Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 17:10





Paris

Où fait-il bon même au coeur de l’orage
Où fait-il clair même au coeur de la nuit
L’air est alcool et le malheur courage
Carreaux cassés l’espoir encore y luit
Et les chansons montent des murs détruits

Jamais éteint renaissant de la braise
Perpétuel brûlot de la patrie
Du Point-du-Jour jusqu’au Père-Lachaise
Ce doux rosier au mois d’août refleuri
Gens de partout c’est le sang de Paris

Rien n’a l’éclat de Paris dans la poudre
Rien n’est si pur que son front d’insurgé
Rien n’est ni fort ni le feu ni la foudre
Que mon Paris défiant les dangers
Rien n’est si beau que ce Paris que j’ai

Rien ne m’a fait jamais battre le coeur
Rien ne m’a fait ainsi rire et pleurer
Comme ce cri de mon peuple vainqueur
Rien n’est si grand qu’un linceul déchiré
Paris Paris soi-même libéré



Louis Aragon, 1944




Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:00







Roses de juin, vous les plus belles


Roses de juin, vous les plus belles,
Avec vos coeurs de soleil transpercés ;
Roses violentes et tranquilles, et telles
Qu’un vol léger d’oiseaux sur les branches posés ;
Roses de Juin et de Juillet, droites et neuves,
Bouches, baisers qui tout à coup s’émeuvent
Ou s’apaisent, au va-et-vient du vent,
Caresse d’ombre et d’or, sur le jardin mouvant ;
Roses d’ardeur muette et de volonté douce,
Roses de volupté en vos gaines de mousse,
Vous qui passez les jours du plein été
A vous aimer, dans la clarté ;
Roses vives, fraîches, magnifiques, toutes nos roses
Oh ! que pareils à vous nos multiples désirs,
Dans la chère fatigue ou le tremblant plaisir
S’entr’aiment, s’exaltent et se reposent !




Émile Verhaeren, Les Heures d’après-midi


Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 08:00

 

  

 

   

 

Les fleurs du mal - humour

 

  

Que faites - vous des fleurs de Mr Baudelaire

Les portez-vous au bout du fusil

Ou à la boutonnière

Peut-être préférez - vous une fleur de misère

Rose - Marie les préfère de toutes les couleurs

Roses oh merveilleux butin

Au charme sans pareil

Nana préfère les roses blanches de Corfou

Mr Beaucaire aime les roses rouges

Qui viennent de Picardie

Allez Mr Baudelaire où est le mal

De ces fleurs j'en fais un bouquet

Pour vous l'offrir Mesdames

Et soyez sans crainte

Il n'y aura aucun mal à les recevoir

 

 

N'en déplaise à Mr Baudelaire

 

 

 

Michel FROSTIN

 

 

 

 

 

Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 11:00

 

 

 

 

 

( Photo internet )

 

 

 

La Mer 

 

Toi mon rocher, 
Celui sur qui je viens me déferler 
Celui que jour après jour, j’ai modelé 
Dans cette sauvage immensité 

Par mes va et vient incessants 
Chaque jour de plus en plus caressant 
Je m’accroche à toi tel un amant 
Auquel  je reviens inlassablement 

À l’abri des regards indiscrets 
Depuis l’aube des temps tu es mien 
Chaque soir avec la marée je reviens 
Faire ma couche entre tes reins 

Fusion de deux puissances 
Attirer l’une vers l’autre depuis la naissance 
Toi terre et moi mer, union parfaite des sens 
Accouchant de nos fruits comme d’une récompense 

À l’aube des temps, il y eu des amants 
Ces légendes de mer qui ont résisté à l’usure du temps 
Ces histoires enchantés que découvrent les enfants 
Pour qu’à leur tour, ils les transmettent inlassablement
 
 

 

   

AUTEUR INCONNU

   
Repost0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 07:00

 

 

 

 

Dimanche

 

 

 

Charlotte
fait de la compote

 

 

Bertrand
suce des harengs

 

 

Cunégonde
se teint en blonde

 

Epaminondas
cire ses godasses

 

 

Thérèse
souffle sur la braise

 

 

Léon
peint des potirons

 

 

Brigitte
s'agite, s'agite

 

 

Adhémar
dit qu'il en a marre

 

 

La pendule
fabrique des virgules

 

 

Et moi dans tout cha ?
Et moi dans tout cha ?

 

Moi, ze ne bouze pas
Sur ma langue z'ai un chat

 

 

 

 

René de Obaldia

 

 

 

 

 

  

Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 09:05

 

 

 

 

 

Mon stylo

 

Si mon stylo était magique,
Avec des mots en herbe,
J’écrirais des poèmes superbes,
Avec des mots en cage,
J’écrirais des poèmes sauvages.

Si mon stylo était artiste,
Avec les mots les plus bêtes,
J’écrirais des poèmes en fête,
Avec des mots de tous les jours,
J’écrirais des poèmes d’amour.

Mais mon stylo est un farceur
Qui n’en fait qu’à sa tête,
Et mes poèmes, sur mon cœur,
Font des pirouettes.

Robert Gélis

 

 

Repost0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 08:00

 

 

 

 

 

 

 

Le papillon

 

 

Le papillon qui s’éveille
Et sort de sa chrysalide
Aux rayons qui l’ensoleille
Chauffe ses ailes humides.

En les déployant ses ailes
Brillent de teintes variées
Qui au soleil étincèlent
En ocelles colorées.

Puis insouciant il volète
Visitant chaque corolle
Pour y butiner des miettes
De pollen dont il raffole.

Il inspecte ainsi la flore
Arrive en valses légères
Au buddleia qu’il adore
Pour ses senteurs printanières.

En voltigeant il explore
Chaque espèce florifère.
Heureusement il ignore
Sa destinée éphémère.

 

 

Robert Calmels

 

 

Repost0
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 10:00

 

 

 

 

 

 

Il y a des mots

 

 

 

Il  y a des mots, c’est pour les dire,
c’est pour les faire frire,
c’est pour rire.

Il y a des mots, c’est pour les chanter,
c’est pour rêver,
c’est pour les manger.

Il y a des mots, que l’on ramasse;
des mots qui passent,
des mots qui se cassent.

Il y a des mots pour le matin,
des mots métropolitains,
ou lointains.

Il y a des mots épais et noir,
des mots légers pour les histoires,
des mots à boire.

Il y a des mots pour toutes les choses,
pour les lèvres, pour les roses,
des mots pour les métamorphoses,
Si l’on ose...

Georges Jean

 

 

  

 

 

 

 

Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 22:34

   

perle de rosée

  

 

Les perles de rosée

Si tu veux inventer un collier,
Tiens, voici comment procéder.
De bon matin, te réveiller,
Dans les rosiers, te promener.

Tu verras des perles de rosée,
Sur les roses elles sont accrochées.
Une bonne poignée tu cueilleras,
Dans une boîte tu les rangeras.

Un cheveu d'or pour les assembler,
Un tout petit nœud pas trop serré,
Ainsi tu auras un joli collier,
Aussi souple que celui d'une fée.

Gilbert Saint-Pré

 

Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 07:00

  

 

  

Nuit de printemps

 

 

Le ciel est pur, la lune est sans nuage :
Déjà la nuit au calice des fleurs
Verse la perle et l'ambre de ses pleurs ;
Aucun zéphyr n'agite le feuillage.
Sous un berceau, tranquillement assis,
Où le lilas flotte et pend sur ma tête,
Je sens couler mes pensers rafraîchis
Dans les parfums que la nature apprête.
Des bois dont l'ombre, en ces prés blanchissants,
Avec lenteur se dessine et repose,
Deux rossignols, jaloux de leurs accents,
Vont tour à tour réveiller le printemps
Qui sommeillait sous ces touffes de rose.
Mélodieux, solitaire Ségrais,
Jusqu'à mon cœur vous portez votre paix !
Des prés aussi traversant le silence,
J'entends au loin, vers ce riant séjour,
La voix du chien qui gronde et veille autour
De l'humble toit qu'habite l'innocence.
Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds !
Parmi les cieux à l'aurore entrouverts,
Phébé n'a plus que des clartés mourantes,
Et le zéphyr, en rasant le verger,
De l'orient, avec un bruit léger,
Se vient poser sur ces tiges tremblantes.

 

  

François-René de Chateaubriand (1768-1848)

("Tableaux de la nature")

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***