Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 08:00

 

 

 

 

 

 

  La Table ronde  - Mai 2010 - 384 pages

 

 

 

Résumé

 

 

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premier fossiles et se passionne pour ces 'prodigieuses créatures' dont l'existence renmet en question toutes les théories sur la création du monde.

Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique.

Celle-ci, exclusivement composée d'hommes, la cantonne dans un rôle de figuration.

Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue.

Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l'accompagne dans ses explorations.

Si leur amitié se double peu à peu d'une rivalité,

elle reste leur meilleure arme face à l'hostilité générale.

 

  

Fascinée par les figures du passé , la romancière de " La Jeune Fille à la perle " et de " La dame à la licorne " retrace ici la vie de Mary Anning , qui devint une célèbre paléontologue au XIX è siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Miss Mary Anning

 

 

 

A Lyme Regis , la jeune fille , d'origine très modeste et qui ne sait ni lire ni écrire , a poussé comme les herbes folles de la côte du Dorset.

Mary Anning a une passion : la recherche de fossiles que recèlent les plages et les falaises de la région.

Très vite , la vente de ces précieuses trouvailles permet à sa famille de survivre , même si ses découvertes se heurtent à la communauté scientifique uniquement composée d'hommes.

Mais Mary trouvera un soutien auprès d'Elizabeth Philpot , une vieille fille de la bourgeoisie londonienne cultivée , curieuse et fascinée aussi par les fossiles.

A cette époque , Darwin n'a pas encore élaboré sa théorie de l'évolution et la découverte de Mary Anning , les premiers spécimens d'animaux marins , suscite les hypothèses les plus farfelues.

 

 

Avec cette histoire originale , Tracy Chevalier brosse le magnifique portrait d'une femme qui osa braver sa condition sociale.

Son roman tout en finesse , au charme victorien et aux accents de Jane Austen , vous envoûtera même si vous n'êtes pas un passionné des fossiles.

 

 

 

  

Version originale du livre sorti en avril 2010.

Harper Collins publishers

 

 

 

 

 

Biographie de Tracy Chevalier

 

Après des études dans l'Ohio, Tracy Chevalier part en 1984 à Londres pour un séjour de six mois. Amoureuse des livres, elle reste finalement en Angleterre, y fonde une famille et commence à travailler dans l'édition. Pourtant, le virus de l'écriture, déjà côtoyé durant ses études, la rattrape. Après quelques cours d'écriture, Tracy voit ses écrits publiés dans le magazine Fiction, avant que son premier roman, 

 " La Jeune fille à la perle " , ne lui apporte en 1998 un grand succès

sur ses terres d'adoption.

Confirmation dès lors que ses ouvrages se diffusent à grand échelle. Tracy Chevalier enchaîne, au début des années 2000, avec  " Le Récital des anges " ,  " La Dame à la licorne " puis  " La Vierge en bleu ", et rencontre à chaque fois son public.

Elle revient dans les librairies en 2007 avec

 " L' Innocence ". Désormais, la sortie de chaque nouveau livre de

Tracy Chevalier est un événement.

 

 

 

Repost0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 08:00

 

 

 

 

 

 

Editions Phébus - D'aujourd'hui / étranger

 

Traduit de l'espagnol ( Chili ) par François Gaudry

Titre original : " Los Pasos del hombre "

2000 - 260 pages

 

 

Il y a cent ans naissait à Quemchi , petit port de pèche sur la grande île des Chiloé , dans le sud du Chili , Francisco Coloane.

 

 

 

 

 

 

Vue de Quemchi

 

 

 

 

 

 

 

Buste élevé en hommage à l'écrivain près du port de Quemchi

 

 

 

 

La mer aura été la grande passion de la longue vie de l'auteur

( 1910 - 2002 ).

Son père était chasseur de baleines et capitaine d'un remorqueur.

Coloane accomplit son premier voyage sur l'océan pour rejoindre Punta Arenas où il va s'installer.

 

 

Son oeuvre entière est baignée par ces terres et ces mers du sud du Chili:

 

 

- Le Dernier mousse / le premier roman de l'auteur paru au Chili en 1941,  chez Phébus en 1996 et Le Seuil en 1998.

 

 

- Tierra del Fuego / Recueil de nouvelles paru en 1963 au Chili,

chez Phébus en 1994 et Le Seuil en 1995.

 

 

- El Guanaco / Recueil de nouvelles paru au Chili en 1981,

chez Phébus en 1994 et Le Seuil en 1997.

 

 

Ses récits d'aventure à la fois épurés et lyriques le font comparer à Jack London , à Jean Giono ou à Joseph Conrad.

 

 

Au total , 8 titres , tous publiés chez Phébus dont son dernier écrit à 90 ans : " Le Passant du nouveau monde ".

Et de fait , les mémoires du grand écrivain chilien sont écrites quand il a 90 ans , presque aveugle.

Il est aidé par son ami Miguel José Varga.

Il raconte sa vie en 260 pages.

A noter que son livre est d'abord paru en France.

Il rend d'ailleurs hommage à son éditeur et son traducteur

François Gaudry , quand il raconte sa venue au festival

" Etonnants Voyageurs ", un festival qui lui correspond

parfaitement.

 

Il parle de son enfance et de ses aventures maritimes où des amitiés fortes se nouent.

On croise Pablo Neruda , l'un de ses grands amis.

L'écrivain s'efface souvent derrière la marin et le journaliste qu'il fut aussi.

 

Ce livre est un " condensé " de sa vie et de son oeuvre , que je conseille vivement à tous ceux qui ont envie de découvrir cet immense écrivain Chilien ...

 

 

 

 

 

 

Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 10:15

 

  

 

 

 Atiq Rahimi , prix Goncourt avec " Syngué Sabour " n'est pas Normand. Ses racines sont afganes , du côté de Kaboul où il a passé toute sa jeunesse. Pourtant ses liens avec la Normandie sont forts.

En effet , c'est en terre normande qu'Atiq s'est installé lors de son exil d'Afghanistan.

 

 

Atiq Rahimi est né à kaboul en 1962 , dans une famille aisée.Son père, gouverneur de la vallée du Panchir , est devenu juge d'instruction à Kaboul. Mais en 1973 , un coup d'Etat l'expédie deux ans en prison. Il en sort et choisit l'exil en Inde où le rejoint Atiq Rahimi ...

Celui-ci fera ensuite le choix de rentrer au pays en mars 1979.

Après des études au lycée franco-afghan puis à l'université , le futur prix Goncourt décide de fuir un régime de plus en plus oppressant.

Il passe à pied , à travers les montagnes , au Pakistan. Puis à Jalalabad , il demande à la France un statut de réfugié politique.

Nous sommes en 1985.

Et c'est en Normandie qu'il "débarque ".

Atiq se souvient fot bien de cette époque.

 

" Mon premier contact avec la Normandie , ce fut dans une petite ville , à Gaillon , explique - t-il dans un français teinté d'un doux accent.J'y suis resté huit mois dans l'attente de mes papiers.

A Gaillon , nous étions bien. L'endroit était silencieux."

 Idéal pour se plonger dans la culture française.

" Je me souviens , c'est là-bas que j'ai acheté " L'amant " de Marguerite Duras.

Cela fit un sacré trou dans mon allocation de réfugié parce qu'il fallait que j'achète également les dictionnaires. Mais quel bonheur ..."

 

Une fois son statut de réfugié confirmé , c'est à Rouen que le futur prix Goncourt s'installe.

 

" Nous étions alors dans un immeuble immense. Nous l'avions surnommé la muraille de Chine. Mais nous avions une belle vue sur Rouen."

 

Plus que la vue, c'est l'université qui intéresse Atiq Rahimi.

 

" Je suis allé tout de suite à Mont-Saint-Aignan et je me suis inscris en lettres modernes en tant qu'auditeur libre.

Je me souviens parfaitement du premier cours auquel j'ai assisté.

Il s'agissait d'étudier le Nouveau roman.

L'année suivante , je me suis inscrit en tant qu'étudiant normal et j'avais bien préparé la rentrée en étudiant la littérature contemporaine mais le cours portait sur l'Ancien français."

 

Ce qui n'empêchera pas Atiq de décrocher cette unité de valeur avec un 16 à la fin de l'année !

 

" Aussi étonnant que cela puisse paraître , je ne me suis jamais senti étranger à Rouen. J'avais tellement lu d'auteurs français et au Centre culturel français de Kaboul, j'avais découvert la Nouvelle Vague , Jean-Luc Godart et les films de Claude Sautet."

 

Passionné de littérature , amoureux des Belles lettres , Atiq s'enthousiasme d'évoluer sur les terres de Flaubert et Maupassant.

 

" J'ai toujours à l'esprit un souvenir très fort. Une émotion intense. C'était lorsque Claude Chabrol tourna à rouen et dans les petites communes des alentours , son  " Madame Bovary ".

Nous étions quelques-uns de la fac à avoir eu le bonheur de passer une journée entière sur le tournage.

Je m'en souviens si bien ..."

 

 

 

 

Son livre : Syngué Sabour

 P.O.L. Editions - 160 pages - 2008

 

 

 

 

En persan , Syngué sabour est le nom d'une pierre noire magique , une pierre de patience, qui accueille la détresse de ceux qui se confient à elle.

Mais ici, la Syngué sabour, c'est un homme allongé , comme décérébré après qu'une balle se soit logée dans sa nuque sans pour autant le tuer.

Sa femme est auprès de lui. Elle lui en veut de l'avoir sacrifiée à la guerre...

Pourtant elle le soigne , et elle lui parle. Elle lui parle même de plus en plus.

Et c'est une extraordinaire confession sans retenue grâce à quoi elle se libère de l'oppression...

 

 

( Source Itinéraires de Normandie )

 

Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 16:00

                                                          

 

                Enrique Vila-Matas : Paris ne finit jamais (Editions Christian Bourgois)

                                                                    294 pages - 2003

                                          Traduit de l'espagnol par André Gabastou

                                    (photographie de couverture : Enrique Vila-Matas)

 

 

Récit des débuts littéraires de l'auteur à Paris entre 1974 et 1976.

Adepte d'Hemingway, il a emprunté à l'auteur américain une partie du titre de son livre, en référence à "Paris est une fête".

 

 

 

                                                           

 

 

 

 

Le narrateur (double de l'auteur) débute le livre en racontant qu'il est allé à Key West (Floride) participer à un concours de "doubles" de l'écrivain Ernest Hemingway. Seulement, ce n'est pas parce que l'on est "fan" d'une oeuvre que l'on ressemble automatiquement à l'auteur...

Alors, résigné à ne pas être physiquement proche d'Hemingway, le narrateur vient à Paris, plutôt contre l'avis de ses parents qui veulent qu'il suive des études de droit, parfaire son éducation et commencer son oeuvre d'écrivain,sous le haut patronnage intellectuel d'Hemingway.

 

Il a trouvé une mansarde dont Marguerite Duras est la propriétaire. Il va ainsi régulièrement la croiser et il aura beau lui demander quelques conseils d'écriture, elle reste très évasive, enfermée sans sa solitude d'écrivain.

 

Le jeune "auteur en herbe" va croiser sur son chemin Georges Perec ou Roland Barthes et Philippe Sollers. Il va aller sur les lieux fétiches d'Hemingway et surtour écrire son premier roman "la lecture assassine", un livre criminel qui tue les jeunes lectrices qui entreprennent de le lire. Ecrire est difficile sur un thème pareil. Mais il s'obstine à continuer.

 

Page 239 : "J'ai trés souvent lu, dans ma mansarde, deux phrases du "Vieil homme et la mer" : "Mais l'homme ne doit jamais s'avouer vaincu, dit-il. Un homme, ça peut être détruit mais pas vaincu". C'est là une leçon de philosophie que l'auteur s'est astreint à faire sienne dans ces années parisiennes où il luttait contre ses parents et où s'acharnait à écrire entre deux visites de Paris, entre quelques rencontres féminines dont une arrangée par sa famille pour le convaincre de rentrer à Barcelone...

 

Un livre très littéraire où les livres nourrissent l'auteur et le lecteur, comme toujours chez Vila-Matas, en témoigne son dernier ouvrage paru en France :

 

                                   

 

Dublin, c'est bien sûr Joyce et son "Ulysse qui sert de guide...

 

Fil rouge littéraire entre ces deux romans très autobiographiques.

 

Alors, amoureux des livres et de la litérature, Enrique Vila-Matas ne peut être qu'un écrivain qui vous séduira...

 

Bonne(s) lecture(s),

 

Denis

Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 09:00

 

Dans les pas de ... Victor HUGO

En Normandie et aux Îles anglo - normandes

 

  

 

 

  

OREP Editions

Gérard Pouchain - Essai (broché). Paru en 02/2010  

 

 

Ce livre est une invitation à découvrir la Normandie et les Îles

anglo - normandes avec un guide aux multiples talents , Victor Hugo.

En compagnie de ce voyageur infatigable , ardent défenseur du patrimoine , nous parcourons , en diligence ou à pieds , les routes de Normandie , nous longeons les côtes de la Manche , nous remontons la Seine du Havre à Rouen , en passant par Villequier , nous admirons abbayes , cathédrales , églises , châteaux de l'époque ducale , nous entrons dans l'intimité des Îles de Sercq , de Jersey et de Guernesey où nous découvrons l'étonnante maison d'exil du poète profondément engagé dans les luttes de son temps , Hauteville House.

Pour que nous soyons véritablement au côté de Victor Hugo , cet ouvrage réunit ses agendas , ses carnets , ses poèmes , ses dessins , des extraits de ses lettres et de ses romans qui évoquent ses nombreux voyages et séjours en Normandie et dans l'Archipel de la Manche.

 

Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 12:00

 

 

Exhumée des camps de la mort , une famille renaît de ses cendres.

Un jeune professeur découvre au camp de Buchenwald la photographie d'un détenu dont la ressemblance avec son propre grand -père ne cesse de l'obséder.

Cette partie cachée de la famille ressurgit.

Un puissant hommage à la mémoire des morts.

 

 

 

 

 

 

Editions Le Passage - 2009 - 316 pages

 

 

 

 

 " L'origine de la violence " est le troisième roman

de Fabrice Humbert.

Les titres des deux précédents :

 " Autoportraits en noir et blanc " ( Plon - 2001 ) et

 " Biographie d'un inconnu " ( Le  Passage - 2008 ) ,

disent assez que la question du " je " en littérature le tarabuste.

Avec " L'origine de la violence " , qui sonne plus comme un titre d'essai que comme l'annonce d'une aventure romanesque , c'est bien pourtant une histoire personnelle et sensible qui nous est contée.

Sensible et même ultrasensible , puisque nous sommes invités par l'auteur à dévoiler , lentement , avec ce qu'il faut de suspence , un des grands topiques de la littérature d'imagination : le secret de famille.

Le grand-père du héros a été déporté et est mort à Buchenwald.

Mais le narrateur ne sait rien de cette histoire. Son propre père , fruit des amours adultères entre une jeune fille bourgeoise et un jeune homme juif à la séduction éclatante , a vécu dans son déni.

C'est la découverte lors d'un voyage scolaire à Auschwitz , d'une photo d' un détenu dont la ressemblance avec son père est troublante qui met le narrateur sur la piste.

Jouant avec dextérité des temps du récit , reconstituant celui des amours tragiques de ses grands - parents et restituant l'antisémitisme ordianire d'une famille bourgeoise dans l'entre -deux - guerres , le narrateur est aussi confronté à la réticence de sa jeune fiancée allemande à se souvenir des crimes nazis.

Conduisant ses proches , toute honte bue , à passer aux aveux , le narrateur , dans un récit tendre et sensible , restitue une époque de bruit et de fureur , de courage et de lâcheté , en tentant de comprendre plutôt que de juger.

 

 

 

M.R. / Lire mai 2010

 

 

 A savoir que ce livre est sorti également en livre de poche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous voulez en savoir plus sur Fabrice Humbert , je vous invite à aller voir son site !

 

 

Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 07:00

 

 

 

 

 

 

Edition Arcades Gallimard - 194 pages - 2006

 

 

 

4 ème de couverture

 

 

 

Olalla, héritière d'une race dégénérée, sinon maudite, se refuse à perpétuer les tendances perverses de ses ascendants ; Markheim décide de briser sa fatalité intérieure en expiant, et Janet, pauvre âme possédée par le diable, marque à jamais le ministère du jeune révérend Murdoch Soulis...Inspirés à Stevenson par les brownies, ses lutins intimes, ces contes sont d'une grande intensité, pleins de passions, de pittoresque et de péripéties.
Contes noirs et fantastiques, ils sont aussi portés par l'ambiguïté et l'inquiétude, et Stevenson, sous couleur d'amuser son public, n'en poursuit pas moins sa réflexion sur l'autonomie et la responsabilité humaines. C'est toujours le même douloureux mystère, celui de la complexité, de l'hétérogénéité de l'âme humaine, celui, essentiel, du motif narcissique et angoissant du Double.
 
 
 
 
 
 
Nous savons, depuis l'aveu de Coleridge à propos de Kubla Khan, l'influence des visions du songe sur la création.
Or Stevenson est peut-être l'écrivain qui a décrit de la manière la plus captivante et la plus détaillée le processus par lequel le rêve s'insinue dans l'écriture.
Dans son fameux texte " Un Chapitre sur les rêves ", il a longuement évoqué le secret d'un jeune homme qui menait une double vie, une le jour et une autre la nuit :
" L'une dont il avait tout lieu de croire qu'elle était la vraie , l'autre dont il n'avait aucun moyen de prouver qu'elle était fausse. "
Cet étudiant d'Edimbourg avait l'habitude de se raconter des histoires avant de s'endormir.
Jusqu'au jour où il s'avisa de coucher sur le papier ces récits et de les monnayer.
Pour ce faire , il avait, chaque nuit , dans son sommeil , des collaborateurs invisibles, des lutins , de " petites gens " qui s'affairaient pour servir ses desseins et qu'il appelait ses " brownies ", ses démons familiers , capables, tout comme lui , d'ourdir une intrigue qu'ils révélaient morceau par morceau au rêveur.
Le lecteur aura reconnu en cet apprenti conteur , rival de Shéhérazade , le jeune Stevenson , lequel devait plus tard rappeler à quel point 
" L'Etrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde " était redevable aux
 " petites gens " de la nuit.
 
 
Un autre conte , " Olalla des montagnes ", écrit dans une veine qui évoque Edgar Poe et annonce Tommaso Landolfi , tire aussi son origine d'un rêve.
Stevenson s'y penche sur une famille de très haut lignage , issue
d'une " souche princière dégénérée aussi bien de facultés
que de fortune ".
C'est dans une demeure délabrée que le narrateur d'Olalla , cerné par d'inquiétants signes de débilité , sinon de démence , rencontre l'amour.
Ce conte gothique , illuminé par la beauté altière d'une héroïne qui rachète la dégénérescence de sa race par le renoncement à la passion , avait été traduit pour la première fois par Alfred Jarry.
Pierre Leyris , en digne successeur , a livré à son tour une version française aux accents nervaliens.
C'est d'ailleurs , l'auteur d' " Aurélia " qu'il convoque dans la préface à cette nouvelle.
Suivie dans cette édition d' Un Chapitre sur les rêves , qui renferme l'esquisse d'un roman policier qu'aurait pu écrire Wilkie Collins , auteur que prisait Stevenson.
 
 
 
 
 
 

Robert Louis Stevenson , né le 13 novembre 1850 à Édimbourg

et mort le 3 décembre 1894 à Vailima (Samoa),

est un écrivain écossais  et un grand voyageur,

célèbre pour son roman L'Île au trésor (1883), 

pour sa nouvelle L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886)

 et pour son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879).

Stevenson est parfois considéré comme un auteur de romans d'aventure ou de récits fantastiques pour adolescents, 

mais son œuvre a une toute autre dimension : il a d'ailleurs été salué avec enthousiasme par les plus grands de ses contemporains et de ses successeurs.

Ses nouvelles et romans manifestent en effet une profonde intelligence de la narration, de ses moyens et de ses effets.

Il exploite tous les ressorts du récit comme la multiplication des narrateurs et des points de vue, et pratique en même temps une écriture très visuelle, propice aux scènes particulièrement frappantes.

 

( Source Wikipédia )

 

 

Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 10:00

                                                           

 

 

                       L'affaire Jane Eyre de Jasper Fforde (10/18 - Domaine étranger)

                                    410 pages - Traduit de l'anglais par Roxane Azimi

     première édition en France au Fleuve Noir en 2004 - titre original "The Eyre Affair"

 

 

 

 

Premier volume d'une série de romans qui comprend actuellement 5 titres en 10/18 :

L'affaire Jane Eyre / Délivrez-moi! / Le puits des histoires perdues / Sauver Hamlet! / Le début de la fin.

 

Comme l'a écrit Jacques Baudou dans "le monde des livres":

"Jasper Fforde a créé avec Thurday Next un nouveau type très particulier de détective : un littéraTec, un détective - ou plutôt un policier - littéraire. Son rôle : traquerles plagiats, démasquer les faussaires, mettre à l'amende les comédiens prenant trop de liberté avec Shakespeare".

 

 

 

 

                              

 

Le décor est planté : l'héroîne,Thursday next (jeudi prochain!!) est détective et traque les voleurs de manuscrits. Et puis, les personnages des romans sont capables de sortir ainsi des livres volés et réécrire une partie du roman. Dans ce livre, il y a eu le vol de Martin Chuzzlewit de Charles Dickens. Il y a toujours en suspens Shakespeare, qui aurait pu ne pas exister. Milton aurait pu écrire ses textes... Et surtout, il y a cette affaire Jane Eyre. Thursday a rencontré Rochester et elle décide qu'il faut changer cette histoire tragique pour Rochester dont l'amour de Jane Eyre lui a été volé.

 

Vous aurez compris que ce livre se donne les droits de délirer de matière "folle. Le Pays de Galles est indépendant mais menacé à ses frontières par l'Angleterre. Et l'héroîne est une ancienne militaire de la guerre de Crimée... L'auteur joue avec le temps, l'histoire. On peut se dire que l'on est dans de la science fiction. Et surtout, on entre dans l'univers des auteurs et de la création littéraire, pour laquelle les lecteurs ont le droit de demander une autre fin aux histoires...

 

Etonnant, fou, délirant... littéraire aussi car le livre se montre aussi très littéraire...

Je n'ai pas aimé ce texte car je ne m'attendais pas à cette folle histoire littéraire, mais je pense que ceux et celles qui aiment les livres peuvent trouver un intérêt certain à ce roman.

 

A bon entendeur...

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

Livre lu dans le cadre de blogoclub dirigé par Sylire etLisa.

 

                          

Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 22:16

 

 

J'ai reçu un gentil commentaire de l'écrivain Jacques Jaubert , pour me renseigner la publication de son roman historique

Moi, Caroline , " marraine " de Musset paru aux Editions de L'Harmattan

et cela , suite au billet que j'avais consacré à Alfred de Musset

dont on fête le bicentenaire de sa naissance cette année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MOI, CAROLINE, "MARRAINE" DE MUSSET
Jacques Jaubert
Roman historique

Juin 2009 - 290 Pages
 

 

 


Caroline Jaubert, née d'Alton, a été vingt jours la maîtresse d'Alfred de Musset, vingt ans sa "marraine". Non
sans avoir poussé dans les bras du poète sa cousine Aimée d'Alton. Mais les lettres et les confidences de Musset, ses "jérémiades", dit-elle parfois, ne sont pas toute sa vie. En secret, elle mène des amours à la mesure de son tempérament. Elle ira jusqu'à payer de sa personne pour sauver des griffes de la police impériale son frère chéri Edmond d'Alton-Shée. Personnage original, pair de France et républicain, ami de Victor Hugo, hostile à la conquête de l'Algérie, cité par Flaubert, dans "L'Education sentimentale", comme représentant de ce que l'on n'appelait pas encore "la gauche caviar". La mort d'Alfred n'interrompt pas le tourbillon des d'Alton.

Caroline accomplira jusqu'au bout le destin d'une petite "enfant du siècle".

 

 

 

UN LIVRE A DECOUVRIR !!!

 

 

Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 09:00

 

 

 

 
 
Page de garde de la 1ère édition d'ATALA.
 
On remarquera que Chateaubriand ne s'y appelle pas François - René , mais François - Auguste ( prénom de son frère aîné et parrain ).
Dans Les Mémoires ... , il explique comment il a cru longtemps s'appeler François  Auguste René .

 

 
 

 

 

 

 

 

 

ATALA ou Les Amours de deux sauvages dans le désert.

Récit en prose de François - René , Vicomte de Chateaubriand ( 1768 - 1848 ) , publié à Paris chez Migneret en 1801.

Réédition dans le tome III du " Génie du christianisme " en 1802.

L'édition définitive , précédée d'une " Préface d'Atala " , publiée à Paris chez Le Normant en 1805 , réunit en un même volume Atala et René. Le premier manuscrit date probablement de 1791 , faisant partie du vaste ensemble dont sortiront , outre Atala , les Natchez ( 1826 ) , René , et le Voyage en Amérique ( 1827 ).

 

 

 

 

illustration 1814

 

 

 

Atala, illustration d'une édition de 1814

 

 

 

 

Sur les bords du Meschacebé , une nuit de pleine lune , Chactas , un vieillard de la tribu des Natchez , entreprend de raconter à René , un Français émigré en Louisiane en 1725 , et pour lequel il s'est pris d'affection , les aventures de sa jeunesse.

Capturé à l'âge de vingt ans , par une tribu ennemie , condamné au bûcher , il a été délivré par une jeune indienne éprise de lui , Atala.

Alors qu'ils s'abritent dans la forêt contre un violent orage , celle -ci lui révèle qu'elle est en réalité la fille d'un Espagnol nommé Lopez et qu'elle a été élevée dans la religion chrétienne.

Hébergés par un missionnaire , le père Aubry , dans la communauté que celui-ci a fondée , les deux jeunes gens paraissent promis au mariage.

Pourtant , au retour d'une visite de la mission , Chactas et le prêtre retrouvent Atala mourante.

Vouée dès sa naissance par sa mère à la virginité , la jeune fille a préféré le suicide de parjure.

Ignorant qu'elle pouvait , au nom d'une passion légitime , être relevée de ses voeux , elle s'est empoisonnée et meurt dans la souffrance sous les yeux du père Aubry et de son amant , auquel elle a fait promettre de devenir chrétien.

Eperdu de douleur , Chactas refuse pour Atala les pompes d'un enterrement solennel.

Avec l'aide du prêtre , il roulera son corps dans une pièce de lin et le couchera à l'entrée d'une grotte de la mission , sur un lit d'herbes et de fleurs , répondant par un silence recueilli aux oraisons de son protecteur.

Ce dernier périra plus tard lors du massacre de sa communauté par les Indiens et Chactas recueillera ses ossements avec ceux d'Atala.

 

 

 

ATALA , cette " sorte de poème " , c'est Chateaubriand qui le dit  ( mais lui aussi a du mal à classer le texte ) , est donc , en même temps qu' un roman exotique et un texte apologique , un témoignage autobiographique et politique.

Oeuvre de vérité , elle rehausse la force des passions , l'exil , la nécessité de la religion.

Elle tient , en outre , son influence explosive d'un mélange de tons : classique par ses références à Antigone ( Atala ) , moderne par son atmosphère ossianique , elle exerce une fascination jusqu'alors inconnue par le détour poétique de l'Amérique qui permet à chateaubriand de consacrer de longs développements , dans son Prologue en particulier , à la nature exotique... qu'il n'a guère vue lui - même , mais dont il a la description chez d'autres auteurs.

Cette nature lui a permis de réfléchir dans son texte d'autres textes littéraires , parmi lesquels le WERTHER ( 1774 ) de Goethe occupe une grande place. Il n'est plus question de la nature de Rousseau ou des Philosophes , mais d'une nature symbolique, mirage de l'homme en quête d'identification et perdu dans la solitude post- révolutionnaire.

Il a été possible à Chateaubriand , lui - même recherchant la vie heureuse des sauvages , et exilé au moment où il écrit ATALA , de vivre une nature qu'il s'imaginait édénique , sorte de paradis terrestre peuplé de sauvages non corrompus.

Cependant , pour bien juger de la valeur de cette image , il faut l'insérer dans l'ensemble constitué des NATCHEZ et de René , où se combattent les civilisations et meurent ceux qui étaient reliés par des liens familiaux ou amoureux.

ATALA est , selon l'interprétation de J-Cl Berchet , le premier texte publié de la grande épopée de la Chute chez Chateaubriand.

 

 

 

 

 

 

 

 

ATALA par Anne-Louis Girodet-Trioson

 

 

 

( Source photos internet )

&

Les grandes oeuvres littéraires - Bordas

 

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***