Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 22:11
Amours de Léonor de Récondo (Sabine Wespieser Editeur)

Amours de Léonor de Récondo

(Sabine Wespieser Editeur - 276 pages - janvier 2015)

-----------------------------------

Le 4e roman de Léonor de Récondo, violoniste baroque et écrivaine, "Amours", se passe sur les bords du Cher en 1908 et 1909 dans un univers bourgeois où Anselme, le maître des lieux est un notaire très occupé par son métier. Sa jeune épouse, Victoire, s'est mariée avec lui contre son gré, sa mère ayant répondu pour elle à une annonce passée dans "Le chasseur français".

Ainsi, les Champfleuri ont pu embrasser la fortune des "de Boisvaillant". Le couple a bien sûr des employés : un couple au service des Boisvaillant depuis de longues années, Huguette et Pierre. Pierre a été ami avec le père d'Anselme car ils ont combattu ensemble pendant la courte mais assassine guerre de 1870. Pierre en est revenu invalide, sourd et muet, le père d'Anselme y a laissé sa vie. Et puis il y a la jeune et belle Céleste âgée de 17 ans.

Elle fait une entrée bouleversante dans le roman "Anselme jette Céleste sur le matelas, chaque fois le même geste que la balance sur le ventre, la tête plongée dans l'oreiller, la tignasse àportée de main" .

Violée, violentée par Anselme qui satisfait alors ses instincts sexuels refoulés, Victoire le repoussant régulièrement.

Et comme dans les drames à la Maupassant, Céleste tombe enceinte du Maïtre. Elle doit cacher absolument sa grossesse d'autant qu'encore très innocente elle a mis longtemps à se rendre compte de son état.

VIctoire va la surprendre en train d'essayer un de ses corsets, nue devant elle, essayant de comprimer son ventre. La vérité est tout de suite éclatante mais Victoire est surtout troublée par ce corps de femme plus charpenté que son frêle et maigre corps. Victoire n'a jamais voulu se regarder nue devant un miroir. Et là, avec ce corps devant elle, elle comprend qu'un corps de femme peut être beau, émouvant et porteur de plaisir...

Il est difficile d'en dire plus, au risque de trop en dévoiler pour le lecteur qui veut découvrir le texte et l'histoire qui se déroule devant nous.

Léonor de Récondo est musicienne et justement la musique joue un rôle important dans ce roman. Victoire aime jouer du piano, en amateur, trop peu douée pour jouer autre chose que du Mozart. Beethoven n'est pas pour elle lui a-t-on dit, mais quand l'histoire avance avec la naissance du jeune Adrien, Victoire comprend qu'elle se doit de jouer la "sonate au clair de lune". Alors, à longueur de jour, elle "martèle" la sonate sur le clavier. Et sa rage de vie et d'amour s'exprime aussi et surtout avec cette oeuvre.

Beethoven a écrit cette sonate pour une jeune fille de 17 ans ! l'âge de Céleste ! Oserons-nous dire que Beethoven comprend que sa surdité arrive quand il compose cette oeuvre et qu'en écho Pierre est sourd ! La sonate a été considérée comme une musique funèbre, préfiguration du drame qui se précise au fil des pages, avec un "final" très fort (presto agitato).

On n'est pas dans la "petite musique de nuit" de Mozart mais dans le claquement des notes de Beethoven d'où se tisse le drame de ce roman.

Léonor de Réconda a choisi la linéarité de l'intrigue. Certes, il y a quelques retours en arrière mais de chapitre en chapitre l'intrigue progresse en pleine continuité. L'écriture est limpide, presque trop simple, sans artifices particuliers. Mais le lecteur est enveloppé dans ces mots et cette intrigue et l'esprit ne peut pas sortir de ce presque huis-clos bourgeois. Le lecteur est accroché à cette histoire et oublie le monde contemporain. Ici, on rêve d'amour loin du modernisme et pourtant les deux femmes veulent s'émanciper et elles vont tout faire pour que le corset de la vie bourgeoise éclate. Car ce livre est aussi et surtout un roman de l'émancipation, de l'audace au-delà des apparences qu'il faut toujours tenter de sauvegarder. L'évasion est dans les corps, dans l'espoir d'une vie libre...

Un magnifique roman comme on en lit trop peu souvent. Un immense coup de coeur littéraire.

Merci à Denis dit le "hibou" de m'avoir prêté ce livre car il restera comme un des plus beaux livres que j'aurai lu ces derniers mois.

 

Son avis sur le livre, c'est ici.

 

Bonne lecture,

Denis

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Philisine Cave 11/03/2015 16:52

Je suis d'accord : c'est un très beau roman.

Denis 11/03/2015 20:14

En effet j'ai été charmé par ce livre.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré