Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 12:35

 

 

 

 

 

Editions 10-18 GRANDS DETECTIVES - 2010 - 406 pages

 

  

1898. Louis Denfert, reporter au Petit Eclaireur,  

 découvre dans le sous-sol d'une clinique parisienne

les restes de jumeaux siamois découpés à la scie.

 Aidé de ses amis, Albert le jeune médecin-légiste et Emile,

 l'ex sergent du génie, ainsi que de sa fiancée Camille,

 actrice prometteuse, il se lance sur la piste du meurtrier,

qui va les mener sur les rivages de la Méditerranée,

 à Cannes où la saison d'hiver bat son plein :

casinos, yachts, mimosas et motocyclettes.

Et plus particulièrement aux îles de Lérins et au fameux 

 monastère de Saint-Honorat où d'étranges phénomènes

semblent se produire.

 Les dieux anciens sont-ils vraiment morts ?

Et quelle incroyable révélation contient le manuscrit de Lérins ?

 

   

 Ce fût une découverte pour moi car je n'avais jamais rien lu

de Brigitte Aubert.

 J'ai beaucoup aimé ce genre de récit , genre fiction avec une intrigue  

 qui vous tient en haleine jusqu'au bout !

 

 

 

 

 

 

Sur l'auteur

 

Brigitte Aubert est née à Cannes en 1956.

Programmatrice de cinéma , elle a également publié

une quinzaine de thrillers ( aux Editions du  Seuil ) ,

dont " La Mort des bois " qui a obtenu

 le Grand Prix de littérature policière en 1997 ,

et avec G Cavali , coauteur , autant de romans policiers

 et d'heroic fantasy pour la jeunesse.

Elle signe avec " Le secret de l'abbaye " la quatrième aventure

de Louis Denfert , jeune et fringant reporter

au XIX è siècle à Paris.

 

 

Repost0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 09:00

 

 Comme je voue une passion à l'écrivain

tout comme au peintre ,

 ce livre nous met dans l'intimité de l'amitié

 qui unissait

René Char et Nicolas de Staël.

 

 

 

 

 

Editions Des Busclats - 2010 - 141 pages

 

 

Début 1951, Char fait la connaissance

de Staël à Paris.
De cette rencontre naît le projet d'un livre commun Poèmes, accompagné de quatorze bois gravés.

 Une année durant, Staël délaisse ses pinceaux

pour exécuter à coup de gouges ses gravures

et tient fidèlement compte à Char de ses avancées

et de la passion qui l'anime.

 Lors de ses voyages, Staël ne cesse de parler

à son jumeau aux "sabots ailés" pour l'entretenir

de sa quête artistique et de ses chocs visuels.
En 1953, Staël et les siens s'installent

 dans le Sud à proximité du poète,

 dans son milieu intime et familier.

 Les lettres et cartes échangées jalonnent

 leur chemin de créateurs et racontent à demi-mot

 leur magnifique histoire d'amitié.

 

 

Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 09:00

 

Pour les personnes , qui comme moi  se passionnent

 pour les haïkus et qui veulent en savoir plus sur la vie

 de ces grands maîtres , je conseille vivement ce livre

 qui est en quelque sorte la biographie de Sôseki.

  

Les herbes du chemin - Natsume

 

 

Editions Picquier poche - 1998

 

 

4ème de couverture 

 

  

Dans l'intimité du couple que forment Kenzô et sa femme,

 le quotidien scelle une entente faite de méprises

et de malentendus ; et l'habitude ne devient rien d'autre

que le témoin indifférent d'un être aux prises avec le monde.

Mais sur Kenzô, pèse aussi la présence d'un père adoptif,

une ombre que trouent de leurs feux intermittents

 les souvenirs que Sôseki rappelle à lui.

 Et l'auteur nous montre les incertitudes de la mémoire,

 ces lignes d'ombre où s'enchevêtrent les traces du passé

 et du présent, dans les eaux troubles de l'enfance.

 

 

 

 

Sōseki Natsume (夏目 漱石, Natsume Sōseki,

9 février 1867 à Edo - 9 décembre 1916 à Tōkyō)

 est un auteur japonais de romans et de nouvelles, représentatif de la transition du Japon vers la modernité, pendant l'ère Meiji.

 

A découvrir aussi son reccueil d'haïkus , paru également

 aux édtions Picquier.

 

 

 

 

Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 09:00

 

Le magazine " LIRE " de février 2011 lui consacre

 de nombreuses pages.

 

 

  numerisation0004.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit rappel biographique

 

 

Hemingway Ernest (1899-1961)

 Ecrivain et journaliste américain, il est l'auteur de célèbres

 romans et de nouvelles, écrits dans un style clair et incisif. 

Issu de la banlieue bourgeoise de Chicago,

 fils d'un médecin de campagne

 et d'une chanteuse d'opéra,

il est passionné de sport et de grands espaces.

 L'Europe l'a toujours attiré ; il s'engage dans la Croix-Rouge américaine pendant la Première Guerre mondiale

et revient blessé en Amérique

 avec l'impérieux besoin de témoigner.

Le journalisme sera une formation et un tremplin

pour sa vocation.

Il débute sa carrière littéraire à Paris, en s'inspirant

de son enfance dans ses premiers écrits,

 et manifeste une préoccupation

 pour les thèmes de l'amour, la guerre, la désespérance.

Il s'engage dans la cause anti-franquiste, voyage beaucoup,

 et consacre son talent à exalter un mode de vie aventureux

 et viril,  se mettant en scène à travers ses personnages. 

De nos jours (1925), histoires courtes écrites dans un style

 concis et laconique, contribue à l'imposer comme romancier.

Son écriture trouve son identité dans un art du renoncement

 et une technique dite "de l'iceberg".

Ses oeuvres reflètent, sans tomber dans le kitsch,

 le dilemme de la "génération perdue",

génération d'après-guerre

 qui au-delà de toutes valeurs positives,

a perdu tout espoir  en un avenir meilleur.

Le style retenu et discipliné d'Hemingway sert de modèle

 à de nombreux écrivains.

Son univers imaginaire produit des protagonistes en quête

de sensations fortes qui les mettent à l'épreuve

et leur font côtoyer le danger et la mort.

 Hemingway s'attache à rendre l'intensité

de la sensation brute,

cherchant à éterniser le moment présent.

 Il retrace ses expériences de la guerre d'Espagne

 (1936-1939) dans son roman

Pour qui sonne le glas (1940) et reçoit,

pour son roman le Vieil Homme et la mer (1952),

 le prix Nobel de Littérature.

Ce roman au style parfaitement maîtrisé sera adapté

au cinéma en 1958 par Fred Zinneman,

avec Spencer Tracy dans le rôle principal.  

Sa vie mouvementée et l'influence remarquable

qu'il exerça  sur le roman moderne,

ont fait de lui une personnalité littéraire qui apparut vite

 comme le chantre de la "génération perdue".

 Retiré à Cuba, dans la Finca Vieja, fatigué,

en manque d'inspiration, miné par l'alcool,

 il se suicide avec un fusil de chasse

comme le fit son père trente ans plus tôt. 

En 1999, son fils Patrick autorise la publication

d'un essai romancé inachevé,

 True at first light, dont l'action se déroule en Afrique. 

   

Oeuvres majeures

   

- Le soleil se lève aussi (1926)

- l'Adieu aux armes (1929)

- Fiesta (1928)

- En avoir ou pas (1937)

- Pour qui sonne le glas (1940)

- Au-delà du fleuve et sous les arbres (1951)

- le Vieil Homme et la mer (1952)

- Paris est une fête (1964), publié à titre posthume.

 

( Source internet )

Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 09:00

 

Je continue sur ma lancée de lectures

des livres d'Anne Perry

 et en période de fêtes de fin d'année ,

j'avais emprunté celui - ci à la bibliothèque.

 

 

 

 

 

 

Editions 10-18, 2006 , 151 pages

 

Traduit de l'anglais par Pascale HAAS

 

 

 

En ce Noël 1850, les frères Dreghorn se réunissent

chez le plus âgé d'entre eux, Judah,

dans son grand domaine de la région des lacs,

en Angleterre.

 Mais l'heure n'est pas à la joie des retrouvailles.

Judah vient de mourir dans des circonstances troubles,

 et sa veuve, Antonia, doit faire face

à de terribles accusations portées contre son mari,

un juge pourtant respecté.

 Pour l'épauler dans ces moments difficiles,

elle fait appel à un vieil ami de la famille, Henry Rathbone. Avec l'aide de ses frères, Henry va tenter de faire

 la lumière sur cette affaire.

 Judah a-t-il été assassiné ?

 Et ces malheureuses insinuations, qui blessent

l'honneur de toute une famille, pourraient-elles

être fondées ?

Dans ce nouveau conte de Noël inédit signé Anne Perry,

 Henry aura besoin de tout son sang-froid

 pour découvrir la vérité... !

 

Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 08:00

 

 A découvrir !

 

 

Biographie de l'écrivain dissident russe réalisée à partir

de ses archives et d'entretiens.

Retrace ses années de formation, les représailles du régime soviétique contre lui, la diffusion de son oeuvre

 à travers le monde, son exil de vingt ans aux Etats-Unis, etc.

 

 

 

 

 

Editions FAYARD - 2010 - 938 pages

 

                    ( traduit du russe par Marilyne Fellous )

 

Quatrième de couverture

Voici la biographie la plus complète à ce jour

du grand écrivain russe.

Né en 1918, orphelin de père, élevé dans la pauvreté,

Alexandre Soljénitsyne fit de brillantes études

 de mathématiques, physique, histoire,

 littérature et philosophie.

Décoré de l'Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale,

 il est arrêté en 1945 pour avoir critiqué Staline,

 et condamné à huit ans de camp de travail.

Après quatre autres années de relégation,

il est réhabilité en 1957.

 En 1962, Khrouchtchev autorise la publication

d'Une journée d'Ivan Denissovitch, mais à partir de 1965,

 toutes ses oeuvres sont interdites en Union soviétique.

 Passées clandestinement à l'Ouest, elles sont aussitôt

 traduites dans plusieurs langues étrangères :

 le Premier Cercle, le Pavillon des cancéreux,

 de nombreuses nouvelles, enfin l'Archipel du Goulag,

qui lui vaut d'être arrêté en 1974, puis déchu

 de la citoyenneté soviétique et expulsé.

 Prix Nobel de littérature en 1970, Soljénitsyne a vécu

 vingt ans aux États-Unis où il a poursuivi la rédaction

 de sa gigantesque fresque historique commencée en 1936 :

 la Roue rouge.

Il a regagné en mai 1994 sa patrie, où il est mort (à Moscou)

 en 2008.

 

 

 

 

 


Lioudmila Saraskina a eu accès aux archives personnelles

de Soljénitsyne, qui lui a également accordé

 de nombreux entretiens.

 Il en résulte une biographie passionnante,

qui ne manque ni d'action ni de rebondissements haletants

 et se lit comme le grand roman du combat littéraire

et moral contre l'ordre totalitaire.

 Chaque épisode fourmille de détails qui introduisent

 le lecteur dans l'univers de celui qui restera comme le géant

 des lettres russes de la seconde moitié du XXe siècle.

Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 10:00

 

 

 

 

 

Editions Gallimard - 2010 - 308 pages

Claire de Oliveira (Traducteur)

 

 

Nous sommes en Roumanie, en janvier 1945 :
la population germanophone de Transylvanie
vit dans la peur de la déportation.
Cette mesure, exigée par le nouvel allié soviétique
de Bucarest, vise une population soupçonnée
d'avoir soutenu l'Allemagne nazie pendant la guerre.
 Le jeune Léopold sait qu'il est sur la liste.
II prépare sa petite valise, des affaires chaudes,
quelques livres, puis, quand la police roumaine
 vient le chercher, à trois heures du matin,
par moins quinze, il reçoit les mots de sa grand-mère
 " Je sais que tu reviendras " comme un viatique.
L'usine de charbon, la tuilerie, la cimenterie,
des baraquements élémentaires, une ration de pain
et deux rations de soupe par jour, les diarrhées et les poux :
 tel sera le quotidien de Léopold pendant cinq ans.
La bascule du souffle nous invite à lire la chronique terrifiante
 de ces années de froid, de faim et de découragement
 qui tuent dans un camp de travail en Russie.
Mais la singularité du livre de Herta Müller réside
dans sa faculté incomparable de transcender le réel,
 de l'illuminer de l'intérieur.
Sous sa plume, le camp devient un conte cruel,
une fable sur la condition humaine.
 Ici les arbres parlent, le ciment boit, la pendule a mal
à son ressort cassé, la faim voyage dans le corps d'un ange,
 et le coeur, dans une pelle.
 Herta Müller souhaitait écrire ce livre à quatre mains
 avec le poète germano-roumain Oskar Pastior - le modèle de Léopold - mais ce projet fut interrompu par la mort de Pastior.
La prose de Herta Müller, poétique et maîtrisée,
 sèche et puissante, toujours surprenante, lui rend hommage
 de la plus belle manière qui soit.
Certes, La bascule du souffle aborde un tabou historique,
 mais s'impose surtout comme une oeuvre de portée universelle.
 Un événement bouleversant.
 
 
 
 
Herta Müller, née en 1953 dans le Banat roumain au sein
de la minorité germanophone, vit en Allemagne depuis 1987.
Elle est l'auteur de plusieurs romans, récits et essais.
 Son oeuvre fut couronnée par d'innombrables prix littéraires,
 dont le plus prestigieux,
 le prix Nobel de littérature, en 2009.
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 08:00

 

 

 

 

Editions Belfond - 2010 - 300 pages

 

 

À travers la chronique d'un scandale sexuel

dans un collège huppé du Vermont, le portrait sombre

 et sans illusions d'une jeunesse livrée à l'alcoolisme,

 à la sexualité précoce et à la violence des images.

 D'une actualité brûlante, un roman coup de poing qui nous met

 face aux contradictions de notre société.

Le lycée Avery, prestigieuse pension de Nouvelle-Angleterre,

 est sous le choc depuis la découverte d'un film.

Sur cette vidéo, les ébats sexuels de quatre élèves :

trois garçons, ivres, et une fille de quatorze ans.

Telle la boîte de Pandore, la cassette, dont le contenu

 circule bientôt sur internet, va libérer les secrets

d'une petite communauté apparemment sans histoire,

 entre mensonges, adultères, hypocrisies,

 jalousies, culpabilité...

La machine à broyer médiatique est en marche,

 n'épargnant personne, ni les adultes,

 ni les élèves, jusqu'au drame...

 

 

 

Sous ses airs angéliques, Anita Shreve cache

un tempérament de feu. 

Ses titres précédents parlent d'eux-mêmes :

- L'objet de son désir

- La longue nuit d'Eden Close

- Le poids de l'eau ,

adapté au cinéma par Kathryn Bigelow

avec Sean Penn ( 2000 ).

On la retrouve donc fidèle à sa réputation sulfureuse.

 

Nous voici entre les murs d'un collège , au coeur

de la très chic Nouvelle - Angleterre.

Ici , on étudie et on se tient droit à table.

Mais dans les dortoirs , ça ne se passe pas

tout à fait comme ça.

Le proviseur le découvre en recevant la vidéo des ébats

 de quatre de ses élèves , images qui finiront

sur le Web.

 

Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 08:00

 

 

 

 

 

Editions GRASSET - 2010 - 315 pages

 

 

Décembre 1849. George Sand, auteur prolifique de romans à succès,

 admirée par Balzac et Dostoïevski, scandaleuse menant une vie de bohème

 sous un pseudonyme masculin, muse du romantisme, femme engagée,

 est en France une célébrité au faîte de sa gloire.

 Pour Noël, cette année-là, son fils Maurice invite à Nohant un jeune homme

de ses amis, un graveur inconnu : Alexandre Manceau.

George Sand a quarante-cinq ans, Alexandre trente-deux.

 Ils ne se quitteront plus.

On connaît la liaison tumultueuse de Sand avec Musset,

son amour de neuf ans avec Chopin.

Mais qui se souvient des années qu'elle a passées aux côtés

du tendre Manceau, son dernier compagnon ?

 De la maison de Nohant à l'agitation parisienne,

 de la brouille avec sa fille Solange au mariage de son cher fils Maurice,

 de l'amitié avec les plus grands artistes de son temps

à la mort de sa petite-fille Nini, du coup d'Etat de Napoléon III

aux combats de George pour l'amnistie des prisonniers politiques,

 des spectacles joués dans l'intimité aux pièces créées à l'Odéon,

ce sont ici des jours et des nuits de travail, de bonheur, de tristesse aussi.

Dans cette biographie foisonnante, Evelyne Bloch-Dano fait revivre

 avec éclat quinze ans de la vie passionnée de George Sand.

 

 

Evelyne Bloch - Dano nous conte ces années de passion

dans cet essai -roman très documenté qui s'appuie sur la correspondance

complète de George Sand ainsi que sur d'autres lettres.

Moins arride qu'une correspondance raisonnée ,

le livre se lit comme un roman.

Bel hommage à Aurore Dupin qui avait souhaité faire de sa vie un roman ,

que cette biographie qui raconte un amour profond

" quelque chose de pur comme l'or ".

 

 

Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 08:00

 

Avec Theodore Boone, enfant et justicier,

 John Grisham, maître incontesté du thriller judiciaire,

 

 

 

 auteur de best-sellers mondiaux tels que La Firme ou

 L'Affaire Pélican, entraîne une nouvelle génération de lecteurs

 dans une intrigue admirablement ficelée.

 

 

 

 

 

Oh ! Editions - 2010 - 272 pages

 

Un meurtre parfait
Un témoin sans visage
Seul Theodore Boone connaît la vérité… mais il n’a que treize ans.

Theodore Boone a toujours rêvé de devenir avocat.

À treize ans, il est d’ailleurs le conseiller juridique gratuit

de ses camarades et même de ses professeurs !

C’est ainsi qu’il recueille bien malgré lui des éléments accablants

dans le plus important procès pénal que sa ville ait connu,

celui d’un notable jugé pour l’assassinat de sa femme.

Theo, qui a juré le secret, ne peut ni parler ni laisser acquitter

un meurtrier de sang-froid…

 

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***