Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 11:10
Rencontre au Havre avec Ellen Urbani à la librairie La Galerne
Rencontre au Havre avec Ellen Urbani à la librairie La Galerne

Ellen Urbani est venue en France pour présenter son livre "Landfall​" que j'ai lu en avant-première grâce aux éditions Gallmeister et au "challenge Gallmeister" organisé par Léa pour les 10 ans de l'éditeur,

Sa "tournée" de trois semaines commencée à Rouen, s'est poursuivie hier mercredi 11 mai 2016 au Havre à la Librairie La Galerne. Elle va aller ensuite à Laval, à Caen sans oublier Saint-Malo pour le festival littéraire "Etonnants voyageurs"... Toutes les dates sont sur le site Gallmeister. Ellen nous a avoué que c'est la première fois qu'elle vient en France.

 

C'était pour moi et Fabienne un grand bonheur de pouvoir rencontrer Ellen Urbani dans le contexte fort agréable d'une librairie. Et nous étions environ 25 personnes à partager ce plaisir, sans compter les organisateurs havrais.

 

Avant de débuter la rencontre, Ellen Urbani est allée saluer chaque "auditeur" individuellement en lui serrant la main et en lui montrant combien elle était heureuse de cette rencontre.

Les organisateurs de la librairie, qui en sont à je ne sais combien d'auteurs invités à ce jour, n'avaient jamais vu un auteur débuter ainsi une rencontre.

Après avoir ainsi salué chacun, elle est venue s'installer à la table où l'attendait Marie Mascoso, des éditions Gallmeister et pour l'occasion traductrice. Tout en admettant que ce n'était pas son métier, elle a très bien assuré ce rôle. Un anglophile a dit en aparté à la fin de la conférence qu'elle avait fait un excellent travail. A mon tour d'être le plus fidèle possible à ses propos dans ce compte-rendu que je vais faire à présent, au fil des notes prises sur un carnet.

Ellen Urbani était "interviewé" par Elvire Duchemin qui est souvent invitée par La Galerne pour animer des débats littéraires et qui, elle aussi, a très bien assumé son rôle.

 

Expliquez-nous le début du roman et pourquoi avoir choisi une fiction?

 

Ellen Urbani explique le début du roman (que je ne reprendrai pas ici et qui est ainsi résumé sur la 4e de couverture " Un matin de septembre 2005, Rose, à peine âgée de dix-huit ans, s’apprête à rejoindre La Nouvelle-Orléans avec sa mère. Les deux femmes vont porter secours aux sinistrés de l’ouragan Katrina. Mais sur la route, leur voiture quitte la chaussée et percute une jeune fille. Cette inconnue, morte dans l’accident, seule et sans le moindre papier d’identité, ne tarde pas à obséder la rescapée).

 

Ensuite, elle nous dit qu'elle a travaillé en tant qu'aide et soutien psychologique aux malades atteints du cancer (donc en service d'oncologie) et également en soutien aux victimes de catastrophes en tout genre.

Ce travail en profondeur avec des êtres en souffrance lui a permis d'avoir une compréhension immédiate de celle des victimes de Katrina en août 2005.

C'est cet aspect humain, qui n'a pas été suffisamment mis en avant dans les livres qui ont été écrit avec le passage de l'ouragan, qu'Ellen Urbani a voulu faire ressortir dans ce livre, qui ne pouvait être qu'un roman pour elle et non un reportage de non-fiction.

 

 

 

Comment avez-vous composé ce roman?

 

J'avais besoin de comprendre ce qui s'était passé et j'y ai consacré beaucoup de temps pour reconstituer les faits. Etant à l'époque mère célibataire avec deux très jeunes enfants, j'effectuais mes recherches la nuit et je peux dire que je suis devenue "experte". Il me fallait alors mixer fiction et réalité des faits, en insérant de façon équilibrée la fiction.

 

 

 

 

Peut-on dire que Katrina est un "révélateur" du comportement humain?

J'ai grandi dans le sud des USA, en Virginie et en Alabama.

Je me sens aujourd'hui "expatriée" en vivant dans l'Orégon mais le racisme qui sévit dans le "sud" de manière très forte ne m'autorisait pas à laisser vivre mes enfants dans ce contexte. Je veux leur donner des valeurs qui ne sont pas celles-là.

Et le racisme est revenu au devant de la scène en Alabama, au moment de Katrina. Il fallait déjà cette "vérité" pour construire aussi le livre.

 

 

Qui sont Rose et Rosy? Comment les avez-vous créées?

 

Au départ, je ne voulais pas écrire de la fiction pour mon deuxième livre (Ellen Urbani a écrit un premier livre non traduit sur son expérience au Guatémala). Je voulais faire une autobiographie familiale. Ma mère et ma soeur ont pleuré quand je leur ai dit cela ne souhaitant pas que leurs problèmes familiaux soient exprimés au regard des autres. Peut-être que plus tard ce livre pourra être écrit.

 

Dans "Landfall", il y a tout de même beaucoup de ma famille mais ma mère et ma soeur ne l'ont pas lu ainsi, n'y voyant pas de liens directs avec leur propre histoire.

 

 

Qu'est-ce qu'on fait avec le secret?

 

Je ne suis pas quelqu'un de secret mais il y a contradiction entre protéger les nôtres et leur dire la vérité. J'avais la même problématique au Guatémala.

 

Les deux mères représentent ces contradictions. Gertrude ne dit rien à Rose alors que Cilla dit tout à sa fille Rosy.

Il y a aussi une histoire de chaussure !

 

Au début du roman l'accident de voiture est causé à cause d'une dispute entre Gertrude et Rose car Rose a mis ses chaussures sur le tableau de bord. Pieds nus, elle va trouver sur les lieux de l'accident mettre les chaussures de Rosy qu'elle a trouvées au sol. Elles vont l'accompagner tout au long du roman.

 

Aux USA, on dit que si on marche avec les chaussures d'un autre, on finit par le connaître. Ces chaussures sont le lien entre les deux jeunes filles.

 

Peur, violence, corps en lutte pour la survie. Comment avez-vous écrit ces moments de violence ?

 

J'ai vu beaucoup de "beauté" en vivant auprès de mourants et c'était un moyen ici de leur rendre hommage. J'ai aussi vécu des moments de violence dans ma vie. Et quand on survit à ces violences, il faut savoir mesurer la chance que l'on a eu de survivre.

 

Dans ce cataclysme, il y a un joli personnage, Jennifer 

 

Souvent les auteurs n'aiment pas qu'on leur demande si les personnages sont issus de leur vécu. Pour ma part, cette question ne me gène pas. Et dans mes récits j'aime y mettre des personnages que je connais, comme ma mère.

Jennifer, c'est le modèle de ma meilleure amie, et c'est la plus incarnée.

 

 

Après ce débat, il y a eu les questions du public, notamment une sur le premier roman de Harper Lee paru l'an dernier, et qui se passe également en Alabama et concerne le racisme mais Ellen Urbani n'ayant pas lu le livre, elle n'a pu répondre à la question.

 

Et le policier ?

 

Et pour ma part, comme ce roman est avant une affaire de femmes, j'avais attiré l'attention dans mon article sur le policier. J'ai donc demandé à Ellen comment elle voyait ce personnage dans son roman et voici sa réponse :

 

Je parle de femmes fortes et féministes assurément. Mais j'ai réalisé qu'il y avait aussi des hommes "biens".

Mais il fallait, pour moi, que cet homme soit derrière elles, comme un guide.C'est ce que fait le policier. Il a été le personnage le plus difficile à écrire.

 

Et une dernière question du public :

 

Comment va la Nouvelle-Orléans aujourd'hui ?

 

J'y suis retournée en 2015 pour le 10e anniversaire de Katrina et pour le lancement de "Landfall".

La partie la plus touchée était celle des quartiers pauvres, essentiellement de population noire.

Beaucoup d'argent a été engagé pour la reconstruction. Brad Pitt y a sa rue car il a fait un don qui a permis de reconstruire intégralement cette rue.

Reste un paysage d'abandon. Tous les noirs ont été déplacés, c'est ainsi la plus grande migration depuis l'esclavage aux USA.

L'identité de la Nouvelle-Orléans a changé et ne sera plus celle qui en a fait sa renommée, berceau du jazz.

 

---------------------------------------------------

 

Il n'y avait plus qu'à applaudir ce beau moment de littérature et pour Ellen passer à la séance de dédicace, avant de se dire au revoir, jusqu'au prochain roman... La question n'a pas été posée, si bien que le mystère reste entier.

 

N'hésitez pas à suivre son actualité sur son site Internet

 

http://www.ellenurbani.com/

 

 

Denis

(Excusez la mise en page overblog dont le visuel n'est pas identique au "brouillon")

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

A l'occasion de la venue en France d'Ellen Urbani pour présenter son livre "Landfall

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Ankya 14/05/2016 17:50

Je ne connaissais pas du tout mais maintenant j'ai très envie de découvrir.
Et bravo pour ce travail de reporter ;)

Denis 14/05/2016 18:57

Merci ankya pour le compliment. Un livre très intéressant et très précis sur Katrina. A conseiller +++

Léa Touch Book 12/05/2016 18:47

Super compte-rendu ! :)

Denis 12/05/2016 22:39

Ce n'est pas un exercice facile car il faut bien relire ses notes et s'assurer que l'on ne fait pas d'erreur de transcription par rapport à ce qu'a dit l'auteure. J'espère avoir été le plus exact possible.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré