Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 17:19
Lire la poésie : de A à Z... (44/50) - V comme Verlaine

Un poète : Paul Verlaine (1844-1896)

Un recueil : Fêtes galantes

Un poème :

 

                         Clair de lune

 

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques,
Jouant du luth, et dansant, et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

 

Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

 

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

 

                                                ---------------------------------------

 

Ce recueil de Paul Verlaine a paru en 1869. il est le troisième publié après "Poèmes saturniens" et "Les amies". On peut en faire remonter la conception aux fréquentes visites du poète à la salle Lacaze, qu'on avait ouerte au Louvre deux ans auparavant; il est vraisemblable, d'autre part, que l'idée de consacrer cette "suite pour clavecin" aux personnages de la comédie italienne, déjà célébrée par Watteau, Fragonard, Boucher, Lancret, lui vint à la suite d'une lecture de "L'art du XVIIIe siècle, que les Goncourt avaient commencé de publier à partir de 1859; enfin, la genèse du sujet remonte sans doute à "La fête chez Thérèse", élégie des Contemplations (1856), que Verlaine savait par coeur, et à certains passages des "Chansons des Rues et des Bois", que Victor Hugo avait données en 1865. (Note de Yves-Gérard Le Dantec pour les éditions de Cluny (1939).

 

22 poèmes composent ces "Fêtes galantes", débutant par "Clair de lune" et s'achevant par

 

"Colloque sentimental" :

 

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

 

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

 

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

 

- Te souvient-il de notre extase ancienne?
- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

 

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? - Non.

 

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C'est possible.

 

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

 

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.

 

 

Immortel Paul Verlaine à lire et relire au regard également de son "mentor" Arthur Rimbaud.

Lire la poésie : de A à Z... (44/50) - V comme Verlaine

Partager cet article

Published by DENIS - dans POEMES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré