Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 21:51
Acqua-Toffana de Patricia Melo (Actes Sud)

Acqua-Toffana de Patricia Melo

(Actes Sud - Lettres latino-américaines - 175 pages - Mars 2003)

Traduit du portugais (Brésil) par Sofia Laznik-Galves

Publication originale - 1994

-----------------------------------

Voici un bien étrange roman qui pourrait être plutôt un polar qu'un roman de littérature "générale", ce qui n'est pas surprenant quand on sait que l'auteure écrit aussi et surtout de la liitérature policière.

Acqua-Toffana est le premier roman de l'auteure brésilienne, née en 1962, dont l'oeuvre s'inspire de la violence au Brésil telle qu'elle peut la ressentir. A aujourd'hui, 7 de ses oeuvres sont publiées en France, essentiellement chez Actes-Sud.

 

Alors, oui, un étonnant roman, composé de deux parties. Deux voix : une femme d'abord, puis un homme. Deux psychopathes, deux schizophrènes sans doute. Et "au milieu", un poison l'acqua-toffana, qui vient de la Renaissance : L'acqua-toffana – aussi surnommée la « manne de saint Nicolas » car elle servait spécialement aux épouses désireuses de se débarrasser d'un mari gênant – tirait son nom de celui d'une certaine Giulia Toffana, empoisonneuse originaire de Palerme, qui vint à Rome vers 1651 pour y exercer son art criminel. On estime qu'en quelques années le nombre de ses victimes dépassa six cents. (Encyclopédie Larousse).

Un poison qui pourrait être un moyen de tuer. Mais voila, Rubao, le mari de la femme qui vient le dénoncer au commissariat est sensé tuer des femmes séduites par d'autres moyens. Notamment, il dit travailler sur la recherche en matière de poison... Cette femme parle au commissaire de police qui s'intéresse sans plus aux explications qu'elle lui donne. Elle a beau donner des exemples, des informations... et le policier lui répond inlassablement qu'il lui faut des faits, rien que des faits. Elle répond qu'il les viole, donc la police n'a qu'à expertiser son sperme pour vérifier qu'il est bien le violeur... Et son mari est-il réellement un "serial-killer" !!! N'est-elle pas malade, cette jeune femme de 22ans, folle de sexe et de cinéma. Elle sort peu et regarde inlassablement des films à la TV... Coupable, non coupable !!! pour un homme qui aurait tué sa mère et son amant alors qu'il avait 8 ans. Certains passages sont répétitifs, comme des paroles remâchées à l'infini.

Dès le début du roman, la psychologie de cette femme nous interpelle : "Un morceau de verre vole en éclats dans la salle de bains. / Je me réveille. Quelqu'un est entré chez moi. Mais non. Ce bruit, c'était dans mon rêve. Ca se passait à Rio, je faisais du footing dans le quartier du Leblon, j'ai renversé une poussette, le nouveau-né est tombé sur l'asphalte, sa mère, vlan, m'a envoyé une gifle. Pas le moindre bruit de verre que se brise. Un homme est entré chez moi, je ne l'ai pas rêvé, ce bruit. Je m'approche de la porte, je colle mon oreille contre la cloison en bois. Rien. Pas un son. Ce bruit, il est en moi. Non. C'était peut-être à l'étage du dessus..."

 

Le second personnage semble tout autant perturbé psychologiquement. Et pourtant, c'est un homme rangé, d'habitudes... Et puis, sa vie bascule un matin.

Début de la seconde partie (page 89) : "Je suis un homme ponctuel. Depuis vingt-cinq ans que je travaille à la mairie je ne suis jamais arrivé en retard, pas une seule fois. L'ascenseur était là. Je suis entré en vitesse, et cette prote idiote, si paresseuse pour se refermer, a gâché ma matinée. J'ai appuyé sur le bouton du rez-de-chaussée, au moment où j'allais sortir j'ai senti une main se poser sur mon coude. J'ai horreur de ça. Je déteste qu'on me touche, toutes ces mains sales. C'était la femme du septième étage. Je ne me souviens jamais de son nom."

 

Et sa vie bascule réellement ce matin-là. Il tombe amoureux de la "grosse femme", sans doute vierge à son avis, Celia. Il l'invite à venir chez lui et alors il se dit qu'il faut qu'il la tue. Car il sent ces pulsions sourdre en lui. Après étude, la noyade dans une baignoire est la meilleure méthode car la moins douloureuse. Pas question de lui faire mal en la tuant. Il pourrait envisager un viol mais sans certitude. On le voit tout au long de cette partie du roman imaginer ses scènes de crime. Ce pourrait même être lui qui serait tué par Celia... Très beau texte avec des moments lyriques et des redites qui montrent bien les tourments des deux protagonistes. On est fasciné et en même temps, on ne sait plus ce qui est réel et ce qui est imaginaire. C'est toute la force de ce roman qui ne peut pas nous laisser indifférents face à ce texte.

A lire, vraiment...

 

Denis

 

Livre lu notamment dans le cadre du groupe de lecture autour de la littérature brésilienne sur facebook

 

 

Partager cet article

Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Karine:) 27/07/2014 17:30

C'est ma foi très intrigant... je ne suis pas certaine que je comprends vraiment de quoi ça va parler... mais bon, pourquoi pas!

Denis 27/07/2014 18:13

Il est toujours difficile de révéler toute l'histoire d'un livre comme celui-ci car il faut laisser au lecteur l'effet de surprise.

Valentyne 23/07/2014 06:46

Recoucou :-) je voulais écrire bises pas buses :-)

Denis 23/07/2014 21:57

J'avais bien vu ton message suivant, je voulais juste plaisanter par rapport à ce mot. Je réaffirme que ce livre est vraiment surprenant et "envoutant"

Denis 22/07/2014 20:42

Oui, c'est un livre intrigant entre cauchemars, rêves et "illuminations". Le lecteur s'interroge constamment dans ce livre. Il aurait pu y avoir des "buses" !!! -)

Valentyne 22/07/2014 07:04

Très intrigant :-)
Je le note pour le mois brésilien :-)
Buses Denis

Valentyne 22/07/2014 07:05

Rhoooo je tape bises et mon téléphone marque buses :-(

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

     

            Envie d'évasion ???

                  Un conseil ,

évadez-vous à travers les livres !!!

 

               

  

  

   

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***

 damouredo.com Carré