Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 10:00

 

 

 

 Noël au pays

**                                    
     Noel avec deux étoiles sur le e
Deux petits points comme deux yeux

Sur le nez gelé 
Des grandes cheminées
Mille pierres de lune scintillent

La robe de la nuit qui brille
Couvre de paillettes dorées
Tous les sapins étonnés

C’est Noël dans tout le pays
Sous le ciel du monde entier
Les enfants font des rêves de paix

Dehors le vieil homme tire un traîneau
«  Et pour toi, quel serait le plus beau cadeau ? »
 

 «  Oh, deux étoiles et puis un vœu
Deux étoiles comme deux yeux 
Qui me voient et me comprennent
Et me disent encore qu’ils m’aiment »

C’est Noël et nous sommes tous réunis

 


Chantal Abraham

Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 23:30

 

 

C'est Noël

C'est Noël qui sonne et carillonne
Ding ding ding ding dong
Dans la nuit toutes les cloches sonnent
Ding ding ding ding dong
Tous les ans jusqu'à la fin du monde
Ding ding ding ding dong
Tinteront les cloches à la ronde
Ding ding ding ding dong

 

 

Repost0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 10:00

 

 

 

A force de tout partager

 

 

A force de tout partager,

Même le meilleur de mon coeur,

D'avoir une âme de verger

Débordant d'oiseaux et de fleurs,

De dessiner autour de moi

Un immense horizon de joie,

D'aimer la vie mieux qu'une soeur,

Je suis comme un ciel étonné

De se trouer, le soir, d'étoiles

Qu'il n'avait jamais soupçonnées.

 

 

Maurice Carême

( De feu et de cendre )

 

Repost0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 10:00

 

neige32

 

La neige

 

 

La neige nous met en rêve

sur de vastes plaines,

sans trace ni couleur.

 

Veille mon coeur,

la neige nous met en selle

sur des coursiers d'écume.

 

Sonne l'enfance couronnée,

la neige nous sacre en haute - mer,

plein songe,

toutes voiles dehors.

 

La neige nous met en magie,

blancheur étale ,

plumes gonflées,

où perce l'oeil rouge de cet oiseau.

 

Mon coeur ,

trait de feu sous des palmes de gel,

file le sang qui s'émerveille.

 

 

 

Anne Hébert ( 1916 - 2000 )

Auteure Québécoise

 

 

noel99

Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:00

 

Puzzle - 500 pièces - Wachifield : Le chat à la Tour Eiffel

 

 

Le méchant chat de Paris

   

C’est un méchant chat de Paris
Toute viande est pour lui souris.

Il prend dans les assiettes
Ne laissant que les miettes,
Et dit: C’est à moi, je l’ai pris !
Oh ! Le méchant chat de Paris !

 

 

Lucie Delarue - Mardrus

 

 

Repost0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 10:00

 

 

 

 

L'Amitié

 

 

Quelle chance celui qui l'a connu
Ou qui la possède encore
La vraie, la pure,
L'amitié si proche de l'amour,
Oh, la belle amitié agréable et sage !
Qui ne s'entoure pas de mariage
Elle ne cherche pas à recevoir
La rose qui ne lui est pas destinée

L'amitié,
C'est celui ou celle qui vous aime
Sans vouloir vous changer
Ou déplacer les pièces sur votre échiquier
Vous vous trouvez sur une case blanche
Vous découvrez son sourire en tranche
Vous débordez sur une case noire
Il ne vous tourne pas vers un miroir

Heureux, si dans la vie vous l'avez rencontré
Cette ami qui vous ouvre la porte
Et vous installe devant une tasse de thé
Vous glisse son chat dans vos bras
Et vous épie en souriant derrière son paravent
Il ne voit pas vos traits fatigués
Et vous entraîne dans vos extras
Dans tout ce que vous avez fait

Ce peut être une personne étrangère à vos décors
Il n'a peut être pas les mêmes goûts
Les mêmes ressorts que vous,
Habits, ou plus encore.
Mais son regard est franc
Son esprit, jamais ne ment.
Et après avoir partagé quelques mots,
Vous quittez sa demeure
Emportant ce cadeau
Qui flotte sur votre dos.

Jackie. L

 

( Source Editions Mélonic - Canada )

 

 

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 09:56

 

 

 

 

 

L'odeur de mon pays

 

 

 

L'odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme,
Pour me croire debout dans un herbage vert.

L'herbe haute sentait le soleil et la mer,
L'ombre des peupliers y allongeait des raies,
Et j'entendais le bruit des oiseaux, plein les haies,
Se mêler au retour des vagues de midi.

 

Combien de fois, aussi, l'automne rousse et verte
Me vit-elle, au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie !...
De tes prés, copieuse et forte Normandie !...

Ah ! je ne guérirai jamais de mon pays !
N'est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans leur fraîcheur, la paix et toute l'innocence !

Et qui donc a jamais guéri de son enfance ?...

 

 

Lucie Delarue - Mardrus

 

 

 

Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 08:00

 

 

 

 

Petite fée , petite fille ,

Tu partiras un jour sans moi

Avec ton rire de myrtille ,

Avec ta candeur de grand bois.

 

Ah ! n'aie pas peur ! Tends bien les bras

Aux rêves qui te feront fête !

N'écrase pas les pâquerettes !

Le bonheur aime à parler bas.

 

Et il te mènera partout

Comme un petit oiseau des près ,

Mais comme lui , le long des houx ,

Il te faudra pouvoir chanter.

 

Et sans te demander pourquoi ,

Petite fée, petite fille ,

Garde ton rire de myrtille ,

Garde ta candeur de grand bois.

 

 

Maurice Carême ( 1899 - 1978 ) - Pigeon vole

 

Repost0
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 09:00

 

 

 

Petite souris 

 

 

C’est la petite souris grise,
Dans sa cachette elle est assise.
Quand elle n’est pas dans son trou,
C’est qu’elle galope partout.

C’est la petite souris blanche
Qui ronge le pain sur la planche.
Aussitôt qu’elle entend du bruit,
Dans sa maison elle s’enfuit.

C’est la petite souris brune
Qui se promène au clair de lune,
Si le chat miaule en dormant,
Elle se sauve prestement.

C’est la petite souris rouge,
Elle a peur aussitôt qu’on bouge !
Mais, lorsque personne n’est là,
Elle mange tout ce qu’on a.

 

 

Lucie Delarue - Mardrus

 

 

 

Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:00

  

 

 

 

Chanson d’automne

 

 

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

 

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure.

 

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

 

 Paul VERLAINE (1844-1896) Poèmes saturniens

 

  

 

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***