Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 21:47
Sept femmes de Lydia Salvayre (Points-Seuil)

Sept femmes de Lydia Salvayre (Points-Seuil - 226 pages - septembre 2014

Première édition - Perrin - 2013

-------------------------------------------------

 

"Sept folles.

Pour qui vivre ne suffit pas. Manger, dormir et coudre des boutons, serait-ce là toute la vie ? se demandent-elles?

Qui suivent aveuglément un appel. Mais de qui, mais de quoi ? s'interroge Woolf.

sept allumées pour qui écrire est toute la vie." (page 7, début du livre)

 

Sept femmes que nous présente Lydia Salveyre. Sept femmes qui ont marqué sa vie de lectrice et d'écrivain.

1/ Emily Brontë

Emily a toujours aimé vivre à Haworth, là où son père officie en tant que pasteur. Elle est longtemps restée "enfant" aimant créer des fictions avec son frère et ses soeurs.

Et dans la solitude de Haworth les trois soeurs écrivent des poèmes et en obtiennent la publication  en un volume et sous pseudonyme. C'est alors qu'en 1846 Emily entreprend la terrible histoire de Heathcliff. Pour Lydie Salvayre , il incarne la révolte qu'elle a connue à 15 ans au moment où elle lisait ce livre et se sentait mal chez elle.

A sa parution le livre est conspué par la critique et il faudra attendre Swinburne, Woolf puis Bataille pour que l'éloge du livre soit enfin inscrite dans l'histoire littéraire.

2/ Djuna Barnes

Les meilleures années de la vie de Djuna Barnes ont été les années 20 passées à Paris dans l'univers des anglo-saxons qui admiraient Joyce. Lesbienne, elle eut plusieurs amies dont Thelma Wood. Bien vite la vie y fut insupportable et elle écrivit "les bois de la nuit" qui retrace ces années folles. Livre culte, il fut au début boudé par les américains. Elle revint aux États-Unis pour bientôt s'isoler complètement sans voir personne et mourir de vieillesse à 90 ans.

3/ Sylvia Plath

Elle a cru au bonheur en épousant l'écrivain Ted Hugues en 1956. Lui eut très vite la gloire littéraire tandis que ses poèmes restaient dans l'ombre. Elle a beaucoup utilisé l'ironie, elle qui avait été hantée par la mort et qui n'acceptait pas la suffisance qui fait oublier le jugement critique. Elle va avoir deux enfants de Ted puis il va en aimer une autre. Lasse de ses insuccès et de cette vie qui ne lui apporte rien, elle se suicide au gaz avec ses enfants. Sa gloire sera alors posthume.

4/ Colette

Sido a fait de sa fille une femme libre, souvent scandaleuse aux yeux des autres. "La naissance du jour" certes au style démodé aujourd'hui a enchanté l'auteure à quinze ans car elle y voyait la liberté d'être et de penser au fil des pages entrecroisées des lettres de Sido.

5/ Marina Tsvetaieva

L'oeuvre de Marina Tsvetaieva a été décriée en France et plus encore en Russie où bien qu'apolitique, elle préférait le tsar aux rouges. Elle a aimé son mari Sergueï Efron tout en lui étant infidèle toute sa vie par des coups de foudre éphémères avec des hommes et des femmes. Mais son plus bel amour fraternel aura été celui avec Boris Pasternak à travers leur poétique et belle correspondance. C'est là que les deux poètes ont pu le mieux exprimer leur poésie.

Depuis la France où personne du monde littéraire ne s'intéresse à elle, elle refuse toute compromission avec le régime stalinien tandis que Pasternak de l'intérieur en accepte au point que leur amitié s'effrite et que leur correspondance cesse. Acculée à la misère , elle rentre en URSS où sa fille et son mari sont déjà rentrés et bientôt arrêtés. Plus que jamais désœuvrée, elle préfère le suicide à une vie où sa poésie est complètement incomprise.

6/ Virginia Woolf

Sa vie a été ponctuée de deuils dont elle a cru pouvoir se détacher mais qui l'ont obsédée. Elle a connu de très bons moments avec sa soeur Vanessa, ses amis de Bloomsbury sans compter son amour pour son mari Leonard Woolf ou pour Vita Sackville-West.

A chaque fois qu'elle a achevé un livre elle a connu de longs moments de mélancolie menant à une sorte de "folie" comme elle l'a dit elle-même jusqu'à ce jour où elle s'est emplit les poches de cailloux avant de se jeter dans l'Ouse.

7/ Ingeborg Bachmann

Elle a été fille de nazi autrichien et rencontre Paul Celan en 1948 à Vienne un juif rescapé de la Shoah. Son Coeur bien sûr penche pour ceux qui ont combattu le nazisme car comme Thomas Bernhard elle a haï l'Autriche restée pro nazie.

Elle a aimé Celan l'éternel malheureux quand elle croyait que la littérature pouvait tout sauver. Elle s'est nourrie de la poésie de son ami toute sa vie et elle a écrit jusqu'à ce roman inachevé "Franza" qui décrit le meurtre psychologique de l'épouse par un homme qui pourrait s'assimiler à un bourreau nazi.

 

Un très beau livre pour retracer ces 7 trajectoires de femmes écrivains à lire, relire...

 

Bonne lecture,

 

Denis

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

argali 14/07/2015 22:43

Un ouvrage qui me plairait sûrement. Je le note. J'aime beaucoup Colette et Emily Brontë et je serais ravie de découvrir les autres.

Denis 19/07/2015 21:37

J'en ai profité pour lire 4 des 7 auteurs ; Emily Bronte, Virginia Woolf, Colette et Ingeborg Bachmann.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré