Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 22:27
Sur la grand-route d'Anton Tchékhov (Bouquins - Laffont)

Sur la grand-route d'Anton Tchékhov

(Théâtre - Robert Laffont - collection Bouquins)

Traduit du russe par Denis Roche et Anne Coldefy-Faucard -----------------------------

Sous-titrée "Etude dramatique en un acte"

 

Tchékhov écrit à Léïkine le 4 novembre 1884 :"J'écris une petite bêtise pour la scène, quelque chose de tout à fait raté". Phrase emplie de modestie et de prudence, écrite au rédacteur des "Eclats" pour s'excuser de ne pas publier ce texte dans son journal.

"Sur la grand-route" est une transposition pour la scène du récit "En automne". On y retrouve le cabaret de Tikhone, lieu de l'action. Thcekhov traite avec beaucoup plus de détails la clientèle du cabaret. Un nouveau personnage, le vagabond et voleur Merek apporte un supplément de tension dramatique.

La pièce, présentée à la censure en 1885 n'en reçoit pas l'agrément, sans doute parce qu'il était question dans la pièce d'un barine ivrogne, ce qui ternissait la "représentation" officielle du barine. La pièce fut publiée en 1914 pour le 10e anniversaire de la mort de Tchekhov et la première eut lieu alors mais la critique y trouve beaucoup de défauts. (Texte inspiré par la présentation du texte par Jean Bonamour)

 

Quand on a lu, comme moi, tout le théâtre de Tchékhov : "Les trois soeurs", "La cerisaie", "Platonov", "La mouette" ou "L'oncle Vania" il n'y a plus que ces courtes pièces à lire telles celle-ci. Des "expérimentations" d'ailleurs.

 

Tchékhov plante magistralement le décor : "Le cabaret de Tikhone. A droite, comptoir et bouteilles. Au fond, la porte d'entrée. Au-dessus de la porte, à l'extérieur, pend une lanterne rouge, graisseuse. Le plancher et les bancs, qui entourent les murs, sont occupés par des pèlerins et des passants. Beaucoup d'entre eux, faute de place, dorment assis. Nuit profonde. Au lever du rideau on entend le tonnerre, et on voit par lesinterstices de la porte le reflet des éclairs".

 

Vous aurez compris que dès la didascalie d'introduction, on entre de plein pied dans un texte "littéraire". Tchekhov n'écrit pas ces scénettes à l'emporte-pièce. Il s'applique à décrire ses personnes, à leur donner une consistance en quelques mots, à nous offrir un texte fort avec ces personnages étranges et marginaux.

 

Six personnages au départ parmi tous ces inconnus venus se réfugier dans et autour du cabaret et au fil des 4 scènes, un nouveau personnage arrive de l'extérieur : Mérik, le vagabond voleur, homme sans gêne qui prend la place du rêveur qu'est Fédia, accordéoniste à ses heures ; Kouzma, moujik qui a travaillé pour le barine Bortsov et qu'il retrouve ici en ivrogne, tandis qu'il fut un homme si puissant, ruiné par une femme et à la dernière scène un cocher.

 

Bortsov veut boire mais Tikhone lui refuse un nouveau verre car il sait qu'il ne sera pas payé. Chacun est en route vers un destin bien souvent mal défini. Savva fait un "tour du monde" avec pour objectif Jérusalem. Merik est en quête d'argent ou d'objets à voler et Fédia joue de l'accordéon pour donner un peu de joie à ces gens-là.

 

On se prend au jeu et on se croirait au milieu de ces "paumés" en quête d'un avenir incertain qui pourrait aussi bien mener au suicide, l'alcool en étant une forme pour Bortsov.

 

Trente pages réjouissantes pour se rappeler que la littérature russe a offert des auteurs et des livres de grande qualité.

Denis

 

Livre lu notamment dans le cadre de mes lectures autour du théâtre et à travers le challenge d' Ankya "En 2014, je lis du théâtre".

Sur la grand-route d'Anton Tchékhov (Bouquins - Laffont)

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Asphodèle 08/09/2014 13:09

J'ai lu "La mouette", comme beaucoup certainement et j'avoue que lire du théâtre n'est pas ce que je préfère mais tu en parles tellement bien que tu me ferais presque envie ! :lol: Tu me fais envie, seulement ma PAL, elle n'est pas d'accord pour le moment, trop de livres en attente et trop de lenteur de ma part (pas ma faute hélas) pour les lire ! Mon rythme devrait s'accélérer dès le début octobre, je l'espère... Et peut-être alors que je me re-pencherai sur la littérature russe, abandonnée depuis longtemps...

Denis 09/09/2014 20:41

Le théâtre peut se lire.C'est mieux de le voir sur scène mais pas toujours facile de voir les pièces que l'on aimerait voir.

Karine:) 05/09/2014 23:47

J'aime bien le théâtre de Tchekov. Mais 30 pages, je ne sais trop ! Il y a le temps de bien développer?

Denis 09/09/2014 20:39

Ce sont quelques portraits intelligemment présentés.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré