montou.

En 1926, il devient conservateur adjoint au département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre. Ainsi pris entre enseignement et travail au Louvre, il lui est plus difficile de se rendre en Égypte. Il participe toutefois en 1933 à un nouveau chantier à Tod, lieu également consacré à Montou. En 1936, un trésor est découvert : 4 coffres ayant appartenu à Amenemhat II.

 

II/ 1936-1939, le Caire

Etienne Drioton est nommé par le roi d'Égypte directeur général du service des antiquités égyptiennes au Caire dans un climat difficile où les étrangers sont mal vus. Il s'installe pour trois ans, le temps de son mandat, avec sa mère et sa soeur.

Parmi les missions, il y a le suivi des fouilles et le partage entre pays des découvertes  faites lors des fouilles entre l'Egypte et le pays initiateur. Tout ceci sous le regard des égyptiens, devenus très nationalistes. Ainsi est également nommé un directeur adjoint égyptien qui va tout faire pour jeter le discrédit sur les affaires conduites par Drioton.

En 1939, Pierre Montet découvre des tombes à Tanis de pharaons des XXIe et XXIIe dynasties. Découverte importante mais la deuxième guerre mondiale vient tout perturber.

 

III / Les années 1939-1945

Etienne Drioton reste en Égypte mais les fouilles tournent au ralenti. Montet a pu revenir en 1940 mais Tanis ne sera repris qu'en 1945. Très vite, il convient de mettre en place un service de restaurations des tombes.

Étienne Drioton n'en continue pas moins d'écrire de nombreux textes dont les plus originaux concernent le théâtre égyptien.

 

IV/ 1945-1952

La vie reprend presque normalement malgré des émeutes régulièrement sanglantes. Une des préoccupations est de sauver Philae des eaux.

La création d'Israël en 1948 conduit à un conflit auquel participe l'Égypte au sein de la ligue arabe et un homme se distingue, Nasser, qui va bientôt jouer un rôle prédominant en Égypte.

En 1952, c'est la révolution égyptienne et le roi est destitué en juillet alors que Drioton est en congés en France. Il comprend qu'il ne pourra pas retourner en Égypte, démissionne peu avant de recevoir sa révocation officielle. L'Égypte veut plus que jamais un égyptien à son poste.

 

V/ 1952-1961 en France

C'est alors le retour définitif en France.Drioton s'installe à Montgeron, en région parisienne. Il reprend ses cours à Paris et continue à écrire sur ses nombreuses découvertes et réflexions sur l'Egypte.

La religion l'aura accompagné toute sa vie, comme une compagne, pour se recueillir, réfléchir et mieux vivre sa vie de chercheur.

 

Une belle découverte. Je remercie chaleureusement l'auteure de m'avoir fait parvenir par son éditeur ce livre richement illustré et documenté, avec de nombreux extraits de sa riche correspondance.

 

Michèle Juret, diplomée de l'Ecole du Louvre est conservatrice du Musée Municipal Josèphe Jacquiot à Mongeron. Elle est également responsable des archives Etienne Drioton qui lui donne autorité pour parler avec attachemlent de cet homme exceptionnel, travailleur, à l'écoute des autres et donc d'une très grande valeur morale.

Etienne Drioton : l'Egypte, une passion par Michèle Juret

Partager cet article

Published by DENIS - dans HISTOIRE
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 10:29
Citation d'Henry de Montherlant : héros ou intelligent

"Le problème est de concilier ces deux êtres si malaisément conciliables : le héros et l'intelligent;"

Henry de Montherlant (1895-1972), "L'equinoxe de septembre" (1938)

                                                  ----------------------------------

"L'equinoxe de septembre" reprend des textes écrits entre1936 et 1938.

C’est la chronique lucide de la chute de la III° République, de la réoccupation de la rive gauche du Rhin par les troupes allemandes à la signature des accords de Munich. Il y dresse le portrait sans complaisance d’une France exténuée, vidée de sa substance par le carnage de 14-18, et déjà prête à succomber à l’ennemi.

 

Denis

Citation d'Henry de Montherlant : héros ou intelligent

Partager cet article

Published by DENIS - dans CITATIONS
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 18:02
Lire la poésie : de A à Z... (20/50) - K comme Khaïr-Eddine

Un poète : Mohammed Khaïr - Eddine (1941-1995) - Maroc

Un recueil (roman-poème) : Moi l'aigre (1970)

Un poème :

 

                 Non je n'ai point dormi

 

Non, je n'ai pas dormi;

Il a seulement fallu quelques cars de police

quelques grenades et quelques galons sourds

il a fallu qu'un flic entre dans nos peaux

parce que je baffe ton papa et le mien réunis

Oui

il a fallu que j'aille deux mois à l'usine

avec une quinzaine de jours d'absence volontaire

il a fallu que j'attrape le roi avec un miroir rouge

pour qu'un rien de nuit s'en aille et que le rêve des bourgeois

roule au bas de la pente

mais j'ai fait un ouvrier digne de ce monde

cet ouvrier cassera le globe en deux

de sorte que la terre ne sera plus une planète

les morts que nous avons relégués dans leurs os

rongeront la mort putride des bourgeois

et des capitalistes qui rossaient le noir-blanc

qui n'était autre qu'un ouvrier

indiqué à de tels us

car il les aimait les pratiquait baisait le billet de banque

sorti tout froid d'un coffre-fort d'usine

le côté tangent de cette épreuve continuera de nous opposer

Mais nous l'adorerons comme nos ancêtres adoraient

Dieu, nous jouerons avec notre foi, nos faulx, nos

mitraillettes et nos avions, mais

ce monde sera désormais séparé de lui-même

nous serons des trappeurs rompus mais nous vaincrons

ceux qui ont changé leur monde mais pas le Monde

et qui nous expliquent le sang en délestant la terre

de son froid minéral originel

 

----------------------------------------------------

 

Mohammed Khaïr-Eddine a publié de la poésie dès l'âge de 16 ans. Un jeune Rimbaud à sa manière, s'ouvrant à la poésie expérimentale, loin du conservatisme littéraire.Sa poésie est sous tension, révoltée aussi.

Il part en France en 1965 où il devient ouvrier ce que l'on sent vivre dans le poème "Non je n'ai pas dormi". Il va publier des romans dont "Agadir" qui va recevoir le prix "Enfants terribles" fondé par Jean Cocteau. Son oeuvre a été publiée aux éditions du Seuil et elle a souvent été censurée au Maroc.

Il rentre en 1979 au Maroc où il meurt en 1995.

 

"Moi l'aigre" parait en 1970, avec deux parties : une partie en prose qui emprunte pour beaucoup à la poésie et une partie sous forme de pièce de théâtre. Livre de révolte avant tout avec lequel il se veut très libre dans le ton et la forme. L'on vit bien au rythme de "l'aigreur" de l'auteur...

Un auteur à découvrir au travers d'une douzaine de livres.

 

Bonne lecture,

Denis

Lire la poésie : de A à Z... (20/50) - K comme Khaïr-Eddine

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 21:23
Un lundi sans bruit de Max Férandon (Carnets Nord)

Un lundi sans bruit de Max Férandon

(Carnets Nord - avril 2015 - 172 pages)

Première édition : 2014 - Editions Alto -Canada

                                        

------------------------------------------------------

 

Deux parties dans ce roman au ton souvent « caustique » malgré son humour très « premier degré » :

1/Aujourd'hui

Amédée travaille dans une scierie et n'aime pas les lundis. Il fait de la lundinite aiguë. Goguenard le patron de la scierie n'est pas là. Ainsi, c'est Amédée qui accueille les frères Crasimir, 2 redoutables bulgares "mafieux". Il est toujours dans les coups foireux son patron et quand il rentre, Amédée apprend qu'il a fait convoyer dans un cercueil un tableau qui a été volé et les bulgares croient que Goguenard est complice du vol.

Saint-Priest-la-brume a ainsi vu arriver ce lundi les deux bulgares ainsi que les Prunier, mimes de père en fils. Et c’est Ginette, l’amante d'Amédée, qui va recevoir ce monde à l'hôtel d'Auvergne.

Le pauvre Goguenard a eu bien des déboires avec les émirs du Qatar qui voulaient des cercueils en chêne. Trois cents ont été commandés mais le onze-septembre est passé par là et ses cercueils lui sont restés sur les bras. Et alors qu'il vient de faire affaires avec un négociant de vin qui lui a demandé d'ajouter de la sciure de bois pour faire vin vieilli en fût, le type se tue sur la route. C’est dire que cette histoire du tableau volé complique encore la situation.

Mme Goguenard a pour amant le charcutier. Les Crasimir croient que c'est le mari, l'assomme et partent avec lui en camion. Mais Amédée les suit, récupère le cercueil dans lequel est placé le charcutier Alors survient un accident avec un camion de lait qui complique tout…

2/ Hier

La famille juive Ackermann doit fuir l'Alsace au moment de l'exode pendant la deuxième guerre mondiale, faisant halte à Montluçon non sécurisée et finissent par arriver à Saint-Priest-la-brume. Le jeune Josef devenu Jérôme, est placé chez un agriculteur et va à l'école. Grâce à ses instituteurs et à un gendarme complaisant il échappe à une rafle.

Le mime Prunier arrive également à Saint-Priest-la-brume en juin 1943.

Brehmer, lui, est le responsable allemand de la ville et essaye tant bien que mal de temporiser quand il le peut. Seulement les temps changent et les ordres deviennent plus sévères et sur proposition de français soumis à l'autorité allemande une liste est dressée de français à arrêter.

Car il est beaucoup question de listes dans cette partie du récit.

Jérôme se retrouve seul dans la ville quand un lundi matin l'armée allemande vient anéantir la ville… Sera-ce un lundi sans bruit ?

 

On l’aura compris, 2 parties qui sont le miroir de l’autre car le fameux tableau volé était déjà présent dans l’histoire d’hier ainsi que les mimes. M. de La Mothe Grébière, bien vieux et sans tête se voit acheter, racheter son tableau sans cesse, ce qui n’est pas si grave quand on apprend dans la 2e partie, qu’il était pronazi…

Alors, comme je le disais en préambule, l’auteur joue beaucoup avec les mots, même dans les moments tragiques.

Quelques exemples :

Les titres par exemple des « chapitres » : tueurs en scierie, symphonie picturale…

Page 11 : « Le scieur de long n’en mène pas large »

Page 139 : « Le colonel Heindorf vient de se faire limoger ». (Il était en poste à Limoges).

 

Un ton léger pour des situations compliquées qui font basculer les histoires du morbide dans le « burlesque ». On comprend donc très vite qu’il faut accepter ce ton pour entrer dans ce roman.

Ce n’est pas un coup de cœur, mais une très bonne lecture tout de même. Il n’y aurait pas eu ce contexte lourd de deuxième guerre mondiale j’aurais pris plus de plaisir à accepter un ton léger.

 

Merci à Fleur de Carnets Nord de m'avoir envoyé ce livre au demeurant de très belle facture littéraire.

 

A lire pour rire et pleurer...

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

A noter que j'ai lu et présenté il y a deux ans le premier roman de l'auteur chez le même éditeur : Monsieur Ho

 

Partager cet article

14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 12:20
Lire la poésie : de A à Z... (19/50) J comme JACCOTTET

Un poète : Philippe JACCOTTET (né en 1925) - suisse

Un recueil : L'effraie et autres poésies (1953)

Un poème :

 

                L'effraie

 

La nuit est une grande cité endormie

où le vent souffle... Il est venu de loin jusqu'à

l'asile de ce lit. C'est la minuit de juin.

Tu dors, on m'a mené sur ces bords infinis,

le vent secoue le noisetier. Vient cet appel

qui se rapproche et se retire, on jurerait

une lueur fuyant à travers bois, ou bien

les ombres qui tournoient, dit-on, dans les enfers.

(Cet appel dans la nuit d'été, combien de choses

j'en pourrais dire, et de tes yeux...) Mais ce n'est que

l'oiseau nommé l’effraie qui nous appelle au fond

de ces bois de banlieue. Et déjà notre odeur

est celle de la pourriture au petit jour,

déjà sous notre peau si chaude perce l’os,

tandis que sombrent les étoiles au coin des rues.

 

                                                  -------------------------------------

 

"L'effraie et autres poésies" est le troisième livre de l'auteur et le premier à paraître chez un éditeur français en décembre 2013. Et qui plus est dans la prestigieuse collection "Métamorphoses" dirigée par Jean Paulhan chez Gallimard.

L'installation à Paris de Philippe Jaccottet après guerre a largement contribué à son émancipation littéraire au point de ne plus inscrire dans sa bibliographie ses deux premiers recueils.

Intimisme, maîtrise technique et attention aux détails du quotidien qu'il retrouve chez Henri Thomas ou Eugene Montale influent sur sa poésie d'alors.

De par son titre, le poème initial "L'effraie" se détache des poèmes suivants en formant seul la première séquence du recueli. Le sous-titre, lui, revendique une liberté de structure tout en s'inscrivant dans une tradition, celle des "poésies diverses" de la Renaissance.

Ces poèmes dessinent la silouhette d'un perpétuel errant, d'un déraciné qui raconte aussi les intermittences du coeur ponctuant l'ensemble du recueil d'amours provisoires en des temps de détresse. (Informations issues de l'introduction à ce recueil de Hervé Ferrage dans le tome des oeuvres de Philippe Jaccottet publié dans la collection La Pléiade - Gallimard - 2014).

 

Je vous invite également à lire la passionnante étude de ce poème chez le poète Jean-Michel Maulpoix (que je présenterai à la lettre M).

Lire la poésie : de A à Z... (19/50) J comme JACCOTTET

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 18:37
Le tableau amoureux de Jacques Renoir (Fayard)

Le tableau amoureux de Jacques Renoir

(Fayard - janvier 2013 - 280 pages)

(Tableau de couverture : La dormeuse (1897)

de Pierre Auguste Renoir)

--------------------------------------------------

 

Dédicace : "A mes enfants, Mathéo et Pauline, l'histoire de leur histoire..."

 

Ce livre est bien cela : raconter un moment de la vie des Renoir si riche en célébrités, à commencer par Pierre Auguste Renoir (1841-1919), que son arrière-petit-fils, Jacques (né en 1942) décide de mettre en scène dans ce livre.

Nous sommes le 3 mars 1914. Jean Renoir (1894-1979), le futur grand cinéaste, a alors 20 ans et il rentre en permission suite à son engagement dans la cavalerie. Son jeune frère, Claude (le futur père de Jacques) dit Coco est impatient de le revoir. Tout le monde trépigne et son arrivée est un moment de grand bonheur. Jean va voir son père dans son atelier. Il le trouve vieilli dans son fauteuil roulant et sent que ses mains commencent à ne plus répondre comme il le voudrait car Renoir peint inlassablement.

On est à la maison de Cagnes dite "La Collette" achetée grâce à Aline, l'épouse du peintre, qui sentait que son mari y trouverait le calme pour achever ici son oeuvre.

Jean raconte sa vie de casernement et entend s'inscrire dans deux ans aux Cadres Noirs de Saumur. Le lendemain, Aline part à Nice chez un photographe. Elle y voit une jeune et belle vendeuse, Andrée, 17 ans. Aussitôt, Mme Renoir voit en Andrée le modèle parfait pour Renoir. Elle l'invite à venir leur rendre visite, ce qu'elle accepte aussitôt.

La vie aux Collettes va alors en être transformée. Renoir est tout ce suite charmé par la jeune femme et son corps parfait. Et puis, Jean, Claude ne sont pas indifférents à Andrée non plus. Toutefois, Coco est encore bien jeune... Et pourtant la première séance n'a pas été un plaisir pour la jeune modèle car elle se rend compte qu'au lieu de la représenter, Renoir a peint un vase et des fleurs. Elle part en pleurant, décidée à ne pas revenir mais Aline va venir la rechercher quelque temps plus tard. Et la vie reprend insouciante car avec les "domestiques" attachés au domaine, toute barrière sociale est écartée et ils font partie de la vie de la grande famille des Renoir. Coco se plait à s'amuser avec Pierre, Anne et Pauline. Ils font des déjeuners sur l'herbe qui ont tant inspiré le grand Renoir.

De nombreux artistes viennent rendre visite au peintre, notamment Rodin, le sculpteur bien connu. Renoir se lasse vite de ce bon vivant et fait son portrait comme c'était prévu entre eux deux aussi vite que possible pour le voir repartir dès que possible.

Comme chaque année, les Renoir quittent au début de l'été 14 Cagnes où la chaleur indispose la famille et arrivent à Paris après un périple en limousine assez compliqué. Renoir en profite pour songer au passé, à ses débuts de peintre, à ses amours avec ses modèles...

A Paris, ils sont accueillis par Pierre, le fils ainé, acteur. Il vit avec Vera une actrice très connue. car on ne pensait pas trop à la guerre à Cagnes. La guerre éclate et les deux ainés sont engagés dans l'armée. Tous les deux vont être rapidement blessés. Jean va l'être assez gravement et envoyé à Gerardmer où il est soigné.

Aline revenue à Cagnes entent se rendre au chevet de son fils et c'est un nouveau voyage difficile et épuisant en limousine. Elle va sauver son fils de l'amputation grâce à son intervention auprès d'un interne qui va utiliser une nouvelle méthode de soin pour éviter la grangrène. Epuisée, elle va rentrer à Cagnes pour y venir.

Le vieux Renoir va alors se sentir bien seul jusqu'à sa mort, après la guerre, en 1919.

Ce livre permet de vivre de l'intérieur les 5 dernières années de la vie de Renoir entouré des siens dont Coco qui sera le grand-père de Jacques. Ainsi il a pu avoir plus facilement accès aux informations concernant la vie à Cagnes à l'époque pour bâtir ce livre passionnant de bout en bout.

Je conseille très fortement la lecture de ce livre bien écrit. On se sent invité de la famille Renoir, allant dans l'atelier du peintre, voyant cette jeunesse vivante éprise de rêves et d'amour. Et les souvenirs du passé de Renoir permettent de revivre les grands moments de sa vie.

Bonne lecture,

Denis

(PS : un magnifique film a été inspiré de ce livre : Renoir de Gilles Bourdos (2013)

Le tableau amoureux de Jacques Renoir (Fayard)

Partager cet article

10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 08:44
Citation de E.M. Cioran sur la vision de soi

"Si l'on pouvait se voir avec les yeux des autres, on disparaitrait sur-le-champ".

 

Emil Michel Cioran (1911-1995), "De l'inconvénient d'être né" (1973)

 

                                                -------------------------

 

De l'inconvénient d'être né est un ouvrage publié en 1973 par le philosophe Emil Cioran, qui, sous forme d'aphorismes fragmentés, livre d'effroyables vérités concernant l'absurdité de la condition humaine.

 

L’ouvrage porte sur ce qui serait si l’on était resté à l'état de non-être. Sa première maxime est une mise en relief du temps et de la vie:

“Trois heures du matin. Je perçois cette seconde, et puis cette autre, je fais le bilan de chaque minute.

Pourquoi tout cela? - Parce que je suis né.

C'est d'un type spécial de veilles que dérive la mise en cause de la naissance”

Cioran pratique la désillusion et cultive dans cet ouvrage un goût du paradoxe et de l'autodérision. Sa pensée se fonde sur l’ironie et l’anéantissement des idées de progrès et de bonheur. Les plaintes de cet ouvrage bien que vaines, nous donnent une vision assez juste de la nature humaine, sur ce qui serait si on n'était pas. Ainsi selon Cioran, nous ne courons pas vers la mort, nous fuyons la catastrophe de la naissance. Nous nous démenons, rescapés qui essayons de l’oublier. La peur de la mort n’est que la projection dans l’avenir d’une peur qui remonte à nos premiers instants. Le paradis serait alors un état prénatal sans incarnation.

