Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 08:00

 

 

 

 

 

Auteur à succès , Françoise Bourdin est également un auteur prolixe. Elle écrit au rythme de deux romans par an. C'est dans sa superbe maison de Port - Mort , près de Gaillon qu'elle trouve l'inspiration.

Au coeur d'une Normandie qu'elle ne quitterait pour rien au monde.

 

Françoise Bourdin fait partie du cercle , assez restreint , des auteurs à succès. Pourquoi ? Comment ? Difficile à expliquer sinon que ses romans touchent chaque fois la corde sensible , celle de l'émotion vraie.

C'est en Normandie qu'elle écrit. Dans une superbe maison à Port- Mort , un  village niché dans la vallée de la Seine à quelques kilomètres de Gaillon.

 

 

 

 

 

 

Vue de gaillon où se trouve un magnifique château

 

 

" Je suis en Normandie depuis 10 ans , dans cette maison , à Port - Mort entre Vernon et Gaillon. Mais auparavant j'avais habité quelques années à Vernon. Je suis arrivée ici autant sur un coup de coeur que par hasard.

Cette maison était celle de l' historien André Castelot. Je le connaissais , aussi j'avais eu l'occasion de venir plusieurs fois et le jour où il a décidé de la vendre , je n'ai pas hésité longtemps.

C'est une maison faite pour un auteur. Il y eut André Castelot puis moi , d'ailleurs je l'ai achetée avec mes droits d'auteur ! "

Dire que Françoise se sent bien dans cet environnement serait un euphémisme.

" C'était important pour moi d'habiter dans cette région. Port - Mort n'est pas très éloigné du petit village de Jeuffosse où mes parents sont entérrés. J'ai mes racines dans cette région même si je suis parisienne.

Mais la Normandie et plus spécialement ce petit coin de Normandie autour de Port - Mort constitue une véritable source d'inspiration. J'ai situé plusieurs de mes ouvrages dans la région.

Cette formidable vallée de la Seine , large et aérée , ces paysages vallonnés.

Et lorsque parfois les idées tardent à venir , je sors me balader dans les collines et les forêts toutes proches et très vite l'inspiration me revient ... "

Même la pluie ne parvient pas à voiler son enthousiasme. " Bien sûr , cela n'est pas riant tous les jours avec ce climat mais c'est ce qui donne du charme finalement à la région avec cette belle terre grasse. "

 

Elle poursuit : " La Normandie , je suis ancrée à cette région , pour tout l'or du monde , je ne retournerai jamais vivre à Paris.

J'y vais bien sûr régulièrement mais lorsque mes filles me demandent de rester la nuit , je refuse , je préfère rentrer et éprouver cette forme de béatitude en sortant de l'autoroute

 à la sortie de Vernon. "

 

 

 

© christiane rouze 

 

Vue du Vieux moulin à Vernon

 

Et bien évidemment , c'est en terre normande que Françoise renoue avec sa passion de jeunesse : les chevaux.

" C'est vrai que la Normandie , c'est une région de cheval. sans doute plus dans le Calvados que dans l'Eure mais pour moi qui très jeune montait chaque jour , c'est important ... "

 

 

 

 

 

 

Et puis , il y a toujours les escapades sur la côte. " Décider comme ça , d'aller déguster des moules à Trouville constitue un vrai bonheur. Et puis sentimentalement , j'éprouve toujours un attachement tout particulier pour Honfleur et Trouville. Cela évoque irrésistiblement mes premiers amours , mes années de jeunesse. "

 

 

 

 

 

 

Vue d'Honfleur

 

 

 

 

 

 

Trouville , célèbre tableau de Claude Monet

 

 

 

Parler de la Normandie avec Françoise Bourdin implique d'évoquer Maupassant. " Un auteur que j'adore " confie -t - elle.

" Et puis dans la région de Vernon , comment ne pas parler de Claude Monet et de Giverny ? "

 

 

 

 

 

 

 

Maison de Claude Monet à Giverny

 

 

( Source Itinéraires de Normandie )

 

 

 

Je vous propose de découvrir son dernier livre :

" D'espoir et de promesse "

 

 

 

 

 

 

 

 

A Montréal, Anaba, une jeune Française d'origine amérindienne, s'apprête à épouser Lawrence, un avocat canadien. Mais le jour du mariage, celui-ci ne vient pas. Anéantie, la jeune femme rentre à Paris et s'installe chez sa soeur, Stéphanie, antiquaire dans une petite ville de Normandie. Pour oublier celui qui a brisé sa vie, elle l'aide à restaurer des tableaux et des meubles.

 

 

  

Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 20:56



"Si j'avais à montrer la mer à un ami pour la première fois, c'est Etretat que je choisirais"

Alphonse Karr




Fascination d'artiste, le journaliste romancier Alphonse Karr fit la renommée de la station balnéaire.
Guy de Maupassant eut le coup de foudre pour le site.
Monet, Courbet, Isabey et bien d'autres peintres réalisèrent nombre d'oeuvres sur Etretat.
Comme plusieurs d'entre d'eux, le compositeur Offenbach y fit construire sa villa.
Et comment ne pas oublier Maurice Leblanc et son immortel Arsène Lupin ?



Voici quelques peintures d'Etretat , réalisées par
Claude Monet.

































































































Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 09:00


 Situé rue Charles Alexandre Lesueur à Sainte - Adresse ,
le Pain de Sucre symbolise - t - il une gourmandise locale , représente - t - il un piton rocheux
ou encore un pic de glace ?



 



Carte postale ancienne représentant le Pain de Sucre



C'est un étrange édifice tout blanc en forme de cône baptisé , par la force des choses , le Pain de Sucre.
Ce fameux Pain de Sucre qui surplombe l'estuaire des hauteurs de Sainte - Adresse est en fait un cénotaphe , c'est - à - dire un monument élévé à la mémoire d'une personne : le comte Charles Lefebvre - Desnouettes.







Général français à la carrière chargée , Charles Lefebvre - Desnouettes a notamment rallié Napoléon lors des Cent - Jours après avoir servi en Italie , en espagne et avoir participé aux campagnes de russie , d'Allemagne et de France.
Proscrit et condamné à mort après Waterloo , il se réfugie aux
Etats - Unis avant d'être gracié par Louis XVIII.
C'est sur le chemin du retour qu'il périt dans le naufrage du navire l'Albion sur les côtes de l'Irlande , le 22 avril 1822 à l'âge
de 49 ans.
En sa mémoire , sa veuve , stéphanie Rollier , fit construire ce monument également destiné à servir de repère aux marins.



 




Vue actuelle du Pain de Sucre



La postérité retiendra surtout de cette noble entreprise l'émouvant élan de piété qui en guida la réalisation , d'autant plus qu'en 1880 , Mme Lefebvre - Desnouettes , fidèle jusqu'à la mort au souvenir de son mari , se fera inhumer au coeur même de ce bien curieux mausolée.
Car l'efficacité supposée de l'amer conçu par la jeune femme abîmée dans une intarissable affliction reste à prouver.
Sa situation topographique en premier lieu , la densité des constructions immobilières qui , année après année , ont été édifiées autour de sa base , ont singulièrement desservi la fonction à laquelle il était dévolu.
Mais au - delà de son originale particularité touristique , le Pain de Sucre peut être regardé comme l'exemple et le touchant symbole de l'une de ces grandes histoires d'amour romantiques que nous a léguées le XIX e siècle.

Repost0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 10:00



Les Folies Bergère de Rouen


Les Folies Bergère de Rouen - Sébastien Lefebvre
Editions LE PUCHEUX
128 pages








De 1882 à 1940 , le théâtre des Folies Bergère ( ainsi dénommé en référence à son célèbre équivalent parisien ) aura été l'un des lieux de divertissement les plus courus de Rouen.
Situé sur l'île Lacroix , c'était un grand bâtiment surmonté d'une énorme enseigne lumineuse en forme de lyre et doté d'une salle à l'italienne pouvant accueillir environ 700 personnes.
Tandis que d'autres théâtres de la ville drainaient un public plus huppé , les Folies Bergère attiraient un auditoire populaire en quête de joyeuses opérettes , de comiques troupiers , de chansons et de revues froufroutantes menées par des " p'tites femmes de Paris " à la jambe agile.






Ce music - hall a vu se produire nombre de célébrités de la Belle Epoque comme Polin, Mayol ou Mistinguett.
Dévasté lors des bombardements de la seconde guerre mondiale , il rouvrit ses portes en 1952 sous le nom de Théâtre de la Lyre , pour fermer définitivement en 1964.






Avec " Les Folies Bergère de Rouen "  , éditions Le Pucheux , Sébastien Lefebvre propose une monographie très documentée et une contribution originale à l'histoire de Rouen.
On peut regretter néanmoins que le livre de ce professeur de musique de 27 ans soit construit selon un plan qui tient un peu trop d'un mémoire d'étudiant.
Sans doute les sources manquaient - elles pour faire revivre l'ambiance de l'époque , analyser d'une manière plus précise les publics et les spectacles.
Reste que l'abondance de l'iconographie et les anecdotes distillées au fil des pages rendent ces Folies Bergère plutôt attirantes pour le lecteur curieux du passé rouennais.


Source Publication Haute- Normandie ( février 2010 )

Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 09:00






La neige a  fait sa réapparition hier vers 17 - 18 heures , ce qui a enchanté mon petit Aurélien , qui a hâte de refaire un bonhomme de neige vu qu'il est en vacances !



IMGP7290.JPG


Voilà le précédent , fait en janvier !!!



Par contre pour la circulation , ce n'est pas le top car nous habitons sur les hauteurs de la ville et rien n'est dégagé!
Mon fils aîné a mis plus d'1 heure pour rentrer ce matin après avoir fait la nuit et hier soir , incroyable mais vrai, Denis a mis 1h30 pour rentrer et faire 13 kms qu'il fait d'habitude en 20 - 25 minutes !!! Il a été bloqué dans le centre-ville et les côtes où des voitures étaient à l'arrêt , ne sachant plus monter !



Voici pour vous quelques photos prises ce matin vers 7h30.



IMGP7374.JPG





IMGP7375.JPG





IMGP7379.JPG







IMGP7388.JPG









IMGP7390.JPG

 








Repost0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 10:04







 Voici quelques photos prises ce matin vers 9h00 , dans le jardin où la neige est tombée cette nuit et encore ce matin !
Environ 15 cm de neige ...
 A 9h ce matin, le centre - ville de Bolbec était toujours bloqué !



IMGP7283.JPG




 IMGP7285.JPG




    Pas le moment se s'aventurer dans les marches !!!







     IMGP7286.JPG






      IMGP7287.JPG

 





  IMGP7288.JPG








IMGP7284.JPG




 

Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 14:10


A 2 kilomètres du centre-ville du Havre se trouve le plus ancien monument de la ville, dont l'église est classée Monument Historique. Fondé au XIIème siècle, le prieuré de Graville est passionnant à découvrir, tout comme le musée qu'il abrite depuis 1926.







Vue du Prieuré depuis le parking









On traverse les jardins ...





















Dans les jardins du prieuré de Graville, on trouve une grande statue : la vierge noire qui se dresse au dessus de la ville.

A l'entrée du prieuré, vous êtes accueilli par cette statue monumentale de Notre-Dame-de-Grâce, érigée après la guerre de 1870 pour célébrer le recul des Prussiens aux portes de la ville.


Un sanctuaire érigé au VIème siècle abritait les reliques de Sainte Honorine avant qu'elles soient transférées à Conflans-Sainte-Honorine (près de Pontoise). 










Vue du Prieuré depuis les jardins








 Entrée du Prieuré









Vue de l'église Sainte - Honorine



L'église Sainte-Honorine, ancienne abbatiale, date des XIème et XIIIème siècles. Dans sa partie romane, vous admirez ses beaux chapiteaux historiés. Le chœur est prégothique tandis que les bâtiments conventuels, de style gothique anglo-normand, datent du XIIIème siècle, remaniés aux XVIIème et XVIIIème siècles. 


C'est dans ses derniers qu'est installé le musée du prieuré, qui expose une importante collection d'art sacré du XVème siècle à nos jours, notamment le retable polychrome du prieuré du début du XVIIème. 


 

Il présente également une rétrospective sur l'histoire de l'architecture régionale française, illustrée par 206 maquettes de maisons réalisées au XIXème siècle par Jules Gosselin, un érudit local.

Ces "petites maisons " sont l’œuvre de Jules Gosselin né en 1863 à Gonneville-la-Mallet (76). Il inaugure son œuvre en réalisant à 20 ans la maquette de sa maison natale. A sa mort en 1936, il en a créées plusieurs centaines. Celles des Musées Historiques, au nombre de 206, sont entrées en 1949 dans les collections grâce au legs de sa veuve.

Un tiers des maquettes (70) représentent des habitations normandes et témoignent d’un mode de construction régional aujourd’hui disparu. La proximité géographique permet à Gosselin de développer, pour l’habitat normand, un aspect plus documentaire, avec une prédilection pour le Moyen Age. Pour les contrées lointaines, ni archéologue, ni architecte, ni ethnologue, il ne se déplace pas sur le terrain : il s’inspire alors pour réaliser ses ouvrages des lithographies, guides touristiques et publications d’architecture qui se multiplient à l’époque.

Il construit aussi 100 maquettes d’habitations de civilisations disparues ou de pays lointains. Ce grand voyageur immobile puise alors ses modèles, entre autres dans le livre de Charles Garnier et Auguste Amman intitulé "Guide historique à travers l’exposition des habitations humaines", publié en 1889.
C’est justement cette même année 1889 que Charles Garnier présente à l’Exposition Universelle une quarantaine de petits pavillons montrant les spécificités culturelles de l’habitat humain.
Jules Gosselin a trouvé là de quoi élaborer son monde.






 Voici donc quelques photos de maquettes que j'ai photographiées lors de cette visite.


 








































































J'espère que cette visite made in Normandie vous aura plu !
Ce fût un plaisir pour moi de la partager avec vous.

Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 21:42














Les 50 ans de Zazie dans le métro de Raymond Queneau


1959 : Zazie dans le métro, roman ludique, populaire et savant, remporte un succès immense et immédiat. « Doukipudonktan » ouvre le roman et donne le ton : verve et néo-français, personnages hauts en couleur, aspiration de la jeunesse à une autre vie, Paris proche et si différent, insolence et humour : Zazie et Queneau osaient la transgression dans cette œuvre dont la langue résonne fortement en notre époque twitter et texto….









BD de ZAZIE dans le métro










Clément OUBRERIE propose donc ici sa vision du plus fameux roman de Raymond Queneau. On connaît l'histoire : Zazie débarque à Paris par le train en gare Saint-Lazare. Elle y retrouve son tonton Gabriel, qui doit la garder tout le week-end, le temps que sa mère s'amuse un peu de son côté avec son nouveau Jules. Zazie, elle, n'a qu'une idée : elle veut monter dans le métro.



 Souvenez-vous du film ...







 



Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 08:20



French-Roman theatre ruins, Lillebonne par phil_graham_2002




Cet édifice de spectacle est exceptionnel à la fois par son plan — un hémicycle légèrement outrepassé — par sa taille et la qualité de sa construction, et enfin par son état de conservation.

Le théâtre de Lillebonne est un édifice mixte caractéristique de la Gaule du Nord et du Centre. Sa structure architecturale combine des éléments spécifiques à deux types d'édifices.

L’arène de forme elliptique correspond à l'amphithéâtre construit au Ier siècle, et les gradins (« cavea ») en hémicycle édifiés au IIe siècle marquent la transformation du site en théâtre. L’étude des techniques de construction révèle la réalisation de travaux de rénovation, d’agrandissement et d’embellissement du théâtre à la fin du IIe siècle et au début du IIIe siècle, une époque correspondant à la prospérité de Juliobona.
Au IIIe siècle, il est intégré dans un ensemble de fortifications, le castrum, quand les invasions barbares obligent la population à se réfugier dans l'édifice. Il a servi d’habitation dès l’Antiquité tardive et pendant le Moyen-Age puis fut abandonné et ses pierres réutilisées.
Redécouvert dès le XVIIIe siècle, il a été acheté au XIXe siècle par le département de Seine-Inférieure puis progressivement dégagé.

Sa plus grande longueur est d’environ 112 mètres.
Sa hauteur devait avoisiner les 19 mètres, soit 7 mètres de plus que ce qui est conservé. Il pouvait accueillir 10 000 spectateurs, venus de Juliobona mais aussi de toutes les campagnes environnantes, car les spectacles étaient un élément fédérateur pour les différents peuples gallo-romains.

De très nombreux éléments trouvés aux cours des fouilles successives montrent la qualité et la richesse de son décor : marbres, enduits peints, éléments lapidaires sculptés...
Actuellement, un programme de réhabilitation est en cours. Il prévoit d’étudier le monument par des fouilles archéologiques et de restaurer les parties les plus fragiles pour pouvoir à nouveau l’ouvrir au public.










A l'occasion des  " Journées du Patrimoine ", ce fût un plaisir pour nous de le visiter  en petit groupe avec un guide et je vous laisse voyager dans le temps à travers ces photos que j'ai faites ce jour-là.



Roman Theatre, 1st and 2nd Century, Lillebonne, Normandy par phil_graham_2002

















































 







             
 Cet endroit a été nettoyé de la verdure qui le recouvrait récemment.






































                                        Lieu de fouilles actuelles



























































 Une des seules arcardes qui subsiste !






























La ville conserve également un ensemble très important de thermes ainsi que des aqueducs, ouvrages découverts aux XIXème et XXème siècles. L'hôtel de ville quant à lui abrite dans ses jardins une villa gallo-romaine.



Fontaine gallo-romaine par Herbaltablet



  Fontaine Gallo- romaine




L'été 2000, c'est un forum romain qui a été découvert à Lillebonne. Composé d'une place publique et d'une basilique, cet édifice était habituellement construit dans les capitales gallo-romaines. Sa présence apporte la preuve que Lillebonne était une cité d'une importance majeure à cette époque, et augure d'autres futures découvertes…

 






2nd Century Forum site, Lillebonne par phil_graham_2002







Square in Lillebonne, Excavation site par phil_graham_2002



Repost0
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 08:50



 Mais non, vous ne rêvez pas , vous êtes bien en Normandie et non en Amérique !




















 Et oui ,il y a une copie de la statue de la Liberté de Bartholdi , à Barentin .

 La statue de la liberté est une réplique en polyester , de 13m50, originellement construite pour le film " Le Cerveau " et rachetée par la ville de Barentin




 

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***