Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 11:55
Le camp des morts de Craig Johnson (Gallmeister)

Le camp des morts de Craig Johnson

(Gallmeister - collection Totem - 377 pages)

Traduit de l'anglais (USA) par Sophie Aslanides

(Première édition France 2010 et 2012 pour la collection poche Totem)

Titre original :Death Without Company - 2006

-------------------------------------------

Une nouvelle fois, je vais faire le "grincheux" mais pourquoi traduire le titre d'une manière fantaisiste. Dommage. Autant laisser le titre original dans ce cas. Je l'avais déjà noté pour le premier roman de la série Longmire, The Cold Dish, traduit en Little Bird.

 

Autre dissonance par rapport aux amateurs de l'auteur, sans dire que je n'ai pas aimé, je n'ai pas été emballé par ce deuxième opus des aventures de Walter Longmire, le sherif du Wyoming.

 

Pourquoi? Autant la première fois, on découvre un univers, des personnages, autant la deuxième fois, on est déjà familier de ces personnages récurrents, et on sait comment ils vont réagir, quelles seront leurs blagues, leurs défauts. Et puis, franchement, un type qui fait venir sa fille presque au péril de sa vie tellement le temps est exécrable pour les fêtes de Noël, et qui prend à peine de temps de lui parler sauf à l'intégrer dans son enquête, cela m'a sérieusement agacé. Enfin, j'ai trouvé la fin confuse et un dénouement sans grand "panache".

 

 

Comme toujours en cette saison il neige dans le Wyoming et Longmire serait étonné que Santiago, mexicain, potentiellement nouvelle recrue, puisse traverser la montagne pour venir à son bureau se présenter le lendemain matin.

En attendant, ce soir de tempête de neige, il dépanne une femme, Maggie Watson, fonctionnaire de l'état, surprise par ce temps et qu'il réussit à loger dans un motel.

Walter se rend ensuite à la maison de retraite pour jouer sa partie d'échecs hebdomadaire avec Lucian Connally. Il apprend qu'une femme est morte. Lucian dit à Longmire qu'il est certain qu'elle a été assassinée et qu'il convient de faire une autopsie. Elle a été sa femme quelques heures il y a cinquante ans et elle lui a été retirée par sa famille et ils se sont revus ici, il y a un an. Elle était d'origine basque et s'appelait Mari Bajora.

Walt voit la fille de Mari pas très aimable et sa petite-fille Lana boulangère, plus conciliante et qui lui révèle que son grand-père a été tué par Lucian.

Or il s'avère que Charles Nurburn est toujours vivant ce qui soulage Walt, ce qui fait qu'il pourrait n'y avoir aucune affaire autour de la mort de Mari Baroja.

 

 

 

Il passe la soirée chez ses amis indiens avec Maggie et sent qu'il y a un peu plus que de l'amitié entre eux mais en route ils voient la Mercedes du docteur Isaac accidentée. Le docteur a de légères blessures et il dit que ses freins ont lâché. Bizarre pour un véhicule si bien entretenu. De retour à son bureau Walt se rend compte que le jeune Santiago travaille bien et consciencieusement, ce qui le rassure sur son avenir ici.

Après avoir fait le numéro de téléphone de Charlie, Walt entend le répondeur mais la voix est celle de son ami Lucian.

Au matin Lucian explique à son ami comment est mort Charlie après avoir voulu violer sa femme? Elle s'est défendue et c'est ainsi qu'il est mort. Ainsi, l'affaire est relancée.

Le verdict tombe : Mari est morte empoisonnée au naphtalène.

Isaac a été victime d'un attentat car ses freins ont été trafiqués et Lana a été agressée dans sa boulangerie. Les choses se compliquent inéluctablement et Walter réussit à obtenir un double du testament qui aidera sans doute à éclaircir la situation. Et, surprise! Cady a pu venir de Denver rejoindre son père. Elle lit avec lui le testament et annonce que Lana est la principale héritière.

Lucian est à son tour agressé dans sa chambre par un homme grand et conducteur d'un Datsun et qui plus est Lucian a pu lui arracher quelques cheveux.

Nouvel indice: Charles aurait eu un enfant illégitime avec une indienne et ce serait Anna qui travaille à la maison de retraite.

 

Et l'on continue de rebondissements en rebondissements ou de vieilles affaires familiales viennent dire que le noeud de cette affaire est à chercher par là.

 

Et puis voilà. Je suis resté sur ma fin et les cent dernières pages m'ont ennuyé. Alors, avant de replonger dans les aventures de Longmire, je vais laisser passer quelques mois ou années.

 

Et cette "année polar" me montre aussi que je ne suis pas très habitué au genre et que j'arrive à m'en lasser plus facilement que de la littérature dite plus "générale" où il peut y avoir plus de surprises narratives notamment.

 

Je vous conseille quand même de lire Craig Johnson car il reste un excellent auteur, pour les "amateurs" du genre.

 

Denis

 

 

 

 

 

 

 

 

Le camp des morts de Craig Johnson (Gallmeister)

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Léa Touch Book 08/05/2016 12:40

Dommage, j'espère que la suite te plaira plus ^^
Moi je suis et reste fan :D

Denis 08/05/2016 20:36

Oui et peut-être aussi une "overdose" de polar en ce moment. Je continuerai par la suite la série.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré