Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 18:33
Lire la poésie : de A à Z... (49/50) - Z comme Zanzotto

Un poète : Andrea Zanzotto (1921-2011 - Italie)

Un poème :

 

                  Nel mio paese

          da "Dietro il paesaggio"

 

 

Leggeri ormai sono i sogni,
da tutti amato
con essi io sto nel mio paese,
mi sento goloso di zucchero;
al di là della piazza e della salvia rossa
si ripara la pioggia
si sciolgono i rumori
ed il ridevole cordoglio
per cui temesti con tanta fantasia
questo errore del giorno
e il suo nero d'innocuo serpente

Del mio ritorno scintillano i vetri
ed i pomi di casa mia,
le colline sono per prime
al traguardo madido dei cieli,
tutta l'acqua d'oro è nel secchio
tutta la sabbia nel cortile
e fanno rime con le colline

Di porta in porta si grida all'amore
nella dolce devastazione
e il sole limpido sta chino
su un'altra pagina del vento.

 

----------------------------------

 

Exceptionnellement, je n'ai pas trouvé de recueil et de poèmes traduits en français d'Andrea Zanzotto.

 

Pour présenter l'oeuvre du poète italien, je vous propose cet article publié sur le site de Jean-Michel Maulpoix :

 

Dans l'œuvre du grand poète Andrea Zanzotto, né en 1921 à Pieve di Soligo, en Vénétie, on peut - et l'on doit sans doute - présenter La Beauté (La Beltà) comme un recueil central, mais encore convient-il de définir le mot "centre " dans l'univers d'un auteur qui apparaît désormais comme à la fois le plus séduisant et le plus difficile de ceux qui vinrent après Ungaretti et Montale dans la très riche Italie poétique du XXe siècle : au moment où la totalité de ses poèmes et un large choix de ses proses connaissent en langue originale, dans la prestigieuse collection "I Meridiani"1 - équivalent de la Pléiade -, leur troisième réédition en un an, il faut insister sur cette notion de " centre " pour relativiser l'image, plutôt convenue, d'un Zanzotto poète de la déconstruction et de l'expérimentation linguistique tous azimuts, ayant lu Lacan autant que Pétrarque et surtout Hölderlin. En réalité, depuis son premier recueil Derrière le paysage, paru en 1951 et qui dialoguait avec le courant hermétique (Luzi, Bigongiari, les poèmes de jeunesse de Sereni), Zanzotto est en quête d'un ancrage crédible pour la langue, d'un pacte nouveau entre la poésie et le monde, après le deuil de l'orphisme et le vertige des signifiants. Il n'est pas un expérimentateur impénitent, mais un poète profond dont la douceur subvertit le langage de façon bien plus radicale que les mots d'ordre avant-gardistes.

La Beltà, qui date de 1968 - et que Philippe Di Meo nous propose dans une traduction remarquable par le naturel auquel son raffinement et sa rigueur linguistique aboutissent - correspond à une crise majeure dans le rapport du poète au paysage, au monde visible, à la tradition poétique et philosophique européenne et, antérieurement à tout cela, au langage lui-même, dans son existence voire sa simple possibilité.

Pour utiliser des termes fort prisés dans les années 70, on pourrait dire, bien sûr, que La Beauté est un des livres essentiels où s'est produite la rupture du lien entre signifiant et signifié, mais il est plus important de souligner que ce recueil complexe, et pourtant si simple en même temps, est d'abord un voyage à rebours : du désastre moderne d'un monde qui exclut la poésie, Zanzotto remonte vers le langage antérieur au concept, vers le babil enfantin que le dialecte de Vénétie nomme petèl, vers tout ce qui, dans la culture occidentale, pourrait avoir survécu à la mort de la sublime Beauté. Il existe en italien deux mots pour désigner celle-ci : bellezza, qui est un terme courant, et beltà, inscrit dans une tradition littéraire qui va de Pétrarque à Leopardi. Philippe Di Meo a choisi, judicieusement, de traduire avec une majuscule le second terme, avec une minuscule le premier. Dans la tension entre cette Beauté désormais interdite, vidée de son sens par les convulsions de l'histoire et de la pensée modernes, et les fragiles promesses de plus humble beauté que recèle un autre usage de la langue, Zanzotto a écrit un livre qui, au moment même où il semble déserté par le sens, dit encore la vocation d'habiter humainement la terre.

Les répétitions, les nombreux néologismes, les emprunts au dialecte, les balbutiements et mutismes soudains, ne sont pas, ici, de simples instruments, mais les formes d'une errance angoissée, rêveuse, vécue avec une constante sincérité.

Le pari de Maurice Nadeau, à qui l'on doit la courageuse entreprise d'éditer pour la troisième fois, en langue française, un livre de Zanzotto, est que cette sincérité, cette candeur préservée jusque dans la quête la plus aride, sauront toucher un public suffisamment sensible pour dépasser les difficultés d'une poésie en réalité tout autre qu'intellectuelle. Un pari qui vaut la peine en ces temps d'appauvrissement de la langue chez tant d'écrivains prétendus.

 

© Bernard Simeone

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article

commentaires

eimelle 17/12/2015 20:25

je connais mal la poésie, merci pour la découverte!

Denis 17/12/2015 20:27

Il ne faut pas oublier la poésie assurément.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré