Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 13:00

          SABBAT DES SORCIERES

SABBAT DES SORCIERES



Mise sur pied en 1972, cette manifestation a pour but de faire revivre l'exécution de 5 sorcières qui eut lieu en 1610 à Ellezelles.
Le Cortège arrive sur la Place d'Ellezelles à 17h30 et se dirige, par les routes de campagne, vers la Place d'Aulnoit, à quelque 3 km de là. C'est là que les fameuses sorcières (ou Chorchîles) et le loup-garou arrivent vers 22h15, pour leur rendez-vous avec Satan. L'endroit est d'ailleurs appelé "Mareu des Chorchîles". C'est là que se déroule la fête des sorcières et leur fantastique ronde dansante autour du feu. Au milieu du Sabbat surgissent les fermiers des environs, armés de fourches et de croix. Ils parviennent à s'emparer d'une des sorcières qu'ils traduisent aussitôt devant un tribunal ecclésiastique. Les juges la condamnent à mort par pendaison.






Voici une des sorcières




 

Une autre sorcière




Le diable et le loup-garou - Sabbat

 le loup - garou & Satan





Et d'autres sorcières !!!




Sabbat des sorcières - Sabbat






Sabbat 14


aussi laides les unes que les autres ...




Sabbat 5 - sabbat





Sabbat


Bien que celle-là ne m'effraie pas !




Sabbat





Sabbat 10 - Sabbat



 Encore une tradition belge que je vous ai faite découvrir et qui attire beaucoup de monde , car en plus Ellezelles se trouve dans une superbe région " La région des collines "!






Et c'est à Ellezelles également que vous pouvez emprunter "Le sentier de l'étrange" sur les pas des sorcières ...


N'hésitez pas à cliquer sur le lien , si vous voulez découvrir cet endroit !
Les photos de cet article , je les ai trouvées sur le net.






Bonne ballade au pays des sorcières !!!

  FABIENNE

Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:13

Voici quelques cartes postales anciennes  dont le thème est " JOYEUSES PÂQUES " , que j'ai trouvées au hasard  sur le net , et j'aime beaucoup ce genre de cartes rétros , qui dégagent de la douceur, de la tendresse ...

Je vous laisse les découvrir et surtout, n'hésitez pas à laisser vos commentaires !






































































 



J'espère que vous avez aimé ...





FABIENNE

Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 11:58

 

 



Pâques : la fête du printemps et du renouveau.



Si la fête de Pâques a un sens religieux pour les religions chrétienne et juive, Pâques est aussi une fête païenne qui célèbre le printemps et le renouveau. Il y a très longtemps, probablement à la préhistoire, une fête avait lieu au moment de la pleine lune du printemps. Tous les peuples fêtaient, après les longues journées d’hiver, le retour du beau temps.
 Depuis près de 3000 ans, ce moment de l’année est devenue la fête de la Pâque.



Pâque, selon la tradition juive


La vraie Pâque (sans "s") est une fête juive célébrée le 14ème jour du premier mois du calendrier juif. Les ancêtres du peuple juif étaient esclaves des pharaons d’Égypte. Sous l’influence de Moïse, ils s’organisèrent et s’enfuirent. Cette libération, appelée l’Exode, est depuis lors célébrée par les Juifs chaque printemps. Les Juifs ne disent pas pâques mais "Pessah".



Pâques, selon la religion chrétienne


La fête chrétienne de Pâques est destinée à rappeler le souvenir de la résurrection de Jésus-Christ. Durant les premiers temps de la chrétienté, le calendrier utilisé pour fixer la date de Pâques était le calendrier juif ou babylonien. Or le jour de la résurrection de Jésus-Christ tomba le 14ème jour du mois de Nissan en même temps que Pessah, la Pâque juive. Voilà tout simplement pourquoi le jour de la résurrection du Christ est appelé Pâques.



 
La tradition de Pâques dans le monde



La fête de Pâques est célébrée différemment selon les coutumes des pays du monde.

En France et dans la plupart des pays européens, les cloches des églises, véritables symboles de Pâques ne sonnent pas du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques, car l’histoire raconte qu’elles se rendent à Rome où elles se chargent d’oeufs. À leur retour, elles survolent les jardins et lancent tous ces oeufs… pour le plus grand plaisir des enfants !
Mais dans d'autres pays d'Europe, les messagers de pâques, ne sont pas les cloches : au Tyrol, c’est la poule. En Suisse, un coucou. En Allemagne, un lapin blanc. Dans les pays anglo-saxons, un lièvre.

En Italie, le prêtre bénit les oeufs de Pâques. Lors du repas du dimanche de Pâques, les maîtresses de maison les placent au centre de la table où tout le monde se réunit. Le repas de fête peut alors commencer !

En Australie, le jour de Pâques, ce ne sont pas les cloches qui apportent les oeufs, mais le lapin de Pâques ! Il les cache dans le jardin et les enfants s’amusent à les chercher.
 
En Bulgarie, un ou deux jours avant Pâques, la coutume veut que les familles chrétiennes envoient une miche de pain et 10 à 15 oeufs teints en rouge à leurs amis turcs. Honorés par ces présents, ceux-ci remettent en général un peu de monnaie au messager qui vient porter ces oeufs.


Le lapin en chocolat


Cette tradition du lapin en chocolat vient d’une vieille tradition populaire  qui dit qu’à Pâques, c’ést au tour des lapins de couver les oeufs ! Drôle d’idée non ? En tout cas l’association lapin, Pâques et chocolat découle de cette très ancienne croyance populaire.



L' île de Pâques


En Polynésie, sur le continent océanien, il y a un petit bout de terre qu’on appelle Île de Pâques. Grande de 118 Km2, son véritable nom est Rapa Nui, et elle doit son surnom d’île de Pâques à sa découverte le jour de Pâques en 1722 par Roggeven. Cette île est constituée d’un énorme bloc de lave, culminant à 500 mètres par un cratère triangulaire, et est célèbre pour ses gigantesques statues inachevées.



La tradition des oeufs de Pâques


L’oeuf de Pâques est le symbole de l’éclosion d’une vie nouvelle et de la fertilité. Donner des oeufs en cadeau à Pâques ou pour célébrer l’arrivée du printemps, est une tradition installée depuis des centaines d’années.

Il y a environ 5000 ans, les Perses offraient déjà des oeufs de poules comme cadeaux porte-bonheur pour fêter le printemps ! C'est réellement à partir du XIIIe siècle que les premiers oeufs peints firent leur apparition en Europe. Ils s'échangeaient à l'occasion de la fin du Carême, symbolisant ainsi la fin des privations de l'hiver.
Aujourd'hui, les oeufs de Pâques sont en chocolat. Cette tradition est relativement récente. Les moulages en chocolat ont fait leur apparition durant la première moitié du XIXe siècle.

On peint et on décore les oeufs de Pâques aux quatre coins de la planète. La décoration des oeufs est, dans certains pays, considérée comme un art. Certaines personnes croient que les oeufs de Pâques ont des pouvoirs magiques. Enterrer les oeufs de Pâques peints à la main au pied d’une vigne la ferait pousser plus rapidement. D’autres pensent que si l’oeuf reste enterré pendant cent ans, le jaune deviendra un diamant ! Incroyable, non ?

 

 

                                                                                  FABIENNE
Repost0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:15


Histoire et origine du Poisson d'Avril






Si l'origine du poisson d'avril est controversée, l'hypothèse la plus courante le fait naître au 16ème siècle. En 1564, le roi Charles IX a décidé que l'année ne commencerait plus le 1er avril mais le 1er janvier. Un changement a également décalé les échanges de cadeaux et d'étrennes qui marquaient le passage à la nouvelle année. Pour semer le doute au sujet de la date réelle du nouvel an, certains ont persisté à offrir des présents en avril. Avec le temps, les petits cadeaux d'avril se sont transformés en cadeaux pour rire, en blagues, puis en stratagèmes pour piéger les autres.

Si les farces sont désormais connues sous le nom de "poisson d'avril", cela remonte là encore à ce cher 16ème siècle. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du carême, période durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons.


La tradition de la blague du 1er avril, au départ occidentale, s'est peu à peu diffusée. Elle s'exprime de différentes manières en fonction des pays. En Angleterre, par exemple, le 1er avril est l' "April's fool day". Les farces ne se font que le matin et si vous êtes piégé, vous êtes "une nouille". En Ecosse, soyez deux fois plus vigilant qu'en France car les farceurs peuvent également sévir le 2 avril. Au Mexique, l'unique tour consiste à subtiliser le bien d'un ami. La victime aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu'il s'est fait avoir. Il existe même une version indienne du poisson d'avril : elle a lieu le 31 mars et se nomme la fête d'"Huli ". 




                                QUELQUES CARTES POSTALES ANCIENNES SPECIALES 1 ER AVRIL




                         





                    





                                                       






       
                                                      






                    
 





                                      





 




 










BON MERCREDI !

FABIENNE

Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 08:53


Des origines qui remontent à plus de 700 ans



L'origine de cette tradition n'est pas connue de manière précise mais sa plus ancienne trace remonte au XIIIème siècle.

Le moine Li Muisis - abbé de Saint-Martin à Tournai - écrit en 1281 : 'Selon une ancienne coutume, les citoyens les plus aisés et leurs fils se réunissent fraternellement autour d'une table ronde et élisent un roi'.

Le 'Lundi parjuré' ou 'Lundi perdu' que nous connaissons sous sa forme actuelle remonte à la moitié du XIXème siècle et n'a pas subi de modifications importantes sauf une tendance, née après 1945, à la célébrer en groupe, au restaurant, plutôt qu'en famille comme le veut la tradition.
Par contre, l'autre appellation, le Lundi Perdu, vient du fait que pour célébrer la journée, le travail était arrêté, c'était donc une journée perdue pour le travail. Aujourd'hui, la tradition se perpétue et on mange ce jour-là le fameux lapin du Lundi Perdu .
Cette fête importante dans le calendrier tournaisien a toujours lieu le premier lundi après le 6 janvier, jour de l'Epiphanie .




 



La petite saucisse

Premier plat  : Elle est servie avec de la compote ou du chou cuit au saindoux et pas de saucisse à bâtons qui est certes un plat tournaisien mais que l'on ne sert pas ce jour là.

Le lapin à la Tournaisienne

Deuxième plat · un lapin · deux ou trois gros oignons · sel, poivre du moulin · un peu de cassonade (facultatif) · prunes sèches et raisins secs · vinaigre · thym, laurier · beurre

On fait roussir dans une casserole les morceaux de lapin et les oignons. On ajoute l'assaisonnement puis on arrose d'eau. Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière (même si c'est meilleur! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvre à l'origine).

Troisième plat

La salade Tournaisienne



50 gr de salade de blé
1 chicon
1 pomme
1 gros oignon
1 petite boite de haricots blancs
1 betterave rouge cuite
1 petite endive
1 pissenlit
de la salade frisée
6 cerneaux de noix
3 c à s d'huile d'arachide, du vinaigre et de la moutarde
1 c à s de beurre
persil haché
sel et poivre


Préchauffer le four à 150°, peler et émincer l'oignon, verser dans un plat beurré allant au four et enfourner pour 30 min environ jusqu'à ce que l'oignon soit roussi.

Laver et nettoyer le chicon, l'endive, la salade frisée et le pissenlit,émincez les finement.

Laver la salade de blé,débiter la betterave en petits dés, peler et épépiner la pomme et la débiter en petits dés aussi,mettre dans un grand saladier, ajouter les haricots blancs, l'oignon roussi et les cerneaux de noix.

Préparer une vinaigrette bien relevée et mélanger le tout 

Et en dessert
: on sert la galette des rois avec la fève bien entendu !

Voilà ce qu'on mange à Tournai le jour du lundi perdu ! 
On dit aussi le jour du lundi perdu  que  " A Tournai pour bien faire cette fête ,  celui qui n'a pas de lapin n'a rien ! "

Et en tournaisien , ça se dit comme ça :

"A Tournai, pou bin fair' cell' fiête, l'ceu qui n'a pos d'lapin n'a rien !"




                                               



                                              Bon Appétit !!!


Petit clin d'oeil à la Belgique , mon pays !

Si vous essayez l'une ou l'autre recette , merci de me dire ce que vous en avez pensé  !!!
La salade Tournaisienne plaît beaucoup à mon mari et j'en fais régulièrement en cette période .

Fabienne
Je vends donc du lapin découpé et ...

Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 01:22







La tradition d'échanger des voeux entres voisins lors de la période de Noël est très ancienne.




Afin de pouvoir généraliser cette pratique et l'étendre à des amis et des parents éloignés, il faut attendre le développement des systèmes postaux.

Même au milieu du XIXe siècle, les anglais n'ont plus le temps d'écrire toutes les lettres de voeux à Noël.
Sir Henry Cole, fort occupé, fait imprimer en 1843 les premières cartes gravées de Noël : il n'a plus qu'à ajouter son nom et celui de son destinataire.

Une trentaine d'années plus tard, la lithographie en couleur à bas prix et un tarif postal spécial, lance cette mode.

Aujourd'hui les cyber cartes ont pris le relais et permettent d'envoyer rapidement et sans délai postaux, des cartes originales et multimédia.


                                                        

                                                       Portrait de Sir Henry Cole



                     Vue d'une carte  de voeux imprimée  pour  Sir Henry Cole



 





Voici une série de cartes postales anciennes , pour le plaisir , tout simplement ...
















































J'espère que le choix des cartes vous a plu ! J'aime bien ce style rétro...


                                                                                              Fabienne

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 14:21



La bûche de Noël
en Normandie




Voici en quels termes , Marchangy (1782-1826) parle de cet usage en Normandie : Le père de famille, accompagné de ses fils et de ses serviteurs, va à l'endroit du logis où, l'année précédente, à la même époque, ils avaient mis en réserve les restes de la bûche de Noël. Ils rapportent solennellement ces tisons qui, dans leur temps, avaient jeté de si belles flammes à rencontre des faces réjouies des convives. L'aïeul les pose dans ce foyer qu'ils ont connu et tout le monde se met à genou en récitant le Pater. Deux forts valets de ferme apportent lentement la bûche nouvelle, qui prend date, comme dans une dynastie. On dit la bûche 1ere, la bûche 2e, la 20e, la 30e, ce qui signifie que le père de famille a déjà présidé une fois, deux fois, vingt fois, trente fois semblable cérémonie.

La bûche nouvelle est toujours la plus grosse que le bûcheron puisse trouver dans la forêt, c'est la plus forte partie du tronc de l'arbre ou, le plus souvent, c'est la masse de ses énormes racines, qu'on appelle la souche ou la coque de Noël.
A l'instant où l'on y met le feu, les petits enfants vont prier dans un coin de l'appartement, afin, leur dit-on, que la souche leur fasse des présents, et, tandis qu'ils prient, on met à chaque bout de cette souche des paquets d'épices, de dragées et de fruits confits. Qu'on juge de l'empressement et de la joie des enfants à venir recevoir de pareils présents !

De nos jours, l'usage de la bûche de Noël tend à disparaître des pays normands.

Longtemps, les pauvres gens des campagnes, en attendant l'heure de la messe de minuit, ont dû se réchauffer autour de l'énorme bûche éclairant de sa lumière flamboyante la compagnie réunie sous la hotte de la cheminée. C'est assis, devant son brasier, qu'on restait jusqu'au moment où, à travers champs, on allait gagner la pauvre église où devait se célébrer la Messe des bergers. C'est devant l'âtre rougeoyant qu'on se racontait toutes ces légendes merveilleuses de Noël, toutes ces traditions qui, contées par la voix tremblante des aïeules, se sont transmises jusqu'à nos jours : et les pierres tournantes, comme celles de Gerponville, de Saint-Arnoult, de Malle-mains, qui tournent sept fois pendant la nuit de Noël ; et les trésors qui ne se découvrent que lorsqu'on sonne le premier coup de la messe nocturne ; et les feux follets qui dansent pendant la nuit sur les tombes du cimetière et bien d'autres contes fantastiques (G. Dubosc. Journal de Rouen, 25 décembre 1898).


           
                                      
        

         Dessin représentant la bûche nouvelle qu'on mettait dans la cheminée à Noël


Fabienne

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***