(Source wikipedia)

 

Denis

Citation de E.M. Cioran sur la vision de soi

Partager cet article

Published by DENIS - dans CITATIONS
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 17:04
Lire la poésie : de A à Z...(18/50) - J comme JAMMES

Un poète : Francis Jammes (1868-1938)

Un recueil : Clairières dans le Ciel (1906)

Un poème :

 

                      Je la désire

 

Je la désire dans cette ombreuse lumière
qui tombe avec midi sur la dormante treille,
quand la poule a pondu son œuf dans la poussière.
Par-dessus les liens où la lessive sèche,
je la verrai surgir, et sa figure claire.
Elle dira : je sens des pavots dans mes yeux.
Et sa chambre sera prête pour son sommeil,
et elle y entrera comme fait une abeille
dans la cellule nue que blanchit la chaleur.

 

-------------------------------------------------

 

Ce poème fait partie de la série "Tristesse" du recueil écrit entre 1902 et 1906 et qui comprend :

- En Dieu  /  Tristesses  /  Le poète et sa femme  /  Poésies diverses  /  L'Eglise habillée de feuilles

 

L'auteur précise que les poèmes "En Dieu" et "L'Eglise habillée de feuilles" sont des plus récents. Ils ont été écrits après son retour au catholicisme, l'un en 1905, l'autre en 1906.

 

"Tristesses" reprennent la déception amoureuse de Francis Jammes qui aimait une jeune femme dont la famille a refusé le mariage avec lui.

Les autres parties du recueil sont également en grande partie inspirées par ce désarroi amoureux.

Il va alors se convertir au catholicisme comme une "rédemption" avant, notamment avec le long poème "En Dieu", de suivre le chemin de la vie éternelle...

Et très étonnamment, la partie centrale du recueil est une pièce de théâtre en 3 actes "Le poète et sa femme" d'une quarantaine de pages.

Beaucoup de contrastes et d'originalité dans ce recueil tout à fait attachant et dans ce ton "Paroifs, je suis triste. Et, soudain, je pense à elle. Alors je suis joyeux..."

Je vous propose également ce poème qui se rattache à la partie "poésies diverses" et qui a pour titre :

 

                      Ne me console pas.

 

Ne me console pas. Cela est inutile.
Si mes rêves qui étaient ma seule fortune
quittent mon seuil obscur où s’accroupit la brume
je saurai me résoudre et saurai ne rien dire.

Un jour, tout simplement (ne me console pas !)
devant ma porte ensoleillée je m’étendrai.
On dira aux enfants qu’il faut parler plus bas.
Et, délaissé de ma tristesse, je mourrai.

 

Bonne lecture,

Denis

Lire la poésie : de A à Z...(18/50) - J comme JAMMES

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 09:03
Citation de Paul Valéry sur la notion du faux

"Tout ce que l'on dit de nous est faux ; mais pas plus faux que ce que nous en pensons. Mais d'un autre faux".

Paul Valéry (1871-1945), Tel Quel (1941)

 

                                                       ---------------------------------------

 

" Peinture. L'objet de la peinture est indécis. S'il était net, - comme de produire l'illusion de choses vues, ou d'amuser l'œil et l'esprit par une certaine distribution musicale de couleurs et de figures, le problème serait bien plus simple, et il y aurait sans doute plus de belles œuvres (c'est-à-dire conformes à telles exigences définies) - mais point d'œuvres inexplicablement belles. Il n'y aurait point de celles qui ne se peuvent épuiser. "

Pendant un quart de siècle Paul Valéry a pris des notes sur tous les problèmes qui le préoccupaient. La philosophie et l'art se détachent particulièrement au cours de ces recherches instantanées. Chacun de ces textes contient à l'état d'aphorismes, de formules, de fragments ou de propos, voire de boutades, mainte remarque ou impression venue à l'esprit, çà et là, le long d'une vie, et qui s'est fait noter en marge de quelque travail ou à l'occasion de tel incident dont le choc, tout à coup, illumina une vérité instantanée, plus ou moins vraie. De ces pensées et aphorismes se dégage une pensée d'une rigueur exemplaire et qui propose une méthode d'investigation d'une rare acuité.

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

 

 

Citation de Paul Valéry sur la notion du faux

Partager cet article

Published by DENIS - dans CITATIONS
commenter cet article

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré