Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 17:36

L'article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle précise : « L'auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d'exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent. »

Contrairement à d'autres juridictions (comme aux États-Unis), il n'est pas possible techniquement de mettre une œuvre volontairement dans le domaine public, l'auteur ne pouvant légalement céder tous ses droits, et notamment le droit moral, qui possède un caractère inaliénable. Certaines licences, telle la licence CC0, tentent de se rapprocher le plus possible du domaine public, en permettant de renoncer à autant de droits que l'autorise la loi[1].

Prorogations

Lorsque l'auteur est mort pour la France les droits sont prorogés d'une durée de trente ans. (Art. L. 123-10 du CPI). S'ajoutent à ce délai des prorogations liées aux guerres mondiales. (Art. L. 123-8 et 9 du CPI). Cependant, ces prorogations sont appliquées aux « droits accordés par la loi du 14 juillet 1866 » (Art. L. 123-8 et 9 du CPI), qui correspondent à une base de cinquante ans, non de soixante dix.

 

Article tiré de wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Domaine_public_en_droit_de_la_propri%C3%A9t%C3%A9_intellectuelle_fran%C3%A7ais

 

 

A titre d'information, Guillaume Apollinaire mort en 1918 (pour la France) vient d'entrer dans le domaine public. 1918 + 50 ans (pour les morts pour la France) + 30 ans (pour les morts pour la France + 2 guerres mondiales soit 14 ans et 272 jours (calcul valable pour la France) = 30 septembre 2013.

 

Pour les autres, morts dans leur lit (ou ailleurs que sur un champ de bataille), c'est 70 ans. Donc les morts de 1943 entrent dans le domaine public, s'ils ne sont pas morts pour la France. Alors, attention à Sartre, Camus, Duras... ils ne sont pas encore dans le domaine public, donc utiliser avec modération les citations (cf. mon article sur le droit des citations).

 

Avec tout cela, on peut résumer :

- Pas de photos non libres de droit

- Utiliser des citations d'auteurs dans un contexte d'article complet avec quelques phrases (donc avec modération)

- Tout est permis pour les classiques qui n'ont pas été tués pour la France morts au plus tard en 1943, et pour les autres prévoir quasiment 100 ans à l'image d'Apollinaire.

 

Les sanctions mentionnées sur wikipedia peuvent aller très loin (emprisonnement et amendes fortes), donc soyons tous raisonnables et prenons en compte les droits à la propriété intellectuelle.

 

Denis

Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 17:26

Propriété intellectuelle, Droit d'auteur, droit à l'image, règles d'utilisation et règles d'usage

 

 

Que ce soit pour le net ou pour une publication papier (affiche, plaquette, publicité...), l'utilisation d'une image nécessite bien souvent la signature d'autorisations d'exploitation explicites. Pour éviter les ennuis, il est important de s'acquitter auprès de l'auteur des droits nécessaires à la bonne exploitation de son image et de décrire par contrat le cadre strict d'exploitation de celle-ci (durée, support, zone géographique... etc). De plus, il est préférable d'obtenir les autorisations de diffusion tant pour les personnes que pour les biens photographiés, car en cas de litige, c'est le diffuseur qui risque gros.

La jurisprudence le rappelle souvent :

"Toute personne a, sur son image et sur l'utilisation qui en est faite, un droit exclusif qui lui permet de s'opposer à sa reproduction sans son autorisation expresse et spéciale".

Dotez-vous d'une autorisation expresse

Pour toute exploitation commerciale d'une image, il faut recueillir préalablement l'autorisation expresse du modèle concerné (ou de ses parents lorsqu'il s'agit d'un mineur). Si vous diffusez une image, vous devez apporter la preuve de cet accord express, pour photographier puis pour diffuser. Le plus simple est de clarifier les choses avant la réalisation des prises de vues. En ce sens, mieux vaut faire appel à une agence de mannequins professionnels qui règlera cet aspect des choses. Car, bien souvent, lorsqu'on utilise une image d'archive ou issue d'une banque d'images, il est impossible de retrouver les personnes représentées et donc d'obtenir leur autorisation. Dans ce cas, il ne vous reste plus qu'à "flouter" leur visage pour les rendre méconnaissables.

Définissez le cadre de diffusion

L'autorisation donnée pour être photographié n'implique pas l'accord pour sa diffusion. Lorsqu'on rédige une autorisation expresse, il est important d'être précis quant aux modalités de diffusion.

Les droits sont cédés pour une utilisation prévue au départ. Pour toute nouvelle utilisation ou réédition, il est nécessaire de refaire un contrat. Le fait que l'image ait déjà été diffusée au préalable importe peu. En cas d'absence d'autorisation, la responsabilité de celui qui reproduit et diffuse l'image est engagée. Les amendes peuvent être très élevées.

Faites attention au droit à l'image des biens

L 'exploitation commerciale de l’image du bien d’autrui est l'un des plus gros casse-têtes juridiques actuels. D'après le Code civil, seul le propriétaire est en droit d'exploiter son bien, sous quelque forme que ce soit. Toutefois, suite à de nombreux procès abusifs, la jurisprudence estime que "le droit de propriété d'un bien situé sur le domaine public et exposé à la vue de tous n'autorise pas son titulaire à s'opposer à l'exploitation de l'image de ce bien mais permet seulement d'agir contre l'exploitation abusive et préjudiciable de cette image". Pour éviter toute tracasserie, il est recommandé de faire signer une décharge aux propriétaires ou de flouter leurs biens.

Renseignez-vous sur les taxes de prises de vues

Dans le cas de photographie de patrimoines (monuments, tableaux, voire même paysages), sachez que les prises de vue peuvent être taxées. Le montant des taxes évolue considérablement suivant qu'il s'agit de prises de vues "à des fins publicitaires ou commerciales" ou appliqué au domaine "culturel, pédagogique ou artistique".

Acquittez-vous des droits patrimoniaux

Afin de pouvoir photographier, publier ou exposer une oeuvre, veillez à vous acquitter des droits patrimoniaux auprès de l'auteur ou de ses ayants-droit >(héritiers et cessionnaires des droits d’auteur comme les éditeurs ou producteurs, ou les sociétés de gestion des droits d’auteur). Cet acte fait alors l'objet de la signature d'une note de cession de droits.

Le montant des droits patrimoniaux est calculé en fonction de barèmes qui prennent en compte 4 critères : le support, le tirage, la zone géographique et la durée. La rémunération est en effet proportionnelle à l'utilisation qui est faite des images (pour plus d'infos, consultez le barème des œuvres de commandes en publicité).

Respectez le droit moral de l'auteur

Le droit moral unit le créateur à son oeuvre et lui procure des droits inaliénables. Alors que le diffuseur paye pour avoir la jouissance d'images, le créateur, quant à lui, en reste toujours l'unique propriétaire et de ce fait bénéficie de droits. Ainsi, lorsqu'on diffuse une image, il ne faut pas omettre la signature de l'auteur ; le droit au respect de son nom étant l'un des attributs du droit moral. Néanmoins, ce dernier peut quand même vous dispenser de la mention de la signature. Il est alors primordial que cette dispense fasse l'objet d'un acte contractuel.

De même, le droit au respect de l'oeuvre est également une composante du droit moral. L'oeuvre achetée ne peut être ni déformée, ni adaptée (recadrage, détourage, légende inadaptée...) sans l'autorisation de son auteur ou de ses ayants-droit. (article L 122-4 du Code de la Propriété intellectuelle).

Conclusion

Tous les droits qui ne vous seront pas spécifiquement cédés par contrat seront réservés à l'auteur (droit d'auteur, droit moral, patrimonial...). Pensez donc toujours à être le plus précis possible dans la rédaction de vos contrats.

=> Retrouvez une sélection de professionels du droit dans les annuaires bepub, rubrique "Services / Juridique & fiscal".

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Attention, il est fortement conseillé de ne plus utiliser de photos du Net non libres de droit.

 

 

Article repris de ce site : http://www.bepub.com/view_fiche_pratique.php?id_fic=18

Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 12:43

La citation en droit d'auteur

De par le monopole qu’il détient sur son œuvre, l’auteur est le seul à pouvoir autoriser son utilisation.

Toutefois il existe plusieurs cas, limitativement énumérées à l’article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle, pour lesquels l’autorisation de l’auteur n’est pas requise, pour des raisons pratiques ou dans l’intérêt du public (liberté d’expression et d’information).
La citation est l’un de ces cas. Elle ne peut néanmoins prétendre au régime des exceptions au droit d’auteur que si elle remplit les conditions suivantes :

                    

Brièveté de la citation

La représentation et/ou la reproduction d'un extrait d'une œuvre ne peut s'analyser comme une exception de citation que s'il est court, au regard à la fois de l'œuvre citée et de l'œuvre citante.
L'appréciation de ce critère de brièveté est délicate. C'est donc au juge qu'il revient d'estimer au cas par cas si ce critère est ou non rempli. Ainsi, il a été jugé que l'intégration de 17 minutes d'un film dans un documentaire d'une durée de 58 minutes ne pouvait relever de l'exception de citation.

Respect du droit de paternité de l'auteur

La citation doit clairement indiquer  le nom de l'auteur et la source de l'œuvre première pour relever du régime de l'exception. A défaut elle sera constitutive d'une atteinte au droit moral de l'auteur.

Caractère nécessairement critique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre citante

Enfin pour qu'une citation soit légitime, il faut qu'elle soit justifiée par le caractère critique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'œuvre à laquelle l'extrait est incorporé. En effet, l'utilisation de la citation doit être didactique pour expliquer, critiquer, encenser... l'œuvre citée. La citation doit donc simplement venir illustrer les propos inscrits dans l'œuvre nouvelle pour être considérée comme une exception.

 

 

Source SACD : http://www.sacd.fr/Divers.2017.0.html

 

-----------------------------------------------------------

 

Information intéressante pour rassurer les bloggeurs sur le fait que les citations que nous faisons rentrent dans le cadre de ces exceptions sur "le droit d'auteur".

 

Denis

Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:38

J'ai reçu un message tout à fait légitime et que je respecte d'une "artiste" que j'appellerai Mme C.B. :

 

"Monsieur

Je suis surprise que vous ne connaissiez pas les sources  et auteurs des images que vous exploitez de façon illicite, bien que vous ne preniez pas la peine de demander la moindre autorisation aux auteurs.
Il n'est pas ici question de porter une mention de copyright, ni de simplement retirer une image, mais de régler les droits dus selon le barème UPC.
Je transmets votre mail au services juridiques de l'AFD et UPC.
Sincères salutations.  C.B.
 
 
Dans le respect le plus strict des droits d'auteurs de tous les "artistes", j'ai décidé, à partir d'aujourd'hui, de conserver mon blog, s'il a encore un intérêt, et à ne plus mettre une seule image, même pas une couverture de livre ou une photo d'artiste ou d'écrivain, puisqu'il faudrait au préalable en demander l'autorisation à la maison d'édition ou au photographe... Vous imaginez la galère !!! car il ne suffit pas, en plus, de demander les droits, il faut les ACQUITTER au barême UPC !!!
 
Ainsi, plus d'images et je ne parlerai plus des artistes et écrivains vivants. Faire de la "pub" gratuite quand vous savez qu'un "ami" vous enverra un jour un courriel comme celui de Mme C.B., non je refuse. Chat échaudé... Et terminé d'être le gentil complice de ces écrivains et éditeurs qui cherchent à se faire connaitre via nos blogs.
 
On a toujours dit que les lois sont faites suite à des abus, alors ma nouvelle loi "éthique" est de ne parler que des auteurs et artistes morts sans photos, sans citations "les ayant-droits" de Camus, Céline ou autres pourraient ausi parler de "sources illicites" : comment vous avez cité mon père, mon grand-père sans mon autorisation !!! Seul le domaine public y échappe c'est vrai !!!
 
En résumé, je poursuis tous les challenges en cours pour lesquels je pourrai présenter des auteurs qui répondent à mon "éthique".
 
Ainsi, je lirai un livre de Camus pour le 7 novembre, je participerai à la LC de "Crime et Châtiment" pour le 30 novembre, je ferai le challenge des "précurseurs des USA" pour 2014 (j'avais dû anticiper car ce sont tous des précurseurs morts), je continuerai la compilation des auteurs francophones, me limitant à présenter des auteurs décédés.
 
Je continuerai à participer aux challenges en cours dès lors où les auteurs seront éligibles à mon "éthique"
 
Et puis je ferai mon cursus sur la grande guerre entre maintenant et 2019 pour suivre cette guerre, et là on est tranquille, il n'y a plus de poilus vivants.
 
Merci Mme C.B. de m'avoir conseillé, car je vivais dans l'illégalité la plus grande. J'irai d'ailleurs peut-être en prison pour cela, mais je me protège pour l'avenir.
 
A bon entendeur, salut,
 
Denis

 

Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 21:31

Le premier grand prix littéraire de l'automne a couronné un havrais (je ne le savais pas !!!) Christophe Ono-Dit-Bio qui vient de publier "Plonger" :

 

 

Un auteur que je n'ai jamais lu. Est-ce un bon choix? Je n'en ai aucune idée.

Mes fidèles lecteurs (lectrices) savent que je ne suis pas très sensible à la littérature française contemporaine.

Si vous l'avez lu, qu'en pensez-vous?

Les "ténors" des prix littéraires vont déferler, en espérant que la qualité littéraire sera de mise !!!

 

Denis

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 18:34

 

Alice Munro a reçu aujoud'hui le Prix Nobel de Littérature 2013

 

Elle est la treizième femme couronnée et la première "nouvelliste". C'est également le premier prix pour le Canada. Alice Munro n'était pas dans les favorites mais les acédémiciens suédois ont pris l'habitude de déjouer au dernier moment les pronostics.

Les Nobel ont justifié leur choix en disant qu'elle est "la souveraine de la nouvelle contenporaine".

Elle a publié treize recueils de nouvelles pour un seul roman entre 1968 et 2012.

Née dans l'Ontario en 1931, elle a essentiellement situé ses nouvelles dans cette région.

 

J'avoue n'avoir pas encore lu de livre d'Alice Munro mais je vais profiter de ce prix pour la lire cet automne.

 

Félicitations Mme Alice Munro.

 

Bonnes lectures,

 

Denis

Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 19:32

Le verdict est tombé pour le Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2013 :

 

- Catégorie Littérature :

 

 

 

L'île des Oubliés de Victoria Hislop

 

 

Résumé de l'éditeur :

L’été s’achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d’archéologie, a choisi de s’y rendre parce que c’est là que sa mère est née et a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l’histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l’île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux... et son arrière-grand-mère y aurait péri. Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombent les ruines d’une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d'Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets... Bouleversant plaidoyer contre l'exclusion, L'Île des oubliés, traduit dans vingt-cinq pays et vendu à plus de deux millions d'exemplaires, a conquis le monde entier.
 
- Catégorie roman policier :
 
 
 
 
Miséricorde
       
 
 
 
  Miséricorde de Tuust Adler Olsen 
 

Résumé de l'éditeur :

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ... Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l'inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d'édition mondial. Les raisons d’un fol engouement ? Deux personnages sympathiques et attachants, et une histoire à l’efficacité démoniaque. Marianne Payot, L’Express                 
 
Deux livres que je n'ai pas lus. 
 
 
Félicitations aux vainqueurs et bonne lecture,
 
 
Denis
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 16:20

Le mois de septembre 2013 se termine et je viens de publier mon dernier article.

Je voudrais tout d'abord remercier les deux organisatrices : Karine et Laurence pour leur accompagnement tout au long de ce mois, nous donnant quelques éclairages sur la langue, les coutumes et les lieux du Québec, nous aidant à mieux comprendre un pays que j'aime depuis toujours sans y être jamais allé.

Depuis quelques années, j'achète régulièrement des livres québécois à la Librairie du Québec à Paris, 30 rue Gay-Lussac

 

Et quand je fais le point de mes lectures, je m'aperçois qu'il m'en reste encore une quinzaine à lire, voire plus, ce qui laisse augurer d'autres passionnantes lectures, sans doute pour un "Québec en septembre"... 2014...

 

J'ai donc eu le plaisir de lire les livres suivants qui ont été des coups de coeur (ou presque pour certains) :

 

- Canada : sur les traces de Jacques Cartier (livre de voyage et d'histoire)

- Bonheur d'occasion de Gabrielle Roy (roman - coup de coeur)

- La grosse femme d'à côté est enceinte de Michel Tremblay (roman - coup de coeur)

- Les chambres de bois d'Anne Hébert (roman - coup de coeur)

- Cowboy de Louis Hamelin (roman - 95% d'un coup de coeur, superbe découverte)

 

2 livres m'ont quelque peu déçu :

 

- Avec ou sans amour de Claire Martin (nouvelles - sans plus)

- Du mercure sous la langue de Sylvain Trudel (roman - sans plus également)

 

Et l'évocation de quatre chanteurs "raconteurs d'histoires" québécois :

- Gilles Vigneault (et son livre de chansons "entre musique et poésie")

- Robert Charlebois

- Beau Dommage

- Linda Lemay

 

Au total 7 livres, dont 2 seules déceptions et 4 chanteurs (chanteuse) qui font un mois passionnant, à l'écoute aussi des autres participant(e)s qui ont montré la diversité d'un pays "frère".

Par la même occasion, mon challenge "littérature francophone d'ailleurs" s'est enrichi de matière exceptionnelle avec ces lectures. J'en ferai un nouveau récapitulatif cette semaine.

 

Alors comme disait Robert Charlebois, en ouverture de ce mois "Je reviendrai à Montréal", c'est certain que j'y reviendrai au moins par la lecture, en attendant d'y venir  pour de vrai, et alors réaliser un rêve vieux de plus de XXX ans.

 

Et ovation pour les organisatrices. A bientôt mesdames, et faites nous rêver encore de votre pays tout au long de cette année, en espérant vous retrouver en "septembre 2014" pour honorer la richesse littéraire, artistique et linguistique de votre pays.

 

 

 

 

Denis

Repost0
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 20:00

Voici trois nouveaux challenges auxquels je vais participer :

  

9125850-lettre-et-une-plume-dans-l-39-encrier.jpg

  

  

Challenge à durée illimitée autour de la correspondance et du roman épistolaire que Heide présente ici.

 

Hasard du calendrier de mes lectures, j'ai prévu de lire deux ouvrages de correspondance : celle de Mishima et Kawabata pour le challenge japonais d'Adalana , puis celle de Henry Miller et Lawrence Durrell pour le mois américain.

 

 

Et un second initié par Julie qui a créé un blog récemment : lire sous les magnolias

et qui propose de lire un livre dont la première édition originale se termine par un 0 pour la période du 11 septembre au 10 octobre 2013, puis 1 pour le mois suivant...

 

0 = 2010 ou 2000, ou 1990, ou 1800, ou 1500 ...

Challenge 0 à 9 sans-titre1-298x300

 

Julie a également créé un groupe facebook https://www.facebook.com/groups/516598248429383/

où vous pouvez vous inscrire et déposer vos articles.

J'ai réussi à trouver ce matin le livre de Jean Rouaud paru en 1990 aux éditions de Minuit : premier roman, prix Goncourt pour "Les champs d'honneur" que j'aurai plaisir à relire à cette occasion.

 

Enfin, ce soir je m'inscris au challenge des lacunes chez fersenette pour les auteurs que j'ai programmé en 2014 dans la catégorie des écrivains précurseurs aux USA

 

janvier 2014 : Edgar Allan Poe 

février :           Walt Witman

mars :             Nathaniel Hawthorne

avril :              Herman Melville

mai :               Jack London

juin :               Mark Twain

 

challenge

 

 

 

 

Je me suis inscrit à bien d'autres challenges qu'il faudrait que je recense pour ne pas faire de jaloux, mais je pense que le plus simple c'est de parler à présent des challenges auxquels je vais m'abonner, comme ces deux-ci... Les autres ayant été commencés au fil des lectures et mis en lien dans mes articles...

Bonnes lectures,

Denis

Repost0
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 20:51

Après mon passage à la bibliothèque aujourd'hui, voici comment je pense participer au mois américain organisé par Noctembule

moisamericain

 

Pour le 5 octobre 2013, lecture commune autour de Henry Miller :

 

"Correspondance privée Henry Miller - Lawrence Durrell" (le livre de poche)

 

Quand deux génies littéraires, l'un américain et l'autre britannique, croisent leurs impressions sur leurs oeuvres et leur travail au travers d'une très longue amitié et à travers une sélection de lettre faite par les auteurs eux-mêmes

 

 

Pour le 12 octobre, Paul Auster, également en lecture commune, avec le premier volet de sa trilogie new-yorkaise : "Cité de Verre" (Babel)

 

 

Le 14 octobre ce sera la lecture du roman de Laura Kasischke (auteur en lecture commune) paru pour la rentrée littéraire 2013 : "Esprit d'hiver" (Christian Bourgois)

 

 

Et "les autres", non des moindres :

Le 15 octobre 2013, Philip Roth (également en lecture commune pour son oeuvre) et pour moi sa première oeuvre parue, le recueil de nouvelles  "Goodbye, Columbus" (Folio) :

 

 

 

Pour la lecture commune du 21 octobre 2013 autour de James Welch, "Comme des ombres sur la terre" (Terre indienne - Albin Michel)

 

 

J'allais presque dire "hors compétition" (comme dans les festivals), car à ma connaissance il n'y a pas de lecture commune officiellement prévue, le roman de Richard Ford, paru en cette rentrée 2013, "Canada", éditions de l'Olivier. J'ai prévu de le lire en même temps que Julie Désir, ce qui va peut-être donner l'envie à d'autres participants du challenge de se joindre à nous. j'attends beaucoup de cette lecture.

 

 

 

 

Adieu John Irving, Louise Erdrich, Joyce Carol Oates et tant d'autres encore... car j'en suis déjà à environ 2 000 pages en un mois avec ces 6 livres.

 

Mais, il y aura une suite avec les lectures que j'ai programmées pour 2014 :

 

 

janvier 2014 : Edgar Allan Poe 

février :           Walt Witman

mars :             Nathaniel Hawthorne

avril :              Herman Melville

mai :               Jack London

juin :               Mark Twain

juillet :            Henry James

août :              Edith Wharton

septembre :   Emily Dickinson

octobre :        William Faulkner

novembre :    Ernest Hemingway

décembre :    John Steinbeck

 

 

Sans oublier, le nouveau challenge de miss G. qui commence le 1er octobre 2013 pour deux ans :

 

 

 

Et puis, sans vouloir trop dévoiler de secrets, Noctambule serait bien en train de nous préparer une surprise... pour permettre de compléter ces deux "initiatives" qui iront au-delà de ce "mois" d'octobre 2013.

 

Très bonnes lectures états-uniennes,

 

Denis

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***