Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 10:00








VISITEZ   ETRETAT



Station Balnéaire de Renommée internationale , Grand Site de France en Normandie





     



























































Fabienne

Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 17:27






 Il avait déjà neigé un peu hier soir mais depuis ce matin, la neige est parmi nous en Normandie !!!
Oh, pas beaucoup mais de quoi faire quelques photos et de vous les montrer !
J'aime beaucoup les paysages enneigés et là j'ai pris quelques photos dans le jardin .


 






           




                                                                                                             

 














                                                   Il a neigé

                                       Il a neigé dans l'aube rose,
                                                        Si doucement neigé
                                   Que le chaton noir croit rêver.
                                                   C'est à peine s'il ose
                                        Marcher.
                                          Il a neigé dans l'aube rose.
                                             Si doucement neigé
                                                 Que les choses
                                             Semblent avoir changé.

                                                     
                                                             Maurice Carême













 

 

 

 Alors là, les pas , ce sont les garçons qui en ont profité pour faire des batailles de neige!!!

               Fabienne
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 23:15



Il y a quelques jours , je vous avais présenté les ours  et cette fois , je vous laisse découvrir un autre style de ses peintures !









































































Les Chevaux de la Plage



Toupie



Requiem





Merci de laisser vos commentaires .....






Fabienne

Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 14:15


image




Biographie Daniel Authouart


Il est né à Lillebonne le 17 septembre 1943 d’un père maréchal-ferrant et d’une mère épicière.
A la mort de son père en 1950, la famille déménage et s’installe à Rouen.
Daniel, quitte l’école à 14 ans.
C’est le peintre Gustave Legros qui le prépare à l’école des Beaux-Arts de Rouen. Il lui fait découvrir Toulouse-Lautrec.
Daniel est sous le choc. Cette peinture est faite pour lui. Il aime le mouvement, les couleurs vives.
Lui qui ne lisait que les bandes dessinées se met à dévorer les biographies sur Toulouse-Lautrec.
Authouart ne sortira plus sans son crayon et son carnet.
A 16 ans, il est admis à l’école des Beaux-arts de Rouen. Il étudie comme un forcené et engrange une multitude de diplômes.
Tout en poursuivant ses études, il travaille pour des cabinets d’architecture intérieure et de publicité.
Puis il devient professeur de dessin dans les collèges autour de Rouen.
En 1974, il décide de quitter l’enseignement et de se consacrer exclusivement à la peinture.
De cette décision, Daniel Authouart s’inscrit à la maison des artistes et depuis il ne se consacre qu’à peindre.




                                                         Quelques tableaux  de Daniel Authouart





































Pour cette fois , j'ai choisi la série des " OURS "  pour lesquels j'avoue avoir craquer , mais je vous en réserve d'autres !
A suivre...

                                               Fabienne


Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:00




 

En arrivant vers la plage ...

 


 





La plage et ses galets...








Vue sur les immeubles près de la plage ..









Bateau venant vers le port ...







Toujours la mer & ses galets...








Ballade en bord de mer et vue sur Saint-Adresse








Magnifique coucher de soleil sur la mer





 

Vue en quittant la plage ...


                                                                                   Fabienne

Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 09:02









Albertine a disparu ... Où cela ? 
A Cabourg , naturellement !
Fugue , enlèvement , suicide , crime , comment savoir ?
Georges Sedan , détective francilien , n'aura pas trop de toute son expérience pour mener à bien son enquête , qui lui permettra de découvrir Cabourg et les fastes du Grand Hôtel , Lisieux avec sa cathédrale Saint-Pierre et sa Cour Matignon ; il retrouvera aussi avec plaisir des villes déjà connues , telles que Dives-sur-Mer et Houlgate.
Seul , il aurait peut-être échoué dans sa mission, mais il a recours à l'aide précieuse de son fils Fabio , et d'un certain Marcel Proust...

J'ai lu ce livre avec beaucoup de plaisir et j'avais l'impression de vivre l'histoire aux côtés du détective . Je l'ai lu en 2 soirs ! Et je lirai les autres !


Dominique BUSSILLET,

        

Dominique Bussillet vit à Ouistreham. Professeur de français puis formatrice en alphabétisation dans le milieu carcéral, elle consacre désormais son temps à l'écriture en tant qu'auteur d'essais historiques et littéraires (Marcel Proust du côté de Cabourg. Lettres, promenade épistolaire... ) mais également en tant que traductrice de grands noms de la littérature portugaise : Eça de Queiroz, José Régio...
 

 


Et dans la même série , 2 autres livres à découvrir :





                                               





 Elle a également écrit et publié d'autres livres intéressants dont:


                                     
Les Enervés de Jumièges



I
nspiré par un épisode légendaire de notre histoire, le tableau d'Évariste Vital Luminais « Les Énervés de Jumièges » n'a pas cessé d'exercer une étrange fascination. La légende et le tableau ont fait couler beaucoup d'encre. Ronsard, Marcel Proust, Simone de Beauvoir, Salvador Dali se sont exprimés en leur temps sur le sujet.
Dominique Bussillet a ressenti un tel choc émotionnel en découvrant le tableau au musée des Beaux-Arts de Rouen qu'elle a voulu en savoir plus sur cette toile et l'insolite présence de ces deux personnages dérivant sur la Seine vers l'abbaye de Jumièges .

                                         

                                                 
Barbey d'Aurevilly , Une nature ardente


Lire Barbey d’Aurevilly est un plaisir âpre, qui se mérite et s’apprivoise. Entre terre et ciel, cet écrivain puissant et insolite donne vie et âme aux héros de son imagination, maniant la plume comme il lancerait une flèche ; à grands traits sombres et pourpres, il grave dans la pierre de son Cotentin les histoires qui le hantent. Les mots brûlent, les cœurs saignent, les vagues déferlent, le vent souffle en rafales, le sol se lézarde, l’air s’ensauvage ; l’ardeur qui coule dans les veines du narrateur enflamme ses personnages et embrase la nature omniprésente .








Dominique Bussillet a également écrit un conte pour petits et grands :





 



Ce livre a beaucoup plu à mon fils Aurélien





J'ai eu l'occasion de rencontrer Dominique Bussillet au Salon du livre de Caen à plusieurs reprises mais aussi à l'abbaye de Jumièges lors de la sortie de son livre       " Les Enervés de Jumièges " et l'an dernier , nous avions passé la journée avec elle et d'autres écrivains dont Mr Yves Buffetaut , historien et écrivain  , qui a créé la revue " Itinéraires de Normandie "  et cela dans un cadre magnifique à l'Abbaye cistercienne de Villers - Canivet.
De bons souvenirs ...

                                                     Fabienne

Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 14:40

L'Hostellerie des Vieux Plats   

L'incontournable auberge fondée en 1766 fut rachetée par Edmond Aubourg ( artiste, collectionneur) à sa tante Mme Dubosc en 1865. Celui-ci la débaptisa alors Hôtel de France pour devenir L'Hostellerie des vieux Plats à cause ou grâce à sa passion pour les faïences...
L 'Hostellerie des vieux plats tout comme L'Hôtel de la Belle Ernestine fondé en 1870 par la sœur d'Edmond Aubourg à Saint-Jouin-de-Bruneval devait ainsi connaître un destin sans pareil et une réputation mondiale!

Lieu de passage très prisé, l'Hostellerie des vieux plats, à l'origine relais de diligences, est empreint des traces de nombreuses personnes illustres: Des artistes ; écrivains (G. De Maupassant, A. Gide, M. Leblanc, V.Hugo, J.P. Sartre, A. Camus...) ; musiciens (R. Wagner, G. Fauré, C. Gounod...) ; peintres (C. Monet...) ; des rois et reines (Le roi des Belges, La reine d'Espagne...) ; des politiques (F. Faure, R. Coty, Churchill...)...

L'Hôtel se transmit alors de génération en génération. En effet, au décès d'Edmond Aubourg, en 1893, c'est son fils Paul qui lui succéda (1866-1922) puis au décès de ce dernier ce fut son épouse, Lucie, qui continua à faire vivre l'Hôtel avec ses enfants Paulette, Lucette et Paul. Aujourd'hui, c'est à Lucette, toujours très alerte, que revient la tâche de faire perdurer cette noble institution. . . C'est également elle qui vous invite à partager, le dimanche midi, son fameux Poulet Aubourg, création de sa grand-mère, Céline ( médaillée cordon bleu de France ) !

Si vous souhaitez y goûter, n'oubliez pas de réserver!! Dès lors vous déjeunerez dans la grande salle du rez-de-chaussée, tapissée de portes d'armoires peintes et décorées par les plus grands peintres de l'époque en guise de règlement d'additions... Si vous ne disposez que de peu de temps, n'hésitez pas à aller y boire un petit café, chocolat ou thé le mercredi matin, jour de marché, lieu de rencontre des touilleux (joueurs de dominos). Vous serez reçus comme des princes par la maîtresse de maison qui vous racontera souvenirs et anecdotes que vous pourrez retrouver dans son livre autobiographique Le rendez-vous des célébrités... sans oublier de vous faire signer son Illustre Livre d’Or.



            



              Livre écrit par Lucette Aubourg


Samedi après-midi , en allant nous promener à Etretat , j'ai voulu passer par Gonneville- la -Mallet pour revoir : " L'Hostellerie des Vieux Plats ".

Nous avions eu l'occasion d'aller y prendre un café , il y a de cela ,  un peu plus de 4 ans avec mon amie Martine de Belgique à qui je voulais faire découvrir cet endroit .
Par la même occasion, j'avais pu parler avec Lucette et elle m'avait confié que Claude Monet avait offert une toile à ses parents pour les remercier , car il séjournait là-bas de temps en temps ( il avait une chambre au 1er étage ) mais que pour des raisons financières , celle-ci avait été vendue ! Elle avait comme un pincement au coeur en me le disant ... Elle m'a aussi parlé des célébrités qui sont passées par là et il y a eu notamment  l'Impératrice SISSI qui a d 'ailleurs séjourné au chateau de SASSETOT dans la région également et qui y fut soignée par un médecin de la région suite à une chute de cheval.
Lorsqu'on rentre dans cet endroit , on a l'impression de remonter dans le temps tellement les décors et les mobiliers  d'époque sont exceptionnels.
Avec gentillesse , Lucette m'a montré la fabuleuse cuisine de L'hostellerie ainsi que la descente vers la cave magnifiquement décorée et elle m'a même dit qu'il y avait un sous-terrain qui partait de là .
J'en ai gardé un excellent souvenir, comme si c'était hier ...


Et maintenant , voici quelques photos que j'ai prises samedi en me promenant



 


                                                    Une vue de la façade de l'Hostellerie des Vieux Plats



                            

  Personnages Normands sculptés dans la façade


                                                      Vue de l'arrière de l' hostellerie




 



                                            Détails en haut à l' arrière  de l'Hostellerie

 

 

 

 

 



                                                                           Détails à l'arrière du bâtiment



                             

 

  Et une dernière photo avant de quitter ce lieu rempli d'histoire ...


Fabienne


 

 

                                                  Le sigle " TAVERNIER " à l'entrée

 

 

 

       

 

                                           Tarif des consommations affiché à une fenêtre



 

  

Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 18:19




 Maurice Leblanc ( Rouen 1864 - Perpignan 1941 )








       Etretat est bien connu pour ses falaises .
Mais l'on sait moins que Guy de Maupassant y a vécu et que l'auteur d'Arsène Lupin , Maurice Leblanc a habité " Le Clos Arsène Lupin ".




 

 







  Lupin à Etretat

" C'est mon meilleur Lupin " dira - t'il en parlant de la grande villa très caractéristique de l'architecture balnéaire de l'époque à Etretat ,  achetée en 1919 , après l'avoir louée pendant 3 ans à l'éditeur Fasquelle .
Pour la famille , le clos Lupin sera le refuge qui repose de l'agitation imposée par le succès littéraire de Maurice Leblanc.
C'est là dans cette retraite toute relative , car les visites sont nombreuses , que l'écrivain met en scène les aventures d'Arsène Lupin.
Il organise le jardin à sa façon, décapitant les têtes des statues pour faire plus vrai .
Et il rêve la vie que Lupin mène à sa place.
Il quitte la maison en septembre 1939 puis part en zone libre à Perpignan en 1941 où il meurt le 6 novembre 1941.
La maison va être occupée pendant la guerre puis vendue en 1952... Et c'est sa petite-fille Florence qui aura l'opportunité de la racheter en 1998 et d'en faire le musée que l'on peut découvrir à présent. Et c'est tout l'esprit d' Arsène Lupin que l'on y retrouve.
La visite avec la voix de Georges Descrières , qui a si bien interprété Lupin à la télévision , nous entraine au coeur de l'oeuvre de Maurice Leblanc...
Le jardin a été refait à l'identique du temps de l'écrivain.




                      
                    


                              Vue du jardin du Clos Arsène Lupin à Etretat



                   
                                       
  
         
L'Aiguille Creuse

Une oeuvre dont une des  énigmes est justement " L'aiguille creuse " d'Arsène Lupin .
" L'essentiel résidait en ceci : l'aiguille était creuse ".
Ce livre est le 3 ème récit d'Arsène Lupin publié en 1909, après " Arsène Lupin gentleman cambrioleur " en 1907 et  " Arsène Lupin contre Herlock Sholmes " en 1908.
Laissez-vous transporter dans cette aventure en forme d'énigme et de secret contenus dans l'Aiguille creuse de la falaise .
L'histoire de France est convoquée... car nombre de rois et de personnes célèbres sont passés par le Pays de Caux en Normandie... et font partie de l'intrigue autour d'un trésor caché , un peu à l'image du trésor des Templiers...




                                   



                                                  L'Aiguille creuse d'Etretat




On peut aimer William Faulkner , Marguerite Duras, Albert Camus, Shakespeare ... et au détour d'un livre , s'aventurer vers Jules Verne ou Maurice Leblanc ... car le bonheur de lire , c'est aussi savoir s'aventurer sur tous les terrains, tels de véritables explorateurs de l'imaginaire littéraire , sans préjugés.







Denis                                           

 

 

 

 

Repost0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 10:09

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  Philippe Delerm a le goût de la simplicité . Ses bouquins lui ressemblent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

" Les chemins nous inventent. Il faut laisser vivre les pas" , écrit Philippe Delerm .

Des années durant, accompagné de sa femme, Martine, lui griffonnant des notes, elle prenant des photos, il s'est perdu à plaisir dans la campagne normande et la vallée de la Seine.

Ainsi, au gré du temps, s'est constitué ce livre.

Forêts, chemins, villages aux noms charmeurs - Verneuil , Mortemer , Misery ... - sonnant à l'oreille comme un écho proustien , où passent quelquefois d'illustres souvenirs, Claude Monet à Giverny, la véritable Emma Bovary dans le véritable Yonville ...

Aux antipodes du tourisme pressé et des sites prioritaires , nous apprenons ici à capter les magies discrètes , la lumière d'un matin d'hiver, le chant d'une fontaine, la courbe d'une rivière.

Balade, flânerie, promenade ? Plus encore : un art de vivre , une manière d'être au monde.

Une philosophie, peut - être .

 

 

 

 

Nous avons rencontré Philippe & Martine Delerm au chateau de Beaumesnil lors d'un salon du livre . Ce fut une rencontre bien sympathique dans un magnifique décor et Philippe Delerm écrit dans son livre qu'il aime bien Beaumesnil et la façon dont le chateau s'inscrit dans la paix du village .

 

 

 

 

   

 

 

 

   

 Dans le chateau , vous pouvez visiter le Musée de la Reliure qui témoigne de   l'extraordinaire travail des relieurs du XVI è siècle à nos jours.

 

 

 

 

Il est né le 27 novembre 1950

Il est professeur de Lettres au Collège Marie Curie à Bernay.

 

Philippe Delerm parle de lui :

 

 

"J'ai eu une enfance très heureuse, très riche en présences affectueuses, et je crois qu'une des principales raisons qui m'ont poussé à écrire, c'était de vouloir donner à mon tour quelque chose en échange, et comme en remerciement. Mes parents étaient instituteurs dans des petits villages de la région parisienne où avaient vécu les peintres impressionnistes (Auvers sur Oise, Louveciennes). Mais, ils étaient d'origine méridionale (Tarn et Garonne) et j'ai toujours passé mes vacances dans le sud-ouest, près de Moissac. J'aimais beaucoup la lecture et le sport.
Plus tard, j'ai rencontré à la faculté de Nanterre celle qui allait devenir ma femme, Martine. Elle aussi était très attachée à l'enfance. Nommés tous les deux professeurs dans l'Eure en 1975, nous avons trouvé à Beaumont le Roger un rythme de vie qui nous a permis de nous consacrer à la fois à notre métier d'enseignant et à nos rêves de création. Les balades en forêt avec notre petit garçon Vincent, devenu grand aujourd'hui, l'amitié des enfants à travers les cours, mais aussi des clubs théâtre, athlétisme, football, dessin, tout cela forme un tout où les livres ont leur place, à cause de tout le reste.
Tous ces petits détails biographiques expliquent assez bien je crois les deux pôles autour desquels gravitent mes pages : d'un côté, le guetteur d'enfance et de mémoire, de l'autre le buveur de petits instants découpés dans le présent."

 

 

 

Et oui, le chanteur Vincent Delerm n'est autre que son fils !

Très sympathique également car nous avons assisté à un de ses premiers concerts  , très intimiste à Montivilliers et nous avons eu la chance de discuter avec lui .

 

 

 

 

                                                   

Fabienne


Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 20:50

 

Cette fois , nous vous emmenons sur les pas de Jules Michelet au château de   VASCOEUIL , dans le département de l'Eure , à environ 30 Kms de Rouen.

 

 

 

 

                                          Livre publié dans une belle collection aux  " Editions Petit à petit "

 

 

 

                                                    

 

                                                                                                    -  Portrait de Jules Michelet -

 

 

 

 

Biographie du site "Terre d'écrivains" , que j'ai trouvée assez complète et bien détaillée !

 

Jules Michelet naît en 1798 dans une chapelle désaffectée située au croisement de la rue de Tracy (n°14) et de la rue Saint-Denis, dans le quartier des Halles. Son père est un petit imprimeur basé 6 rue des Bons-Enfants. La vie est dure et la famille déménage souvent : de 1800 à 1802 rue Montmartre, rue du Jour, rue Française ; en 1808 10 rue des Saints-Pères ; en 1809 boulevard Saint-Martin ; en 1811 rue Notre-Dame de Nazareth (cette année-là, les affaires n’étant plus ce qu’elles n’ont jamais été, Monsieur Michelet ferme boutique) ; en 1812 rue du Carême-Prenant ; en 1813 rue de Périgueux, où meurt Madame Michelet en 1814.
  Son père étant devenu gérant en cette même année d’une maison de santé située 7 rue de Buffon près du Jardin des Plantes, Jules étudie au collège Charlemagne (à l’époque, on n’enseigne pas l’histoire ; elle est abordée à travers la philosophie et les lettres).
  La maison de santé ferme ses portes en 1818, et les Michelet migrent vers le 49 rue de la Roquette, où ils demeurent jusqu’à 1828.
Depuis 1821, Michelet est professeur suppléant à Charlemagne. Dès 1827, il est chargé d’enseigner la philosophie et l’histoire à l’Ecole Normale.
  En 1830, il est nommé par Guizot, alors ministre de l’Intérieur, chef de la section historique des Archives Nationales (qu’il ne quittera qu’en 1852).
Il vient de publier un Précis d’histoire moderne et les Principes de la philosophie de Vico, à qui il emprunte l’idée que l’humanité se crée elle-même.
  En 1833 - deux ans après la parution du moyen-âgeux Notre-Dame de Paris et année de parution du Médecin de Campagne - paraissent les deux premiers tomes (qui vont jusqu’en 1270 -il y en aura vingt et un autres) de son Histoire de France. Dans ces années-là, il lui arrive de lire plusieurs ouvrages par jour. Pour en lire certains dans le texte, il a appris l’allemand et l’italien.
En 1838, il obtient une chaire d’histoire et de morale au Collège de France.
  Michelet vient de perdre sa femme en 1839 lorsqu’il s’éprend de la mère d’un de ses élèves, Alfred Poullain-Dumesnil. Madame Poullain-Dumesnil, propriétaire du château de Vascoeuil, décède en 1842 chez l’historien 10 rue des Postes (devenue rue Lhomond), où elle s’était installée pour se soigner. Mais Michelet continue d’être l’hôte de Vascoeuil, Alfred devenant bientôt son gendre. À Vascoeuil, son esprit est stimulé par "la tendre lumière des cieux vaporeux de Normandie" (Jacques Rueff).
  En 1843, au Collège de France, il déclenche la polémique par son cours sur les jésuites, qu’il rend responsable de la stérilité intellectuelle et morale du pays. Edgar Quinet et Adam Mickiewicz, dans leurs cours respectifs, développent des idées proches. La presse prend le relais et l’opinion s’enflamme pour ou contre. Les cours des deux derniers sont suspendus en 1845, celui de Michelet en 1848.
  En 1846, année de la mort de son père, il publie Le Peuple, oeuvre en partie autobiographique composée à Vascoeuil.
Alors que Lamartine publie en 1847 son Histoire des Girondins, Michelet travaille à son Histoire de la Révolution et interroge les témoins survivants.
  Dans ces années-là, il habite 45 rue de Villiers, devenue depuis rue Guersant. On peut le trouver aussi dans le salon de Marie d’Agoult, rue Neuve-des-Mathurins, aux côtés de Lamennais, Tocqueville, Mickiewicz, Tourgueniev, Renan et d’autres.
Après la révolution de février 1848, il conçoit son rôle davantage comme celui d’un éducateur qui initie le peuple à la République, plutôt que comme d’un acteur politique. Comme Quinet, il reprend en mars son cours au Collège de France. La révolution de juin ne le surprend pas tout à fait. Sa répression le brise. « Que la mémoire de ce jour soit abolie », écrit-il dans son journal le 23 juin. En juillet, il abandonne ses aspirations éducatrices et se replonge dans l’Histoire de la Révolution française, qui paraît en 7 volumes entre 1847 et 1853. 
Le coup d’État de décembre 1851 le chasse à nouveau du Collège de France, où ses cours avaient repris (laissant orphelins ses nombreux auditeurs, parmi lesquels Émile Erckmann). Michelet est bientôt également destitué de son poste aux Archives. Il part pour Nantes.
  Il revient à Paris en 1854 (44 rue de l’Ouest - devenu 76 rue d’Assas) et poursuit sous l’Empire l’écriture de son Histoire de France, sur laquelle plane l’échec de la révolution, et d’ouvrages de sciences naturelles.
Ultime retombée de juin 1848 : il confie dans Nos Fils (1869) « Je suis né peuple, j’avais le peuple dans le cœur. […] Mais sa langue, sa langue, elle m’était inaccessible. Je n’ai pas pu le faire parler. »
  Sa dernière demeure est le 1 avenue du Général de Gaulle à Hyères, où il avait l’habitude d’hiverner.

 

 

A SAVOIR

Les éditions de l'Equateur ont décidé de rééditer la monumentale " Histoire de France " de Jules Michelet en 17 volumes.

Douze volumes sont parus à ce jour et il faudra attendre janvier 2009 pour lire le dix septième consacré à LOUIS XV  et XVI .

Chaque volume est précédé d'une longue introduction de Paule Petitier , sans doute la meilleure spécialiste de Jules Michelet .

 

 

 

 

                                                  

Jules Michelet a publié les deux premiers tomes en 1883. Il était alors un jeune historien prometteur , proche de la famille Royale et enseignant à l'Ecole Normale .

Avec le 3 ème tome en 1837 , consacré au XIV è siècle, Michelet dramatise l'histoire...

Il achève son histoire de la france en 1869 , tandis qu'il se désespérait de voir arriver la République...

Alors que les courageux lecteurs , amateurs d'histoire et de littérature se lancent dans cette grande aventure ... sous la plume de ce  " grand " Michelet !

 

 

 

 

 

 

                                         

 

 Jules Michelet avait établi son cabinet de travail au sommet de la tour du chateau , aujourd'hui , reproduit à l'identique .

 

 

 

 

 

 

                                               

               

              Vous pouvez aussi visiter le Musée Jules Michelet situé près du chateau de Vascoeuil .

 

 

 

Nous n'avons qu'un conseil à vous donner :" La région est magnifique , allez vous y promener ! "

 

 

  Il y en aura d'autres :  Flaubert à Ry, Leblanc à Etretat , Corneille à Rouen et à Petit-Couronne,
  Hector Malot à La Bouille, Hugo à Villequier , etc ...
 

 

A SUIVRE ...

 

 

Fabienne & Denis

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***