Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 19:51
Lucrèce Borgia de Victor Hugo (Actes Sud - Babel)

Lucrèce Borgia de Victor Hugo

(Actes Sud - Babel - "Répliques" - 206 pages)

Avec un commentaire dramaturgique

d'Antoine Vitez, Yannis Kokkos et Eloi Recoing 

-------------------------------------

La collection "Répliques", fondée par Michel Vinaver, a permis de mettre à disposition des lecteurs de pièces de théâtres comme "Lucrèce Borgia" les nots, croquis et réflexions autour de l'oeuvre au moment de la préparation d'une interprétation de l'oeuvre sur scène. Je peux vous dire que c'est extrêmement stimulant de lire de cette manière une pièce de théâtre.

Ici, il s'agit de la préparation de la création du drame de Victor Hugo à Venise, Campo San Lorenzo le 11 juillet 1985 : mise en scène d'Antoine Vitez, scénographie et costumes de Yannis Kokkos, l'assistant à la mise en scène étant Eloi Recoing.

L'illustration de couverture du livre est un détail de "Nature morte", 1642, de Willem Claesz Heda (Rijsmuseum-Stichting - Amsterdam).

 

Ainsi donc, la page de gauche nous livre le "matériau" de la préparation de la mise en scène et la page de droite, le texte original de Victor Hugo.

 

Le texte de Hugo date de 1833, peu après l'échec du "Roi s'amuse", et a écrit écrit en 14 jours. Malgré l'urgence et la rapidité de l'écriture de cette pièce, elle est d'une très grande valeur littéraire. J'avoue avoir éprouvé un énorme plaisir de lecture, osant annoncer que "Lucrèce Borgia" est un chef d'oeuvre de Hugo. Un parmi d'autres, tant l'auteur est génial.

 

Dans sa préface à l'oeuvre, Victor Hugo écrit : "...Prenez la difformité "morale" la plus hideuse, la plus repoussante, la plus complète ; placez-la là où elle ressort le mieux, dans le coeur d'une femme, avec toutes les conditions de beauté physique et de grandeur royale, qui donnent de la saillie au crime ; et maintenant mêlez à toute cette difformité morale un sentiment pur, le plus pur que la femme puisse éprouver, le sentiment maternel ; dans votre monstre, mettez une mère ; et le monstre intéressera, et le monstre fera pleurer, et cette créature qui faisait peur fera pitié, et cette âme difforme deviendra presque belle à vos yeux...".

 

C'est là le thème de "Lucrèce Borgia". Dans l'acte I, on la voit à Venise où elle est venue incognito avec son fidèle Gubetta. Son intention est d'approcher Gennaro, de lui parler. Compte tenu de sa réputation sulfureuse, deux émissaires venus l'espionner, en concluent qu'elle est venue ici voir son amant. Gennaro se confie à elle et lui dit qu'il est à la recherche de sa mère qui lui écrit tous les premiers du mois. Les amis de Gennaro l'interpellent et lui disent devant elle que cette femme n'est autre que Lucrezia Borgia, l'empoisonneuse, la tueuse. Chacun a eu un membre de sa famille tué par elle.

 

Dans le 2e acte, de retour à Ferrare, elle voit soudain que son nom inscrit sur la façade du palais où elle vit avec son mari, le duc Alphonse d'Este, a été amputé du B, ainsi on lit Orgia et non plus Borgia. Nouvelle offense. Elle a conscience qu'elle a été cruelle et que son coeur de mère lui dit qu'elle doit aller vers plus de clémence. Mais là, non, elle dit au Duc que le coupable doit être exécuté sans appel et son mari lui répond qu'il connait le coupable et lui dit qu'il est à côté. Alors, elle le fait venir et s'aperçoit que c'est Gennaro qui vient en traitre à son nom. Elle veut alors se rétracter et demande la clémence à Don Alphonse mais il refuse d'autant qu'il lui dit que cet homme est son amant et qu'il entend tuer son "ennemi". Le poison des Borgia étant puissant, il demande à Lucrezia d'ne user pour tuer Gennaro. Elle se doit malgré tout d'obéir mais dès qu'elle est seule avec Gennaro, elle lui donne le contre-poison et le fait évader.

 

Le dernier acte remet en présence de Lucrezia les amis de Gennaro, ceux qui l'ont humiliée devant Gennaro en révélant son identité et tous ses méfaits. La fête chez la princesse Negroni doit lui permettre d'empoisonner le vin qu'ils vont boire. Gennaro est là et quand il apprend que ses amis, dont Maffio, son ami de coeur, vont mourir, il s'en prend à Lucrezia et lui promet la mort de sa propre main. Elle lui révèle alors qu'il est un Borgia et ne peut la tuer, sans réussir à lui dire qu'elle est sa mère, tant elle sait qu'il hait les Borgia, les bourreaux de ses parents pour lui...

 

On retrouve bien le thème tel que décrit par Hugo montrant bien les deux facettes de cette femme,  prise entre les intérêts d'état et le coeur d'une mère. Le drame "romantique" est bien là dans tous les éclats. Hugo le fait sans aucune grandiloquence ce qui rend son texte passionnant et les notes de Vitez, Kokkos et Recoing nous permettent également de "ressentir" le texte, le contexte et le regard d'aujourd'hui sur une oeuvre "classique".

Exemple de notes au tout début de l'acte Deux : "Pour signifier le changement de lieu, nous aurons un changement de lumière, un changement dans la nature du son, un changement de robe pour Lucrèce et enfin l'inscription "Borgia" au mur du palais. Mais au fond, l'idéal serait que rien de concret ne montrât qu'on change de lieu. C'est le Verbe qui dit le lieu et, en théorie, nous n'avons pas à prendre le temps d'installer un "décor".

En résumé, un excellent temps de lecture pour une pièce et une édition

G E N I A L E S.

 

Bonne lecture,

 

Denis

Livre lu dans le cadre du challenge d'Ankya que l'on peut retrouver aussi sur sa page facebook :  https://www.facebook.com/groups/571337999606466/

Livre lu dans le cadre du challenge d'Ankya que l'on peut retrouver aussi sur sa page facebook : https://www.facebook.com/groups/571337999606466/

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Ankya 04/08/2014 08:40

Je n'ai lu que très peu Victor Hugo... seulement certains de ses poèmes.
Ce livre-là est bien tentant :)

Denis 05/08/2014 20:23

Oui, il faut lire cette pièce car elle est très "juste" dans le ton, le style et la mise en scène.

Malika 03/08/2014 21:38

J'ai vu la pièce à la Comédie Française mi-juillet avec la mise en scène de Denis Podalydès et Guillaume Galliène dans le rôle de Lucrèce. C'était somptueux, bouleversant et tragiquement beau !!
Et je suis bien d'accord avec toi le texte de Hugo est juste magnifique !

Denis 05/08/2014 20:23

J'imagine que ce devait être très intéressant de voir ce spectacle et le texte est vraiment excellent

sophie/vicim 28/07/2014 22:27

Victor Hugo est mon auteur fétiche, j'adore cette pièce

Denis 29/07/2014 20:52

De fait c'est vraiment un très grand texte avec une mise en scène par Hugo des personnages passionnante.

Cécile 27/07/2014 20:23

Voila qui est bien tentant :) Les attaques post-bac m'ont donné envie de relire Victor Hugo, je note celui-ci sur ma liste "à chercher".

Denis 29/07/2014 20:52

J'ai vraiment aimé ce livre surtout qu'avec les commentaires de la page de gauche, j'avais l'impression de participer à la mise en scène de la pièce. Une excellente lecture pour un texte grandiose, "polyphonique" dirons-nous aussi.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré