Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 09:00

 

Un roman magnifique sur un destin incroyable,

sur la liberté et sur le droit à la différence.

 

 

 

 

 

Editions SEUIL - 10 mars 2011 -

 

 

Karen Nieto est une petite fille aux « capacités différentes »,

 à la fois dure et étrange, drôle et géniale.

Diagnostiquée autiste irrécupérable,

 elle a pourtant une mémoire et une appréhension

de l'espace exceptionnelles.

Karen est l'héritière d'une importante flotte

 de bateaux thoniers et de la plus grande conserverie

de poissons du Mexique.

 Au contact des pêcheurs, elle découvre la plongée

 sous-marine avec délice et les massacres de thons

 avec horreur, et s'insurge contre l'idée cartésienne

que l'on pense avant d'exister.

 Elle sait bien, elle, qu'elle existe d'abord et que parfois

, avec peine, elle pense.

 Aux côtés des marins et de sa tante Isabelle,

elle s'investit corps et âme dans l'industrie de la pêche,

 sauve l'entreprise familiale de la ruine causée

par l'embargo américain et attire un investisseur

 qui lui ouvre les portes du marché international.

 Jusqu'au jour où une cellule écologiste terroriste

 la menace de mort.

 

 

Hymne à la tolérance, magnifique fable écologique,

  " MOI " appartient à cette sorte de romans qui laisse

 le lecteur émerveillé et sans voix après la dernière page.

 

 


 

 

 

Sabina Berman est une poétesse, dramaturge

et réalisatrice mexicaine.

Après des études de psychologie à l'Université Nationale

 Autonome du Mexique, Sabina Berman entre

dans la compagnie d'Héctor Azar et publie

 sa première pièce de théâtre en 1976,

El Jardín de las delicias o El suplicio del placer.

En 1986, elle publie Poemas de agua, puis en 1988

 un recueil de poèmes lesbiens, Lunas.

Son roman La Bobe paraît en 1990.

 Elle écrit la pièce Entre Villa y una mujer desnuda (1993),

qu'elle adapte elle-même au cinéma en 1996,

 après son film El Árbol de la música (1994).

Sa pièce Molière est traduite en français en 2005.

 

( Source Wikipédia )

 

Repost0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:00

 

Le Salon du livre de Paris célèbre cette année

 toutes les littératures du Nord, invitant le Danemark,

la Finlande, l'Islande, la Norvège et la Suède.

L'occasion de revenir sur une forte tradition littéraire,

d'Ibsen à Strindberg , et d'analyser,

 dans un dossier de 39 pages,

l'étonnante vitalité contemporaine,

de Sofi Oksanen à Stieg Larsson

en passant par Per Olov Enquist.

 

 

 

 

 

Actuellement en kiosque

 

 

Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 09:00

 

Jeff mène une vie tranquille et sans histoire

 jusqu'au jour où la police débarque chez lui  

et le place en garde à vue comme principal suspect

de l'enlèvement d'une fillette ...

Inspiré d'une histoire vraie, le roman de Iain Levison

nous plonge avec un humour glaçant dans la spirale

 du système judiciaire américain.

 

 

 

 

 

 

Editions Liana Levi - mars 2011 - 245 pages

 

 

 

Charger un passager à l'aéroport, quoi de plus juteux

 pour un chauffeur de taxi?

Une bonne course vous assure une soirée tranquille.

 Ce soir-là, pourtant, c'est le début des emmerdes.

 Tout d'abord la cliente n'a pas assez d'argent sur elle et,

pour être réglé, il vous faut entrer dans sa maison

pourvue d'amples fenêtres (ne touchez jamais

 aux fenêtres des gens!).

Plus tard, deux jeunes femmes passablement éméchées

  font du stop. Seulement, une fois dépannées,

l'une d'elles déverse sur la banquette son trop-plein d'alcool.

 La corvée de nettoyage s'avère nécessaire

 (ne nettoyez jamais votre taxi à la vapeur après

avoir touché les fenêtres d'une inconnue!).

 Après tous ces faux pas, comment s'étonner

que deux policiers se pointent

 en vous demandant des comptes?

Un dernier conseil: ne sous-estimez jamais la capacité

 de la police à se fourvoyer!
Dans ce roman magistral, Levison dissèque de manière

 impitoyable les dérives de la société américaine

et de son système judiciaire.


 

 

 

 

 IAIN LEVISON, né en Écosse en 1963,

arrive aux États-Unis en 1971.
A la fin de son parcours universitaire, il exerce

pendant dix ans différents petits boulots,

de conducteur de camions à peintre en bâtiments,

 de déménageur à pêcheur en Alaska !

 Tous ces jobs inspireront son premier livre,

 " Tribulations d'un précaire ".

Le succès arrivera de France avec

 " Un petit boulot " et les romans qui suivront.

 

 

Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 17:30


CARPENTARIE  d'Alexis Wright (Editions Actes Sud - collection "Antipodes" - 510 pages - Septembre 2009) Titre original : Carpentaria - 2006 traduit de l'anglais (Australie) par Pierre Furlan


                                             




Alexis Wright (qui est une femme australienne d'origine aborigène) a eu un réel succès dans son pays, puisque "Carpentaria" a été récompensé par de nombreux prix dont la plus prestigieuse récompense le "Miles Franklin Literary Award en 2007.





Un peu de géographie, car Carpentarie est le nom d'un golfe tout au nord de l'Australie. Je vous renvoie à Wikipedia pour en savoir plus sur ce golfe
Le livre se passe ainsi dans l'atmosphère exceptionnelle des aborigènes et des blancs qui cohabitent là-haut, loin de la "civilisation".

                              

Autre point avant d'aller plus avant dans l'univers d'Alexis Wright : c'est le rappel de la
définition d'aborigène : "Les Aborigènes d'Australie sont les premiers humains connus pour en avoir peuplé la partie continentale. Ils constituent, avec les indigènes du Détroit de Torres, la population autochtone de l'État océanien. Le mot commun aborigène désigne plus généralement celui dont les ancêtres sont les premiers habitants connus de sa terre natale" (Wikipedia).

Quant à Alexis Wright, elle est née en 1950 et est membre du peuple waanji, établi sur les plateaux au sud du golfe de Carpentarie.
Elle a publié plusieurs romans chez Actes Sud depuis "les plaines de l'espoir" en 1999.

C'est dire, qu'après avoir dressé le contexte de ce roman, il faut s'immerger dans l'écriture et le monde de l'auteur. Et là, pour moi, les qualificatifs sont difficiles à trouver tellement ce livre m'a emporté pendant de longues heures dans ce golfe, que j'ai l'impression d'y être encore et de n'y être pas encore rentré.

Norm Phantom, le pêcheur amoureux de la mer, est le personnage principal, avec sa famille et vit à Desperance, le quartier des aborigènes.
Tout d'abord il y a son épouse Angel Day, qui vit de petits riens et de récupération dans les poubelles de ceux des "beaux quartiers" (les blancs de Pricklebush). Et il y a ses enfants comme Will, qui vit souvent avec Mozzie Fishman, le "prophète aborigène des temps nouveaux".

Quant à Elias, il est arrivé de "nulle part", s'est installé à Desperance, puis a disparu. Il est retrouvé mort par Will mais Norm veut qu'il soit jeté à la mer, loin de là. Alors, il part en bâteau avec Elias à son bord et va lui donner une belle sépulture "dans la mer".
MAis dans ce livre, la nature joue un rôle essentiel, dont le temps et ses méfaits est très présent : cyclone, pluies violentes, chaleur humide... qui a une influence non négligeable dans la vie des australiens du golfe.

Norm va vivre alors une sorte de "voyage d'Ulysse", se perdant, retrouvant par hasard son petit fils Bala, le fils de Will et rentrant finalement dans un Desperance dévasté par un cyclone...

Le conflit entre blancs et aborigène plane aussi tout au long du livre avec en apothéose la destruction de la mine "des blancs"...

Tout ne peut pas être dit, car on résume pas un livre foisonnant comme celui-ci.

L'écriture est fascinante car elle prend la "respiration aborigène", avec la magie des images, des rêves qui sont parfois des  "hallucinations". On ne lit jamais de tels livres dans nos proses "occidentales". C'est aussi pour cela qu'il faut absolument lire ce livre, qui n'aura peut-être, hélas, pas le même succès qu'en Australie.

Marc de Gouvenain qui dirige la collection "Antipodes" chez Actes Sud ne peut qu'être salué pour le travail qu'il fait pour nous faire découvrir cette littérature du bout du monde.

                                                    

Ce livre ne se lit pas en un jour, car il mérite d'être "dégusté". L'intrigue n'est pas compliquée mais la langue et la musique des mots demandent ce temps de lecture étalée sur quelques semaines.

J'espère vivement que cet article sur "Carpentarie" amènera quelques lecteurs pour ce livre merveilleux et envoûtant.

Bonne lecture

Denis

 P.S. : J'avais publié cet article lors de la rentrée littéraire 2009 et je le remets en ligne aujourd'hui dans le cadre  d'un challenge, qui est plutôt une "bibliothèque" de la littérature féminine des 5 continents initiée par Anis du blog "littérature au féminin" (ce sera une source inépuisable d'auteurs du monde entier à découvrir, d'où notre intention à Fabienne et à moi d'y participer régulièrement, au fur et à mesure de nos coups de coeur) :                                                            


Femmes du mondel ogo                                                                       

Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 08:00

 

Après l’immense succès du Mec de la tombe d’à côté,

nous sommes des centaines de milliers à nous demander

ce qu'il advient de Désirée, la bibliothécaire, et de Benny, le paysan.

Et bien, voici la suite…

 

 

 

Editions Gaïa - mars 2011 - 237 pages

 


Désirée dévore avec autant d’ardeur les livres et les produits bio,

 Benny lui, élève des vaches et n’imagine pas

 qu’on puisse lire « de son plein gré ».
Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble.

 Si cela ne donne rien, c’est terminé pour toujours.

Et si ça marche…

Comme le disait un critique littéraire suédois :

 « Le quotidien tue l’amour, la vie de famille l’enterre. »

 C’est gai. Bienvenue dans le caveau de famille ! Pétillant et jubilatoire.


Bingo ! Après trois essais manqués et trois prolongations

qu’ils s’accordent en bons tricheurs amoureux,

Désirée tombe enceinte.

Non sans quelques appréhensions, elle s’installe dans la ferme de Rönngarden, obligeant Benny à jeter comme une vieille chaussette sa cousine Anita

 avec qui il vivait depuis un an.

Désirée apprend à traire les vaches à son retour de la bibliothèque

 où elle travaille tandis que Benny, qui a la jambe dans le plâtre,

 apprend à changer les couches du bébé.

 Débordés par la ferme, les vaches, le petit Arvid

et bientôt un deuxième bébé, les tensions montent

rapidement dans le couple.

 Et leur intimité fond comme neige au soleil.

Dans un sursaut d’amour, ils décident de se donner

 une nouvelle chance et partent en vacances quatre petits jours

avant les labours d’automne.

 

 

 

 

 

 

 

 Née en 1944 en Suède, Katarina Mazetti

est journaliste de formation.
Aujourd'hui auteur de livres pour la jeunesse

 et de romans pour adultes, elle rencontre un succès phénoménal

 avec Le mec de la tombe d'à côté traduit en de nombreuses langues.

 Le caveau de famille en est la suite.

Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 08:00

 

Coup de coeur pour ce nouveau livre de Tatiana de Rosnay

" Rose "

 

 

Rose Bazelet, paisible habitante de la rue Childebert à Paris,

 voit un jour sa vie basculer lorsqu'elle reçoit

 un ordre d'expropriation :

le tracé du boulevard Saint-Germain tel que prévu

 par le baron Haussmann passe par chez elle.

La lutte commence pour Rose, déterminée à garder

sa maison en raison d'une promesse faite à son défunt mari

 auquel elle confie son combat sous forme de lettres.

 

 

 

 

 

 

 

Ed. Héloïse d'Ormesson - 2011 - 247 pages

 

 

 

Quatrième de couverture

 

 

 

Paris, sous le Second Empire.

 Les ambitieux travaux d'Haussmann réduisent des quartiers

 entiers en poussière et génèrent des milliers d'expropriations douloureuses.

Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible,

au rythme de sa lecture du Petit Journal et

 de ses promenades au Luxembourg.

Jusqu'au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet :

 sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain,

 doit être démolie.

 Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut

se résoudre à partir.

Contre le baron, contre l'empereur, Rose va se battre

pour sauver la demeure familiale qui renferme

un secret jalousement gardé.

 

 

 

Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 09:00

 

 

 

 

Editions Grasset - 2011 - 272 pages

 

 

4ème de couverture

 

 

 

" Ce soir-là, alors qu'elle devait rejoindre Klara au Blue Bird,

 Mouna avait enfoui tout cela, la plaque commémorative,

l'inscription rose dans le marbre blanc,

 les souvenirs de la rue Custine, son secret,

et elle était allée écouter chanter sa petite fille. "

Un lieu : Massada, rocher surplombant la Mer Morte,

où en 73 après JC, un millier de Juifs préfèrent

le suicide à la reddition.
Deux femmes : Klara, une jeune chanteuse de cabaret,

et sa grand-mère, Mouna.
Deux destins marqués par le secret d'un amour perdu.

Un second roman puissant et émouvant qui dressse

 le portrait de deux femmes passionnées,

et entraîne le lecteur du Paris des années Trente

 aux rives de la Mer Morte.

 

****

 

Klara , jeune chanteuse , est abandonnée aux mariages

 et au bar mitzvah.

Jusqu'à sa rencontre avec Ron, un producteur israélien

qui la fait chavirer.

Il lui promet le succès en lui offrant le premier rôle

d'une comédie musicale.

Elle le suit à Tel - Aviv où éclate la guerre de Gaza

et l'histoire se complique.

La voilà qui perd sa voix et sa foi en l'amour.

Sa grand-mère Mouna, qui l'a élevée , va alors la rejoindre

et lever le voile sur un passé qui pesait sur la famille.

Elles se rendent en pélérinage à Massada, le rocher

où un millier de juifs se suicidèrent en 73

avant J-C. pour fuir l'invasion romaine.

 

 

 

Un roman poignant et rythmé , à la langue musicale,

signé Olivia Elkaim , déjà remarquée en 2008

avec " Les graffitis de Chambord ".

 

 

Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 09:17

 

 

 

 

 

Folio biographies GALLIMARD - 2010 - 323 pages

 

 

 

Enfant terrible du romantisme,
Alfred de Musset (1810-1857)  
 fut considéré de son vivant comme un météore
qui n'avait jamais donné la pleine mesure de son talent.
On ne voulait voir en lui qu'un auteur
de comédies charmantes,
 de contes légers et de poèmes lyriques.
 La Confession d'un enfant du siècle fut publié
dans une sorte d'indifférence : il ne chercha jamais
 à dissiper ces malentendus.
 Observateur désabusé d'une époque qui l'ennuie,
 il est pourtant celui qui dit le mieux
le désenchantement  de sa génération.
Trop souvent réduit à sa réputation d'écrivain sentimental
 et à sa liaison avec George Sand,
Musset est notre contemporain :
parce qu'il place sa vie et son oeuvre sous le signe
de la modernité et de la liberté individuelle.

 

 

   

 

 
 
 Ariane Charton s'est spécialisée dans l'étude
 de la littérature romantique.
Elle a publié Le Roman d'Hortense (Albin Michel),
consacré à Hortense Allart,
 la dernière maîtresse de Chateaubriand,
 et a établi l'édition des Lettres pour lire au lit,
correspondance amoureuse entre Marie Dorval
et Vigny (Mercure de France).
Elle est aussi l'auteur de pièces radiophoniques
et d'une anthologie,
Cher papa, les écrivains parlent du père (J. C. Lattés).
 

 

Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:00

 

 

 

 

Editions Le Rouergue - janvier 2011 - 304 pages

 

 

Défense de déposer des ordures.
Il a suffi de cette mention, en apparence anodine,
 sur la palissade d'un chantier, pour qu'Antoine jette ses clefs
dans une décharge et quitte femme et enfant.
 Cet homme en décalage, au chômage volontaire
 depuis quelque temps, se met en marche
pour un long périple à travers la France,
 de Saint-Malo aux Saintes-Maries-de-la-Mer.
 Mais est-ce vraiment pour " aller voir la mer ",
qu'il prétend n'avoir jamais vue ?
 De quoi a-t-il été témoin, dans son enfance,
 qui l'amène à devoir purger sa mémoire,
 lui, l'enfant d'origine indienne,
qui fut élevé par un couple étrange,
rescapé des camps de la mort.
Durant ce voyage à pied et dans le temps,
Antoine va faire des rencontres déterminantes,
qui le réconcilient peu à peu avec son passé et lui-même.
 
Il est rare qu'une femme parle aussi bien
de la détresse masculine.
Il est encore plus rare qu'une femme sache faire preuve
d'empathie face à un déserteur familial ,
en évitant soigneusement de porter un jugement.
 
Fabienne Juhel y parvient avec beaucoup
de justesse et sans complaisance.
Un équilibre instable dont elle se sort avec les honneurs.
Antoine quitte le domicile conjugual, mais on sent bien
qu'il le fait non pas comme un lâche, mais comme un naufragé
qui évite la noyade, lui l'enfant élevé
par un couple à l'histoire lourde et tragique.
Contrairement aux apparences, ce livre est porteur d'espoir,
le parcours d'Antoine est initiatique et le conduira
vers la lumière.
 
 
 
 C'est un roman de libération auquel nous convie Fabienne Juhel.
Elle déploie, dans son quatrième roman,
 toute la palette de ses talents : la noirceur, l'humour,
 la sensualité, et une réflexion singulière
sur la condition de l'homme, sa part de lumière et de barbarie.
Son précédent roman, À l'angle du renard, a reçu
le prix Ouest-France/Etonnants voyageurs en 2009.
Elle vit en Bretagne.
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 09:23

 

 

Des textes intimes qui relatent de simples ou

de plus incroyables moments de rencontre

qui ont inévitablement changé

 le destin de ceux qui nous les racontent aujourd’hui.

6 auteurs de renommée nationale ou internationale

(Marek Halter, Camilla Lackberg, Didier Van Cauwelaert ,

 Claudie Gallay, Eliette Abecassis et Agnès Desarthe)

 ont écrit les nouvelles

 qui composent ce recueil,

des nouvelles parues dans Femme Actuelle ou VSD.

  

A découvrir !

  

 

 

 

 

 

 

 PRISMA PRESSE EDITIONS - décembre 2010

 

 

 

4ème de couverture

 

Quoi de commun entre les rayons d'un supermarché,

 une plage de nudistes à Oslo

ou le banc d'un square vide le 15 août à Paris ?

 Réponse donnée par Camilla Läckberg, Marek Halter,

Didier van Cauwelaert, Claudie Gallay, Agnès Desarthe

et Eliette Abécassis au travers de ce recueil de nouvelles :

offrir un cadre inattendu où tout devient possible

 avec une rencontre qui vient bouleverser le cours du destin...

 pour quelques minutes ou le restant de la vie.
Thème fascinant et universel que celui de la rencontre

 brillamment traité ici par six écrivains de grand talent.
De l'épouse infidèle à la contribuable vengeresse,

du poilu de 14 à la femme commissaire assassin,

 la rencontre prend tous les visages fantasmes et devient

 porteuse de changements heureux ou terrifiants.

- Marek Halter nous plonge dans sa vision poétique

de rencontres amoureuses extraordinaires dans des lieux

 pourtant très communs (supermarché, aéroport).
- Camilla Läckberg narre avec brio une rencontre autour

 de la souffrance amoureuse et de la vengeance.
- Didier van Cauwelaert présente avec humour

deux rencontres pittoresques :

 l'une mettant en scène un inspecteur des impôts trompé

 sur la marchandise et l'autre un futur marié,

 meurtrier malgré lui, d'un flirt à Oslo.
- Claudie Gallay utilise le mode épistolaire pour présenter

 une rencontre provinciale franche et simple mais sincère.
- Eliette Abécassis et Agnès Desarthe nous parlent

de la famille,

de ses interrogations et de ses désillusions

à travers une rencontre inattendue ou fantastique.
Ces textes d'une grande diversité et originalité sont présentés

 en un livre cadeau dans un écrin doré.

   

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***