Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 20:40
Shoot : 1 - L'autre d'Iza de Gisse (La Bourdonnaye)

Shoot : 1 - L'autre d'Iza de Gisse

(La Bourdonnaye - Août 2015 - 333 pages)

---------------------------------

 

Lire un livre reçu en S.P. est souvent synonyme de piège : avons-nous le droit de dire la vérité, toute la vérité ?  Oui, oui et oui.

Et j'ai osé prévenir l'auteure : j'ai vraiment aimé son roman et son style.

Merci à Loley de m'avoir mis en contact avec Iza de Gisse pour découvrir son livre.

D'entrée, je peux dire que je n'ai jamais touché à la drogue d'une manière ou d'une autre. Je suis un "sage homme" ! Alors, plonger dans l'univers de Benjamin dit "papi", jeune homme toxicomane et vendeur de drogue était une aventure originale pour moi.

 

 

Nous sommes en 1994.

Benjamin dit papi vient de voler de l'alcool dans un supermarché et s'enfuit en voiture avec son complice Kevin. Depuis cinq ans il n'avait plus rien fait avec ce "fou" mais comme il doit de l'argent à. Bruno il n'avait pas le choix. Ils se sont bien shootés avant le vol pour se sentir plus à l'aise et moins conscients des risques.

Bruno est photoreporter mais aussi dealer. Papi va chercher la drogue à Rotterdam et la vend à ses amis. Papi se rend compte qu'il se tue à consommer toute cette drogue et il pense aussi à sa mère chez qui il vit et à qui il fait endurer ses comportements de camé.

Papi est allé en prison à cause de Kevin mais il ne lui en veut plus. Et là dans la voiture de la fuite il ne sait plus où il est entre rêve et réalité. La cavale continue à pied car il n'y a plus d'essence dans la voiture. Kevin a braqué un barman entretemps et papi ne comprend rien à tout cela. Il n'est pas lucide et poursuivi ll se cache dans un trou plein d'immondices.

Il ressort du chantier et marche dignement dans Paname. Il a trouvé une bouteille de vin et en boit quelques gorgées quand il tombe sur une patrouille de flics. Il ne dit rien mais se retrouve au"36" où là on trouve de la came sur lui. C'en est fini de ses rêves!

C'est Pujol qui l'interroge, un flic qui se veut compréhensif d'autant qu'un de ses flics s' est suicidé la semaine dernière et il lui disait qu'il fallait aider les toxicomanes.

Le soir il est conduit en prison en attendant sa comparution devant le juge. L'endroit est insalubre et surchargé en détenus. Là aussi on vit l'humiliation de la promiscuité et de l'absence de toute hygiène sans oublier qu'il a fallu passer par la fouille humiliante.

Il passe devant le tribunal et écope de trois mois de prison avec sursis.

Il deale à nouveau près du centre commercial. Mais sa mère lui a dit qu'elle venait de prendre sa retraite par anticipation et cela change tout pour lui. Finie sa liberté de faire venir qui il veut dans la journée et de recevoir des appels téléphoniques. Il va devoir réorganiser sa vie.

 

Une vie déjà tellement gâchée par son addiction à la drogue. Mais en sortir est tellement difficile. Bruno est son gourou et Benjamin a une rénération pour lui. Kevin est un ami qu'il a envie de fuir régulièrement. Quant à sa mère, elle a sans doute tout compris de sa vie mais elle reste passive devant la vie de son fils.

 

Shoot est cette vision intérieure de l'esprit d'un drogué. Il écrit avec lucidité cet état de fait. On se laisse entraîné avec lui, dans ses confusions de temps et de lieux. On croit à son histoire et on oublie que la fiction de ses hallucinations vient perturber le récit. Mais justement la force du roman est là, de nous "hypnotiser" en tant que lecteur. On court à ses côtés et bien sûr on voudrait l'aider à sortir de tout cela.

L'autre, c'est la voix qui est en lui et qui lui dit ce qu'il devrait faire, sentir. Ses propos sont en italique tout au long du livre. Car il y a une voix intérieure très puissante qui contrebalance les instincts du moment de Benjamin. Un voix de la conscience pour cet être toujours entre deux "eaux".

 

Benjamin est lui-même le narrateur de son roman. Il a pris la distance du temps car il écrit son histoire dans les temps du passé.

 

Extrait page 60 : "Je progressais dans une espèce de transe de peur et de dégoût. Mes pieds tâtonnaient le sol à chaque pas, mes mains raclaient une paroi hasardeuse. Toute la came que je m'étais collée dans la soirée bouillait dans mes veines. L'odeur de charogne me donnait des haut-le-coeur. Je vomissais de la bile toutes les trois secondes... Je me sentais à la fois mou et survolté... J'étais en nage".

 

Comme il s'agit d'un titre 1 - L'autre, on attend avec impatience la suite car la fin du livre nous laisse augurer qu'il va se passer quelque chose d'inattendu au bout du voyage...

 

Un livre que je recommande très sincèrement car il a du corps et du caractère.

 

Encore merci à l'auteure, à l'éditeur et à Loley.

 

Denis

 

Partager cet article

commentaires

Denis 04/01/2016 20:36

Oui Loley, un vrai plaisir de lecture.

Loley 03/01/2016 20:54

Ravie qu'il t'ait plu

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré